Recherche

Vatican News

Cardinal Ouédraogo: «Notre kalachnikov, c’est la prière»

Présent à Rome pour l’ouverture du chemin synodal, l’archevêque de Ouagadougou et président du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar a pu rencontrer le Pape et lui parler de la situation sécuritaire préoccupante de son pays, le Burkina Faso.

En août dernier, le pays pleurait encore la mort de dizaines de civils et de militaires, tués lors d’attaques menées contre des villages du nord. Des attaques venues s’ajouter à une longue liste initiée en 2015, lorsque la contagion jihadiste, partie du Mali, s’est propagée à l’ensemble des pays du Sahel. Leur bilan humain est lourd: au Burkina uniquement, on recense à l’heure actuelle environ 2 000 morts et plus d’1,4 millions de personnes déplacées.

À l’instar de ses voisins, le «pays des hommes intègres» connait donc une détérioration sécuritaire toujours plus évidente. C’est ce dont a pu témoigner au Pape le cardinal burkinabè, Philippe Ouédraogo. Venu à Rome participer à l’ouverture du chemin synodal vers l’assemblée des évêques de 2023, l’archevêque de Ouagadougou et président du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar a été reçu en audience par le Saint-Père, avec une petite délégation. L’occasion de lui exposer au Saint-Père le travail accompli par le SCEAM, et d’évoquer plusieurs situations difficiles sur le continent africain, dont celle du Burkina Faso.

Radio Vatican-Vatican News l’a rencontré à l’issue de cette audience:

Depuis Boko Haram au Nigeria, les forces du mal se sont répandues dans toute la zone de l’Afrique de l’Ouest -notamment au Mali, au Niger et au Burkina Faso. En tant que pasteur, je suis au cœur de la souffrance de notre peuple. Et comme je le dis souvent notre kalachnikov, c’est la prière ! Nous prions Dieu et nous essayons aussi d’initier des actes de solidarité en faveur des populations meurtries, notamment les personnes déplacées. Il y a une semaine, le ministre en charge de l’Action sociale disait qu’au Burkina Faso, nous comptons plus d’1,4 millions déplacés internes. Les populations fuient le nord et descendent vers le sud du pays. Elles sont meurtries, elles ont tout perdu et ont besoin d’une assistance nationale mais aussi d’une solidarité régionale et internationale.

1,4 millions de déplacés, 2 000 morts: c’est le bilan des attaques terroristes depuis 2015. Celles-ci sont quasiment hebdomadaires. Comment expliquer le fait qu’on ne puisse pas enrayer cette violence?

Nous avons un ennemi en face qu’on ne connait pas. Qui est derrière ce mouvement? Qui le finance? Les kalachnikov ne sont pas fabriquées en Afrique… Alors d’où viennent ces instruments avec lesquels des frères tuent leurs frères et sœurs, leurs semblables? Nous n’arrivons pas à identifier ceux qui coopèrent avec les forces du mal. On dit toujours «des hommes armés…» sans pouvoir les identifier concrètement. Malgré la présence des forces extérieures, les forces internes de nos États, nous n’arrivons pas à juguler le problème et nous voyons mourir des dizaines, voire des centaines de frères et de sœurs inutilement tués.

La communauté internationale est-elle suffisamment impliquée?

La communauté internationale est là, aussi bien au Mali, au Niger qu’au Burkina Faso. Chaque pays essaie de nouer des alliances susceptibles de les aider à faire face à cette tragédie. Mais nous constatons aujourd’hui l’inefficacité de toutes ces forces. Même au niveau du G5 Sahel, leur synergie d’efforts ne donnent pas les résultats escomptés. Il nous faut vraiment une concertation pour essayer de vaincre le mal qui est là et traumatise toutes les populations.

Le dialogue interreligieux est une priorité de votre pastorale. Pensez-vous qu’il sera déterminant pour le futur de votre pays et sa lutte contre le terrorisme?

Absolument! Vous trouvez toutes les religions dans les familles du Burkina Faso: protestants, musulmans, religion traditionnelle et catholiques. Ce qui crée une certaine tolérance au sein du peuple, le respect de l’autre. Je pourrais dire qu’à un certain niveau les liens du sang sont plus forts que les liens de foi. Au nom de la parenté, des alliances, de l’amitié, nous sommes capables de nous retrouver au-delà des différences religieuses autour des mêmes évènements, heureux ou malheureux.

Avec nos frères musulmans, protestants, représentants de la religion traditionnelle, nous avons une petite association informelle de leaders religieux et il arrive que la société fasse appel à nous pour contribuer à la paix sociale et favoriser notre vivre-ensemble. Le Pape nous demande de démolir les murs de haine, d’incompréhension, d’inimitié et de bâtir des ponts. Nous allons essayer de poursuivre nos efforts en ce sens, sûrs que cela peut avoir un effet positif pour éviter de stigmatiser. Car, dans ce contexte de violence et d’actes terroristes, on peut facilement sombrer dans la stigmatisation, les accusations hâtives contre une ethnie, par exemple. Donc ce dialogue est absolument nécessaire et très fécond dans notre contexte. Au Burkina Faso, les différentes confessions et leurs leaders prennent conscience de cela et nous œuvrons pour un vivre-ensemble plus harmonieux.

12 octobre 2021, 11:06