Recherche

Vatican News
L'église du Sacré-Cœur des Cayes, détruite par le séisme du 14 août. L'église du Sacré-Cœur des Cayes, détruite par le séisme du 14 août.   (AFP or licensors)

Haïti: la situation est encore critique dans plusieurs diocèses

Près de deux semaines après le séisme meurtrier qui a frappé le pays, l'accès aux biens de première nécessité n'est toujours pas assuré et parmi les dégâts, de nombreuses églises sont détruites ou très endommagées.

«Jusqu'à présent, nous n'avons pas reçu de tentes. Les gens dorment sur le sol. Il n'y a pas d'eau, pas d'électricité, pas de nourriture, pas de vêtements» : c'est ainsi que le cardinal Chibly Langlois, évêque du diocèse, a décrit la situation aux Cayes, en Haïti, lorsqu'il a été contacté par téléphone par l'Aide à l'Église Détresse (AED) . «Par miracle, nous en sommes sortis indemnes, mais de nombreuses personnes ont perdu la vie, dont le père Jacques Percy, un prêtre à la retraite» a ajouté le cardinal. L'AED rapporte que de nombreuses personnes sont traumatisées et que certaines ne savent toujours pas ce qui est arrivé à leurs familles, alors que des répliques continuent de se produire.

Selon un premier bilan partiel, le diocèse des Cayes a enregistré jusqu'à présent 682 morts, 2 175 blessés, environ 11 500 maisons endommagées et 111 églises détruites. «La maison de l'évêque s'est effondrée et tout est en ruines», explique Rafael D'Aqui de l'AED Amérique Latine, responsable délégué pour Haïti, qui souligne la nécessité de doter le diocèse d'une nouvelle base et de l'équiper pour coordonner l'aide à la population en ces temps difficiles.

Il est également nécessaire de donner un toit à l'évêque et à ses plus proches collaborateurs, car ils ont tout perdu. Dans le diocèse de Jérémie, 26 églises ont subi des dommages importants, dont la cathédrale Saint-Louis, tandis que 11 se sont effondrées. L'AED est d'abord concentrée sur un projet d'urgence pour aider 45 familles. «Les gens sont trop effrayés pour retourner chez eux. Nous devons fournir de la nourriture, des vêtements, de l'eau, des médicaments et un abri temporaire à ces personnes», déclare le Père Jean-Jacques Saint-Louis, supérieur provincial des Pères Montfortains en Haïti, qui demande à l'AED de prier. «En ces temps difficiles pour notre pays, la prière doit occuper une place particulière», conclut le religieux.

VNS-TC

27 août 2021, 16:10