Recherche

Vatican News
Un statue représentant saint André Kim, en Corée. Un statue représentant saint André Kim, en Corée. 

Saint André Kim et les martyrs coréens, témoins de la foi et de l'identité d'un peuple

Ce samedi à 15h30, à l'autel de la Chaire de la basilique Saint-Pierre, le préfet de la Congrégation pour le Clergé, Mgr Lazare You, célébre une messe pour le bicentenaire du premier prêtre catholique coréen, martyrisé en 1846 et canonisé par Jean-Paul II en 1984.

Salvatore Cernuzio - Cité du Vatican

«Vous êtes catholique?» «Oui, je suis catholique». Un dialogue sec avec un fonctionnaire du gouvernement alors que la menace d'une mort sanglante plane. Cette brève profession de foi est consignée dans l'une des lettres écrites pendant ses jours d'emprisonnement, dans laquelle on retrouve toute la profondeur de la fidélité à Dieu d'Andrea Kim Taegon, le premier prêtre catholique coréen martyrisé en 1846. Et avec lui, il y a le témoignage de foi, scellé par le sacrifice suprême de la vie, de milliers d'hommes et de femmes emportés par la vague de persécutions qui a frappé la Corée aux XVIIIe et XIXe siècles, qui constitue aujourd'hui encore la source de vie et l'histoire de l'identité de tout un peuple, la population catholique coréenne, minoritaire mais dynamique et reconnue pour sa contribution au développement de ce pays.

Afin d'honorer la mémoire d'André Kim et des autres martyrs, une messe en coréen est célébrée cet après-midi à 15h30 à l'autel de la Chaire dans la basilique Saint-Pierre. Mgr Lazare You Heung-sik, qui a été nommé préfet de la Congrégation pour le clergé le 11 juin dernier, préside ainsi sa première cérémonie publique à Rome.

L'occasion de cette célébration est le 200e anniversaire de la naissance de saint André Kim, daté du 21 août 1821, dans une famille élevée selon des principes chrétiens, dont le père avait transformé la maison en "église domestique". Un choix qu'il a payé de sa vie. En quatre générations, onze membres de la famille du saint ont versé leur sang pour le Seigneur, dont cinq ont été béatifiés et d'autres déjà canonisés.

Formé à Macao à un peu plus de 15 ans, le jeune André a travaillé en pleine persécution: il a été emprisonné, interrogé, torturé et décapité pour ne pas avoir voulu abjurer, alors qu’il n'avait même pas 25 ans. Avec son nom et celui d'une centaine d'autres croyants d'âges et de classes sociales différents, le pape Jean-Paul II a voulu l'inscrire au registre des saints en 1984.

2018: la messe du cardinal Parolin pour la paix en Corée

Trente prêtres et environ soixante-dix religieux et religieuses lui rendent hommage aujourd'hui à Saint-Pierre. L'ambassadeur de Corée près le Saint-Siège devrait également être présent, ainsi que les fidèles laïcs qui composent la communauté coréenne de Rome seront également présents, la même communauté qui, le 17 octobre 2018, avait participé à la messe pour la Corée présidée dans la basilique Saint-Pierre par le cardinal-Secrétaire d'État, Pietro Parolin. Cette cérémonie était une invocation à la paix et à la réconciliation pour la péninsule coréenne. Une demande présentée au Pape lors de l'audience du lendemain par le président sud-coréen Moon Jae-in, qui était assis au premier rang lors de la messe présidée par le cardinal Parolin, animée par des chants et des lectures en coréen.

Ces cérémonies sont un signe d’attention particulière de Rome pour les catholiques coréens. «Le fait qu'une messe pour le 200e anniversaire de saint André Kim Taegon soit célébrée dans la basilique Saint-Pierre est une providence de Dieu», a déclaré Mgr You à l'agence coréenne Yonhap.

L'histoire des martyrs

Catholiques religieux et laïcs, les martyrs coréens ont été victimes des persécutions religieuses qui ont eu lieu dans le pays, où les premières graines de la foi chrétienne sont apparues au début des années 1600 grâce aux délégations qui se rendaient chaque année à Pékin pour des échanges culturels. En Chine, les Coréens sont entrés en contact avec la foi chrétienne en rapportant chez eux le livre du père Matteo Ricci, missionnaire jésuite. Un laïc, le penseur Lee Byeok, inspiré par le livre du jésuite, fonde alors une première communauté chrétienne très active qui compte rapidement plusieurs milliers de croyants. Elle continua à se développer même lorsque, vers 1785, une cruelle persécution éclata dans le pays, qui entraîna la mort en 1801 du seul prêtre du pays.

Saint André Kim Taegon et ses compagnons martyrs.
Saint André Kim Taegon et ses compagnons martyrs.

En 1802, le roi Sunjo a publié un édit d'État ordonnant l'extermination des chrétiens comme seule solution pour étouffer le germe de ce que son gouvernement considérait comme une «folie». Laissés seuls et sans clergé, les fidèles ne cessent de demander des prêtres à l'évêque de Pékin et même au pape, mais les conditions locales ne le permettent pas avant 1837, date à laquelle un évêque et deux prêtres des Missions étrangères de Paris sont envoyés. Ils pénètrent clandestinement dans le pays et sont martyrisés deux ans plus tard. Une deuxième tentative d'André Kim réussit à faire venir un évêque et un prêtre, et à partir de ce moment, la présence d'une hiérarchie catholique en Corée est stable, malgré la résurgence des persécutions en 1866. Finalement, en 1882, le gouvernement décrètera la liberté religieuse.

Jean-Paul II a canonisé 103 martyrs coréens

Selon des sources locales, plus de 10 000 martyrs sont morts sous l'oppression coréenne. Parmi eux, 103 - dont plusieurs femmes - ont été béatifiés en deux groupes distincts en 1925 et 1968, puis canonisés ensemble le 6 mai 1984 à Séoul par Jean-Paul II. Seuls dix d'entre eux sont des étrangers, trois évêques et sept prêtres, les autres étant tous des Coréens, catéchistes et fidèles. Leur mémoire liturgique est le 20 septembre. Les restes de saint André Kim et de ses compagnons reposent depuis 1900 dans la crypte de la cathédrale de Myeong-dong.

124 autres martyrs béatifiés par François à Séoul

Par ailleurs, 124 autres martyrs ont été béatifiés par le Pape François le 16 août 2014, lors de son voyage en Corée du Sud. Parmi eux se trouvait Paul Yun Ji-chung. Plus d'un million de fidèles ont assisté à la messe de François ce jour-là à la porte Gwanghwamun, qui faisait suite à une visite du Pape sur le lieu des exécutions: le sanctuaire de Seo So- Mun, dans la banlieue de Séoul.

Saint André Kim Taegon.
Saint André Kim Taegon.

L'énorme participation du peuple était un signe de la profonde dévotion dont jouissent encore ces saints et bienheureux, membres vivants de l'histoire et de l'identité d'une nation. Ils «nous rappellent que nous devons mettre le Christ au-dessus de tout et ne pas transiger avec la foi», a déclaré le pape dans son homélie, accompagnée à plusieurs reprises d'applaudissements prolongés et émouvants. L'exemple des martyrs, a ajouté le Pontife, «a beaucoup à nous dire, à nous qui vivons dans des sociétés où, à côté d'immenses richesses, la pauvreté la plus abjecte croît silencieusement; où le cri des pauvres est rarement entendu; et où le Christ continue d'appeler, nous demande de l'aimer et de le servir en tendant la main à nos frères et sœurs dans le besoin».

Le Jubilé de l'Église coréenne

Le bicentenaire de la naissance de saint André Kim a ouvert les célébrations du Jubilé proclamé par l'Église en Corée du Sud le 29 novembre 2020. Une année de grâce, placée sous le patronage de l'UNESCO, qui s'achèvera le 27 novembre 2021 et qui représente «une occasion favorable pour la croissance spirituelle de l'Église coréenne», comme l'a déclaré Mgr You, alors évêque du diocèse coréen de Daejeon et responsable de l'organisation de l'Année sainte, dans une interview accordée aux médias du Vatican en décembre dernier.

«Ce Jubilé nous donnera à tous l'occasion d'intérioriser la spiritualité du martyre, qui est la force vive de l'Église en Corée, en méditant profondément sur la vie des martyrs», expliquait-il. «Pour nos martyrs, la foi était la valeur la plus importante», avait-il ajouté. «Dans la société coréenne, seuls 11% de la population sont catholiques, tandis que plus de la moitié se déclarent sans religion», regrettait toutefois l’évêque coréen, en expliquant que cette Année jubilaire représentait une occasion «de réfléchir sérieusement à notre identité et à notre cohérence en tant que catholiques fidèles».

 

 

21 août 2021, 12:57