Recherche

Vatican News
Xiomara Castro, la nouvelle présidente hondurienne. Xiomara Castro, la nouvelle présidente hondurienne. 

Les vœux de l'Église du Honduras à la nouvelle présidente

Iris Xiomara Castro Sarmiento est la nouvelle présidente du Honduras. Elle a été élue le 28 novembre et prendra ses fonctions le 27 janvier 2022. Dans un message, l'épiscopat hondurien l'a félicitée en souhaitant que son administration promeuve un développement authentique, qui favorisera la croissance du pays et de chaque famille hondurienne.

Anna Poce - Cité du Vatican

«Nous reconnaissons et applaudissons le courage, la maturité et l'engagement du peuple, exprimés le dimanche 28 novembre : la participation des Honduriens a été extraordinaire, dans la paix et la transparence. Ce fut un jour vécu dans la prière et l'espoir. La population a vécu le processus électoral comme une véritable fête civique, pendant et après les élections». Les évêques de la Conférence épiscopale du Honduras (CEH) ont rendu public une déclaration sur leur page Facebook, félicitant tous ceux qui sont allés voter lors des dernières élections, conscients - comme répété dans de nombreuses circonstances - de la nécessité d'un plus grand intérêt et engagement de la part des citoyens dans la vie sociopolitique du pays.

Le peuple favorable à un projet national

En favorisant Mme Castro, candidate de la coalition de gauche Libertad y Refundación (Libre), et épouse de l'ancien président hondurien Manuel Zelaya, évincé en 2009 par un coup d'État, «la volonté de la majorité s'est exprimée en faveur d'un projet national», écrivent les prélats, s'associant aux félicitations des différentes institutions du pays, des organisations internationales et d'autres pays. Ils demandent à la nouvelle administration publique de promouvoir le développement et la croissance authentiques du Honduras et de chaque famille hondurienne, en espérant qu'elle recherchera également «le bien des plus pauvres et des plus sans défense, dans le plein respect de la dignité de la personne humaine, du droit à la vie, de la conception à sa fin naturelle, ainsi que du respect de l'institution sacrée du mariage et de la famille».

L'importance de la transparence

Les évêques expriment ensuite leur «regret et leur sincère préoccupation» face aux «innombrables rumeurs» selon lesquelles des fraudes auraient été commises lors du vote des députés et des maires municipaux lors des récentes élections. «Pour cette raison, nous demandons aux organes responsables, ont-ils souligné, de prêter l'attention nécessaire à ces réclamations et de les résoudre rapidement et conformément à la loi. Pour le bien de notre pays, la transparence dans le décompte des voix et le respect de la décision des électeurs ne font aucun doute».

Dialogue, réconciliation et action

Soulignant que l'Église a toujours soutenu «le juste développement des peuples, fondé sur le solide socle des valeurs humaines et chrétiennes fondamentales de chaque personne et de la société», les prélats expriment leur soutien aux «aspects que Mme Xiomara a indiqués comme prioritaires pour son gouvernement comme l'éradication de la pauvreté, la lutte contre l'impunité, la création d'emplois, la dignité des systèmes de santé et d'éducation». Ils déclarent être fermement convaincus que «la mise en œuvre et le renforcement de l'exercice de dialogue, de réconciliation et d'action doivent être une priorité pour le prochain gouvernement, car le Honduras en a besoin et l'exige».

L'épiscopat espère que «les quatre prochaines années seront une période de nouvelles opportunités pour les Honduriens, et qu'ils pourront jouir de leurs droits légitimes». Pour cette raison, ils concluent leur message en espérant «que les autorités élues, travaillant pour le bien commun, auront la capacité de projeter le Honduras vers un avenir prospère de bien-être intégral pour tous, en particulier les plus pauvres, avec des plans à court, moyen et long terme».

07 décembre 2021, 15:22