Recherche

Vatican News

La cathédrale de Rabat célèbre son centenaire avec un jubilé

Inaugurée le 17 novembre 1921, l’église Saint-Pierre, devenue cathédrale, est devenue un point de convergence incontournable des chrétiens marocains au sein de la capitale marocaine, mais aussi un lieu où se vit concrètement la fraternité et le dialogue interreligieux. Cet anniversaire est l’occasion d’un jubilé qui s’achèvera le 29 juin 2022, en la fête des saints Pierre et Paul.

Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Jamais la cathédrale de Rabat n’aura jamais aussi longtemps été sur les écrans de tous les Marocains. Le 31 mars 2019, la rencontre du Pape François avec les prêtres, religieux et personnes consacrées présents au Maroc qui s’y déroule est intégralement filmée par la télévision nationale du royaume. Une rencontre émouvante et joyeuse, au cours de laquelle le Souverain Pontife saluera notamment avec affection le frère Jean-Pierre Shumacher, récemment décédé, dernier survivant de la communauté trappiste de Tibhirine, venu du monastère de Midelt situé dans les montagnes de l’Atlas.

Mélange d’Art déco et d’influence orientale, sa façade blanche avec ses deux tourelles et ses arêtes aiguisées sont devenues un élément à part entière du paysage de la capitale marocaine. Bâti à un carrefour de la ville, sur l’actuelle place Al Joulane (autrefois place du cardinal Lavigerie), l’édifice est déjà un lieu en soi de confluence. L’édifice n’est pas encore tout à fait achevé le 17 novembre 1921 lors de son inauguration. Deux ans plus tard, le Pape Pie XI a créé le vicariat apostolique de Rabat, et l’église deviendra officiellement la cathédrale de la ville en 1955, lors de la création du diocèse.

«Une maison où l’on partage le pain»

Le 20 novembre dernier, le cardinal Cristobal Lopez Romero, archevêque de Rabat, a célébré une messe, lançant officiellement le jubilé marquant le centenaire de l’édifice. Dans une «lettre au Peuple de Dieu» publiée le 31 octobre, l’archevêque explique le sens de cet anniversaire, remerciant avant tout ceux, essentiellement des franciscains, qui ont bâti cette église. «Construire la communion entre tous à partir de nos diversités si abondantes, et vivre en communion les uns avec les autres : voici un bel objectif pour ce centenaire» écrit le cardinal. Car la cathédrale Saint-Pierre est devenue un lieu de communion par excellence, au fil du temps. Un lieu d’accueil de nombreuses personnes migrantes, comme lors des périodes de confinement où de nombreux repas y ont été servis pour ces personnes vulnérables.

Selon son curé, le père Daniel Nourissat, la cathédrale de Rabat marque «le renouveau de la présence chrétienne au Maroc mais aussi un hommage au patrimoine marocain, car nous avons la conviction que cette église appartient aussi au peuple marocain» et rappelle que le terrain sur lequel est édifié Saint-Pierre a été donné à l’époque par des tribus marocaines. Cette cathédrale, est vraiment selon le père Nourissat, «une maison où l’on partage le pain».

Le tournant de la visite du Pape François

«Tout a changé après la visite du Saint-Père» poursuit le père Nourissat qui explique que plusieurs prêtres sont venus pour demander comment ils pouvaient servir. L’institut œcuménique de théologie voisin Al Mowafaqa, a fait le plein d’étudiants musulmans, venus se former au dialogue interreligieux, et la cathédrale est devenue un lieu de plus en plus visité. «Nous avons créé un petit centre d’accueil au sein de la cathédrale pour qu’il y ait une présence continuelle», souligne t-il.

Durant ce jubilé, plusieurs conférences seront organisées. L’une d’entre elles aura lieu en mars prochain, trois ans après la visite du Pape François. L’occasion de faire une relecture croisée des discours du souverain pontife, qui seront lus par une personnalité musulmane, tandis que le cardinal Lopez lira les discours du roi Mohamed VI, Commandeur des Croyants. «Les Marocains sont fiers d’avoir cet édifice», souligne le père Nourissat qui rappelle les paroles du Pape, invitant les religieux à être «les sacrements de la rencontre de Dieu avec les hommes». « Cela nous a tous stimulés», conclut le père Nourissat. 

Entretien avec le père Daniel Nourissat, curé de la cathédrale de Rabat
22 novembre 2021, 15:45