Recherche

Vatican News
Mgr Luc Crépy, évêque de Versailles et président de la cellule de lutte contre la pédophilie au sein de l'Eglise de France. Mgr Luc Crépy, évêque de Versailles et président de la cellule de lutte contre la pédophilie au sein de l'Eglise de France.  (AFP or licensors)

A Lourdes, une première journée de plénière consacrée aux abus sexuels

L'assemblée d'automme des évêques français s'est ouverte ce mardi dans la cité mariale, avec des temps de réflexion consacrés aux conclusions du rapport de la CIASE.

Olivier Bonnel - Cité du Vatican

Les évêques de France sont entrés dans le vif du sujet. Avec un jour d'avance sur le calendrier d'origine, l'assemblée plénière d'automne des évêques de France a débuté ce mardi au sanctuaire de Lourdes. Cette première journée avait été rajoutée pour aborder en détail la réception du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l'Eglise. 

En début d'après-midi, le père Hugues de Woillemont, porte-parole de la CEF et Mgr Luc Crépy, évêque de Versailles et président de la cellule de lutte contre la pédophilie au sein de l'Eglise de France ont tenu une conférence de presse devant les nombreux journalistes présents.

«Le climat et l'état d'esprit des évêques sont emprunts de gravité et en même temps de détermination» a expliqué le père de Woillemont en préambule de cette conférence, qui a précisé «l'onde de choc encore continue» du rapport de la CIASE. «Les évêques sont conscients qu'il s'agit de travailler en premier lieu pour les personnes victimes, poursuivi le porte-parole de la conférence, et aussi pour que l'Église soit un lieu de bien-traitance».

Selon le père de Woillemont, les évêques français ont aussi pris conscience que ce rapport avait provoqué une stupéfaction chez de nombreux fidèles et qu'une «grande attente» avait germé de la part de certains d'entre eux , ainsi que dans la société. 

«L'affaire de tous»

Reprenant les mots du président de la CEF, Mgr Eric de Moulins-Beaufort lors de son discours d'ouverture de l'assemblée plénière, Mgr Luc Crépy a rappelé «ce qui était présent dans le coeur et dans la tête de chaque évêque présent, à savoir la grande honte» après lecture du rapport de la commission Sauvé. 

Évoquant une assemblée «tout à fait particulière et grave», l'évêque de Versailles est aussi revenu sur les mesures «concrètes et fortes» attendues par nombre de catholiques français. Pour Mgr Crépy, cette assemblée plénière est un «travail entre les évêques d'abord, entre les évêques et les victimes ensuite et enfin entre les évêques et de nombreux laïcs». Des laïcs qui retrouveront les évêques à Lourdes en fin de semaine pour échanger et travailler. Cette question «est l'affaire de tous» a précisé l'évêque de Versailles.

Repartir des victimes

Lors de la session du matin, certains évêques ont notamment lu des témoignages de victimes rapportés par la commission Sauvé. «La volonté principale de cette assemblée est de partir des personnes victimes» a d'ailleurs expliqué le père de Woillemont. Plusieurs victimes étaient entendues ce mardi après-midi dans un moment d'échange avec les évêques. 

Mgr Crépy a par ailleurs confirmé lors de ce point presse que les évêques vont aborder la question d'une indemnisation des victimes, soulignant qu'il n'y «a aucune question taboue». L'existence d'une instance indépendante pour déterminer ce qui doit être versé aux victimes a par ailleurs été confirmée. 

02 novembre 2021, 15:47