Recherche

Vatican News
Le Pape François bénit sœur Gloria Cecilia Narváez Argoti lors de la Messe d'ouverture du Synode, le 10 octobre 2021 Le Pape François bénit sœur Gloria Cecilia Narváez Argoti lors de la Messe d'ouverture du Synode, le 10 octobre 2021 

Sœur Gloria Cecilia Narváez, ex-otage: «J'étais prête à donner ma vie»

La religieuse colombienne, libérée le 9 octobre dernier au Mali après plusieurs années de captivité, revient au micro de Radio Vatican - Vatican News sur ses conditions de détention. Elle exprime aussi sa reconnaissance à tous ceux qui l’ont aidée et soutenue dans la prière.

Entretien réalisé par le père Manuel Cubias, sj – Cité du Vatican

Enlevée le 7 février 2017 près de Koutiala (400 km à l'est de Bamako), Sœur Gloria Cecilia Narvaez Argori, de la communauté des Franciscaines de Marie Immaculée, a été retenue en otage durant 4 ans et 8 mois par un groupe jihadiste affilié à Al-Qaida. Après sa libération, elle a pu se rendre à Rome afin de participer à la messe d'ouverture du Synode et recevoir la bénédiction du Pape François.


Elle nous livre aujourd’hui un témoignage de foi et de courage dans l’épreuve.

De quoi avez-vous le plus souffert pendant votre captivité, et qu’est-ce qui vous a le plus soutenue pendant cette période?

Pendant les 4 ans et 8 mois de ma captivité, ce qui m'a fait le plus souffrir, c'est le moment où j'ai été séparée des autres personnes kidnappées, et où je me suis retrouvée seule face aux groupes. Ce qui m'a le plus fortifié, c'est la foi, la prière, car je récitais toujours les psaumes et j'avais une grande confiance en Dieu, et dans le fait que tous les gens priaient et s'unissaient spirituellement avec moi.

Comment avez-vous ressenti la proximité des personnes qui ont prié pour vous ?

Dans la force que je ressentais à chaque instant, parce que je sentais cette grande confiance en Dieu, je me sentais forte et je n'avais pas peur de ce qui pouvait m'arriver, mais je me sentais forte et je savais que Dieu me soutenait, que toute l'Église et le monde entier priaient pour moi, et j'étais spirituellement unie à ma famille, aux sœurs de la congrégation, à toutes les personnes qui priaient pour moi.

Quelle était votre relation avec vos ravisseurs ?

Ma relation avec les groupes de kidnappeurs était empreinte d'un grand respect, de prière pour chacun d'entre eux; d'obéissance lorsque je voyais que je pouvais obéir dans les choses que je voyais être justes. J'ai toujours respecté leurs moments de prière, ce qui m'a amené à avoir de bonnes relations humaines avec eux.

Comment vous ont-ils perçue en tant que religieuse, étrangère, d'une culture différente ?

Ils m'ont discriminée parce que j'étais religieuse. J'étais catholique, je n'avais pas leur religion. Ils ont toujours dit que l'Islam était la religion. Je les laissais s'exprimer. J'ai vu qu'ils me rejetaient parce que j'étais catholique et religieuse.

Avez-vous eu peur pour votre vie ?

À aucun moment, car dès qu'ils sont entrés dans la maison, je savais à quoi j'étais exposée. Quand ils m'ont prise, j'étais prête à prendre tous les risques. J'avais beaucoup de confiance en Dieu. J'ai dit peu importe, parce que j'étais prête à donner ma vie. Peu importe.

Y a-t-il un symbole, un moment particulier où vous avez ressenti une sécurité venant de Dieu ?

Oui, j'ai ressenti beaucoup de confiance en Dieu à tout moment, surtout lorsque j'exprimais les psaumes à Dieu, lorsque je pouvais marcher un peu dans le désert et regarder la grandeur de la création, le soleil qui se lève le matin, les chameaux qui marchent sur les montagnes de sable. À tout moment, j'étais unie et je ressentais cette grande sécurité en Dieu.

Comment votre famille a-t-elle réagi à votre libération ?

Ils étaient très heureux, très reconnaissants envers Dieu, surtout parce qu'ils étaient tous unis dans la ville et dans le village et qu'ils étaient très soutenus par la communauté, par la congrégation, par toutes les personnes qui leur rendaient visite, parce que tout le monde les appelait et leur disait: «nous prions pour Gloria, elle va être libérée, ayons confiance en Dieu».

Comment avez-vous su que votre captivité prendrait fin ?

Eh bien, dès que je suis arrivé à Bamako, que je suis allée chez le président et que j'ai rencontré le cardinal Zerbo, le président, le ministre de la culture et des religions, à ce moment-là, j'ai vu que j'étais libre.

Qu'avez-vous ressenti, quelles pensées vous sont venues à ce moment-là ?

Tout d'abord, remercier Dieu de tout mon cœur. J'ai toujours répété : Il n'y a pas de Dieu aussi grand que notre Dieu, ce qu'il veut il le fait dans le ciel et sur la terre. Je répétais toujours : le Seigneur est ma lumière et mon salut. J'étais tellement reconnaissante envers Seigneur que ma remise en liberté ait été possible. J'ai également été reconnaissante envers le cardinal, l'Église, le Saint-Père, le Pape François, toutes les personnes qui ont travaillé pour ma liberté, le président, tout le peuple, tout le peuple Miñanca de Carangazo qui a prié et s'est uni à moi à partir de sa culture. Je les ai remerciés et leur ai également demandé de me pardonner si je n'avais pas fait quelque chose de bien dans mon travail missionnaire lorsque j'étais là-bas. J'ai loué et béni Dieu parce que je ne croyais pas que j'étais libre.

En tant que missionnaire, quel travail faisiez-vous et quel travail pensez-vous devoir continuer à faire ?

Notre congrégation, en raison de notre charisme et de notre fondatrice, madre Caridad, répondait à un très grand besoin dans la culture Miñanca de Carangazo, au Mali. Il y avait un centre de santé où toutes les personnes des différents villages étaient soignées et nous étions aussi présentes dans les villages; c'est absolument nécessaire parce que le village et les villages n'ont pas de centre de santé.

Nous avons fréquenté un orphelinat, où une femme a perdu la vie en accouchant et le père est venu avec la grand-mère et nous a donné le bébé pour que nous puissions nous en occuper. Ils nous ont dit: «Prenez soin de cet enfant. La mère est morte». Nous avions environ 50 bébés, âgés d'un jour à deux ans. Nous avons travaillé sur la promotion humaine des femmes, l'alphabétisation, la broderie, la couture à la machine, les greniers que nous avons fabriqués avec elles; le microcrédit pour les petites entreprises sur le marché afin qu'elles puissent soutenir leur famille. C'est encore nécessaire dans cette culture, parce que les femmes sont un peu oubliées, mais avec cette promotion, les femmes obtenaient des ressources pour pouvoir aider leur famille et éduquer leurs enfants.

(…) La prière permet d'obtenir ce que l'on cherche à obtenir. Je remercie les sœurs de la congrégation qui ont soutenu spirituellement ma famille à tout moment, le cardinal Zerbo au Mali, Mgr Jean Baptiste Tiama, évêque de Sikasso, tout le peuple Miñanca du Mali, tous les missionnaires à travers le monde avec un sincère: que Dieu vous le rende. Et à vous, que Dieu continue à vous bénir dans la belle mission que vous menez, ainsi que mon pays : la Colombie, que tous les Colombiens aient foi en Dieu et que nous puissions un jour parvenir à la paix tant désirée dans notre pays.

25 octobre 2021, 14:18