Recherche

Vatican News
Jean-Paul Ier, Pape du 26 août 1978 au 28 septembre 1978. Jean-Paul Ier, Pape du 26 août 1978 au 28 septembre 1978. 

Pia Luciani, nièce de Jean-Paul Ier: il nous apprenait l'humilité

«Il était un second père pour moi». La nièce du Pape Luciani réagit à la promulgation du décret qui reconnaît la guérison miraculeuse attribuée à l'intercession de Jean-Paul Ier. Le Pape Luciani sera prochainement proclamé bienheureux.

Debora Donnini - Cité du Vatican

«Nous l'avons toujours considéré comme un saint, même de son vivant, et maintenant qu'il a été reconnu comme bienheureux, c'est une grande satisfaction pour nous». C'est avec des mots vibrants d'émotion et d'affection que la nièce de Jean-Paul Ier, Pia Luciani, réagit à l’autorisation donnée par François à la Congrégation pour les causes des saints à promulguer le décret qui reconnaît un miracle attribué à l'intercession de Jean-Paul Ier. Pia Luciani est la première des 12 enfants d'Edoardo, le frère d'Albino Luciani. Elle a rendu visite à son oncle à de nombreuses reprises dans les différents endroits où il a été appelé à servir l'Église. 

Qui était votre oncle pour vous?

Il était un second père pour moi. Lui et mon père étaient complètement différents. Mon père était bon pour certaines choses, mon oncle était bon pour d'autres: mon oncle avait plus de patience pour écouter. Nous nous tournions vers lui quand nous avions besoin d'un bon mot. Quand on se disputait avec mon père, il était toujours le point de référence. Même pour des conseils lorsque nous devions prendre des décisions, nous lui demandions.

Albino Luciani était un homme de foi profonde: quel héritage a-t-il laissé en ce sens à vous, neveux, le Pape du sourire?

Il était toujours souriant, même quand il avait des pensées, il nous encourageait même quand nous avions des difficultés. Il nous a écoutés, nous a donné des conseils, puis nous a encouragés à être patients, à faire face aux choses et à croire en l'aide du Seigneur. C'était donc très agréable de lui parler et de se confier à lui. Je lui rendais souvent visite. Il disait que nous devions être patients et bien nous comporter, non seulement pour nous-mêmes devant le Seigneur, mais aussi pour donner un bon exemple aux autres.

Avez-vous rendu visite à votre oncle pendant les années où il était patriarche de Venise, et ensuite aussi Pape, à Rome?

J'ai fréquenté l'université de Lumsa et, plus tard, chaque année, l'université proposait des cours de mises à jour pour les enseignants -j'enseignais dans le secondaire- et c'est pour ces raisons que je suis toujours allée à Rome. Cette année-là, je suis aussi descendu pour le cours et à cette occasion, je suis aussi allée voir mon oncle. On a déjeuné ensemble, on a parlé... C'est la dernière fois que je l'ai vu. Quand il était patriarche de Venise, j'y allais souvent, mais j'avais commencé à lui rendre visite même quand il était à Vittorio Veneto. Il était une personne de grande charité envers les autres, ainsi que fidèle au Seigneur. Une fois, lorsque je suis allé lui rendre visite à Venise, la religieuse m'a demandé de dire à son oncle de lui permettre d'acheter des chaussettes pour lui: «Ses chaussettes sont toutes abimées», a-t-elle dit. J'ai dit: «Demandez-lui, vous qui êtes ici...». La religieuse m'a dit qu'elle avait essayé, mais qu'il lui avait dit: «Ma sœur, vous êtes si douée avec une aiguille, trouvez un moyen de les réparer à nouveau et ensuite, avec cet argent, nous rendrons un pauvre homme heureux. Quand elles ne tiendront vraiment plus, voyons ce que nous pouvons faire».

Il avait donc beaucoup d'attention pour les pauvres. Il avait également été en Afrique....

Il avait des relations avec des personnes de presque tous les pays du monde. Je peux vous le dire car je collectionnais les timbres et il mettait de côté les enveloppes avec le timbre. Certains venaient d'Australie, d'autres d'Afrique, d'autres encore d'Amérique latine. L'un d'eux venait de Pologne, du secrétariat de celui qui allait devenir, après lui, le Pape Jean-Paul II. Il avait donc déjà de nombreuses relations. Il avait une vision très large et était au courant de situations pratiquement partout dans le monde. Il était très intéressé et essayait de conseiller ses prêtres également: s'il y avait un besoin en Afrique, si quelqu'un voulait descendre...

L'expérience du Concile Vatican II a également été forte pour lui...

C'était une expérience merveilleuse pour lui. Il aimait beaucoup être parmi tous ces gens, aussi parce qu'il avait beaucoup de curiosités, il voulait élargir ses connaissances. Donc, s'il trouvait quelqu'un qui était aussi prêt à parler, à exprimer ses expériences, à les raconter, peut-être qu'il lui disait: avant de rentrer, viens je t'emmène chez mon frère, viens je t'emmène dans mon diocèse pour te présenter mon pays et te présenter le diocèse.

Le mot Humilitas se détache sur ses armoiries. L'humilité: un mot central dans la vie de votre oncle ?

Il avait l'habitude de dire qu'il faut rester «bas, bas», parce que chacun de nous a ses limites et ses défauts -qu'il faut essayer d'éliminer, bien sûr- mais même par rapport aux autres, il ne faut pas se croire supérieur. Bien qu'il ait une grande culture, bien qu'il ait d'énormes talents, il était toujours «dans le coin». Une fois, je l'ai accompagné à une réunion. À un moment donné, quelqu'un a dit: «Je ne comprends pas, le patriarche de Venise n'est pas là, il n'est pas encore arrivé, il est habituellement à l'heure...». Puis ils ont découvert qu'il était au fond de la pièce. Ils pensaient qu'il arrivait en voiture avec beaucoup de faste, mais au lieu de cela, il était dans un coin, à réciter le chapelet en attendant que l'assemblée commence.

Comment avez-vous vécu sa mort, après seulement 33 jours de pontificat?

Nous l'aimions beaucoup et c'était donc une grande détresse pour moi. J'ai été la première à être informée car mon père, qui était alors président de la Chambre de commerce de Belluno, se trouvait en Australie. Heureusement, avant de partir en Australie, il était venu à Rome pour dire au revoir à son frère. Comme il n'était pas là et que j'étais la fille aînée, j'ai été informée de la mort de mon oncle. Ce fut un énorme choc pour tout le monde.

Quel est, selon vous, l'héritage, la parole, que le Pape Luciani porte pour l'Église aujourd'hui?

Il dirait qu'il est nécessaire de faire le plus grand effort possible et de laisser le reste au Seigneur. De même, lorsque nous avions des problèmes, il nous disait: «Comporte-toi comme ça, même si les autres ne sont pas toujours corrects avec toi, essaie de l'être, essaie d'aimer les gens».

13 octobre 2021, 12:29