Recherche

Histoires partagées
Vatican News

La pratique d'une agriculture durable crée de nouveaux emplois

La 49e Semaine sociale des catholiques italiens démarre dans la ville de Taranto, dans le sud du pays, le 21 octobre, sur le thème : “La planète que nous espérons - environnement, travail, avenir. #ToutEstLié”. S'inspirant de l'encyclique Laudato si' du Pape François, les discussions porteront également sur les réalités vertueuses qui adoptent une vision pour une écologie intégrale dans les domaines entrepreneurial, administratif, communautaire et personnel.

Par Giada Aquilino

Il faut une perspective «qui affirme la réalité comme un don» et non comme «quelque chose à piller, à exploiter jusqu'à l'os» et ensuite à détruire, selon l'archevêque de Taranto (Tarente, dans les Pouilles), Mgr Filippo Santoro. Il évoque le regard contemplatif de saint François d'Assise rappelé dans l'encyclique Laudato si' comme «point de départ» de la 49e Semaine sociale des catholiques italiens qui s'inspire également de l'encyclique Fratelli Tutti. Du 21 au 24 octobre, plus de 140 évêques, 670 délégués de 218 diocèses, des experts, des représentants du monde politique, civil et culturel discuteront du thème : “La planète que nous espérons - environnement, travail, avenir. #ToutEstLié” dans le but de proposer un nouveau modèle de développement marqué par une transition inspirée de l'écologie intégrale.

Le travail et l'environnement

Le président du comité d'organisation des Semaines sociales des catholiques italiens s'est rendu ces derniers jours à Bari pour le Forum d'information catholique pour le soin de la création organisé par Greenaccord. Il rappelle que la dernière rencontre de la Semaine sociale, qui s'était tenue avant la pandémie en 2017 à Cagliari, avait pour thème “Le travail que nous voulons”.

Mgr Santoro explique que «le travail et l'environnement sont deux thèmes étroitement liés. Ce sont les deux questions importantes que nous avons vécues de manière douloureuse à Taranto, étant donné les problèmes liés à l'ancienne Ilva (entreprise sidérurgique) et à la pollution environnementale qui a provoqué de nombreux décès d'enfants et d'adultes, avec le problème conséquent du chômage également».

Le moment est venu, souligne-t-il, où il faut «mettre un terme, dire “assez” et arrêter la dévastation environnementale. C'est essentiel et dans d'autres pays, il a déjà été possible de le faire», même avec des industries sidérurgiques «proches de la ville». Il note qu'il existe «de grandes possibilités liées à l'innovation technologique : remplacer le charbon par des sources d'énergie alternatives, comme le gaz et l'hydrogène. Et avec les fonds du plan de relance national, tout cela est possible» et est vital à la fois «pour la sécurité sanitaire, qui est primordiale, et pour générer des emplois afin de gagner sa vie».

Les réalités vertueuses au premier plan

La rencontre de Tarento se veut un voyage du peuple, comme l'indique l'Instrumentum Laboris, qui prévoit la participation des communautés ecclésiales italiennes. Mgr Santoro affirme qu'il s'agit du fruit d'un grand travail synodal de préparation, avec l'implication des jeunes de "l'Économie de François", des conférences, des rencontres autour de thèmes tels que la fragilité de l'environnement, les questions relatives à la légalité et à l'agro-criminalité, la dimension des transitions écologiques, la contribution des entreprises et du travail dans le but d'aborder le bien commun. De nombreuses bonnes pratiques entrepreneuriales, administratives, communautaires et personnelles ont également été identifiées et notées pour montrer l'engagement concret déjà en place.

«Certaines d'entre elles, les plus proches de la capitale ionienne, seront visitées», explique le père Antonio Panico, vicaire épiscopal de l'archidiocèse de Taranto pour la société et le soin de la création, également parmi les organisateurs de la prochaine Semaine sociale. Selon lui, «ce sont des réalités vertueuses qui présentent une richesse du point de vue de la biodiversité, de la récupération de ce qui est beau dans cette zone, et même de l'importance de se souvenir des nombreuses personnes qui travaillent dans une région qui souffre encore du chômage».

Les données de l'Institut national italien de la statistique (Istat) pour 2020 font état d'un taux de chômage de 14 % dans la région des Pouilles. Il ajoute que ces réalités «montrent comment la durabilité sous toutes ses formes a produit de l'emploi et même un peu de richesse». Elles vont du réaménagement de la Mar Piccolo à Tarento à un quartier rendu plus économe en énergie à Martina Franca. Ils incluent une entreprise à Ginosa qui produit des engrais par des moyens naturels et un passage créé dans les 12 kilomètres du ravin de Laterza, parmi beaucoup d'autres. Parmi les visites prévues, celle de la Masseria Fruttirossi à Castellaneta.

Récolte des grenades
Récolte des grenades

Don Antonio l'appelle «une nouvelle façon de produire de manière absolument écologique», également inspirée par une profonde réflexion sur l'encyclique Laudato si' du Pape François. Trois cent cinquante hectares de terrain: une cinquantaine avec des avocats, des olives et des baies de goji, et le reste entièrement consacré à la culture des grenades.

«Nous nous occupons de toute la chaîne d'approvisionnement, explique Dario De Lisi, responsable des ventes et du marketing de la "Masseria Fruttirossi": la production sur le terrain, en suivant toutes les étapes agronomiques, de la plantation des graines à la gestion du verger sur le terrain, la récolte et ensuite - grâce aux entrepôts et aux installations de transformation - le produit est transformé dans les heures qui suivent la récolte de différentes manières. Nous servons à la fois le marché des fruits frais et les processus de transformation par pressage et obtention d'un jus de grenade 100% pur

Une production durable

Des années de travail depuis 2014 et des investissements importants permettent une production aujourd'hui «totalement naturelle» avec une certification par “Amis de la Terre – Zéro déchet”. De Lisi affirme que la production «n'a aucun résidu chimique et nous réalisons des processus durables, en commençant par le champ où nous parvenons à réaliser une économie d'eau assez importante, puisque nous gérons l'irrigation de manière automatisée avec un système qui ne démarre l'irrigation que lorsqu'elle est nécessaire, lorsque la plante en a réellement besoin».

Il ajoute que «le concept de la chaîne d'approvisionnement courte que nous suivons est déjà en soi une expression de la durabilité, puisque les fruits sont traités dans la même zone où ils sont récoltés, il y a donc un faible impact environnemental en termes d'émissions de CO2 car le transport est pratiquement inexistant».

L'exploitation vise également l'autosuffisance énergétique grâce à un système photovoltaïque de 750 kW installé sur les toits des entrepôts. Pendant les phases d'extraction du jus des grenades, «tout ce qui vient après le pressage n'est pas traité ou éliminé comme un déchet, mais est traité par une usine de lombricompostage. Fondamentalement, les vers de terre consomment ces résidus de traitement et donc, de manière naturelle, à partir de la digestion de ces résidus, nous obtenons de l'humus que nous utilisons ensuite comme engrais».

Installations photovoltaïques
Installations photovoltaïques

Agriculture, revenus et emplois

«Nous voulons être en mesure de proposer quelques bonnes pratiques», souligne le père Panico à l'occasion de la Semaine sociale. Pour l'entreprise de Castellaneta, Dario De Lisi ajoute que la durabilité peut être combinée d'une manière «environnementale, économique et sociale», en soulignant le fait que l'entreprise opère dans une zone, en particulier autour de Taranto, «où la grande industrie lourde a toujours dominé. Par conséquent, lorsque nous parlons d'économie verte, nous pouvons évoquer une agriculture saine et durable, capable de créer des revenus et des emplois».

19 octobre 2021, 12:32