Recherche

Vatican News
Les ravages de Dixie, qui consument la Californie depuis juillet Les ravages de Dixie, qui consument la Californie depuis juillet  (2021 Getty Images)

Solidarité du COE pour les pays touchés par les incendies

Les membres du Conseil Œcuménique des Eglises (COE) sont alarmés mais aussi solidaires les uns des autres, prêts à collaborer en ces temps de difficultés et de crises environnementales, également dénoncées par le dernier rapport de l'ONU.

Isabella Piro - Cité du Vatican

Le patriarche œcuménique Bartholomée, le patriarche Kirill de Moscou et de toute la Russie, l'archevêque Hieronymos II d'Athènes et de toute la Grèce, l'Église évangélique de Grèce, l'archevêque Anastasios de Tirana, Durres et de toute l'Albanie, et les membres du Conseil œcuménique des Églises (COE) aux États-Unis d'Amérique: tels sont les destinataires de plusieurs messages de solidarité envoyés par le secrétaire général par intérim du COE, le pasteur Ioan Sauca. Tous ces pays sont, ou ont été, le théâtre d’incendies d'une ampleur sans précédent, qui ont laissé des territoires entiers dévastés, faisant des victimes et des blessés. «Alors que des milliers de personnes s'efforcent de surmonter le traumatisme et la dévastation causés par les flammes, je souhaite exprimer notre solidarité avec tous ceux qui ont perdu la vie et leurs moyens de subsistance», peut-on lire dans les messages.

Les phénomènes extrêmes nuisent à notre Maison commune

Assurant de ses prières, le COE répète qu'il est «de plus en plus évident que les incendies de cette année dans le monde n'ont pas la même ampleur que les années précédentes», mais «font partie des phénomènes extrêmes que l'on observe de plus en plus comme conséquence du changement climatique». Ce dernier, «induit par l'homme, s'accélère et modifie radicalement notre Maison commune». Exprimant son appréciation pour les nombreux pays qui «se mobilisent et unissent leurs forces pour sauver ceux qui souffrent d'une telle catastrophe naturelle», le COE se dit «reconnaissant envers les professionnels et les volontaires qui participent aux opérations de sauvetage au péril de leur vie».

«En temps de crise et de douleur, on a encore plus besoin d'un abri, de nourriture et d'aliments et les églises sont là pour apporter réconfort et conseils, hospitalité et espoir, force et solidarité», écrit le révérend Sauca qui élève sa prière pour «toutes les communautés dévastées par les incendies et pour les personnes qui ne sont pas sûres de leur avenir, ne sachant pas si elles ont tout perdu». «Même dans la plus grande catastrophe, Dieu est avec nous et nous pouvons être sûrs que nous pouvons toujours nous tourner vers Lui», concluent les messages.

Une profonde transformation est nécessaire pour la planète

Ces derniers jours, le Conseil œcuménique des Églises (COE) a publié une note sur le Sixième rapport d'évaluation du GIEC, le groupe d'experts des Nations Unies sur le changement climatique, publié le 9 août. Ce document doit sonner comme une véritable «sonnette d'alarme», souligne le Conseil œcuménique des Églises, afin que des décisions «concrètes» et «urgentes» soient prises pour contenir le réchauffement climatique. «Cette situation, lit-on dans la note, exige une transformation urgente et radicale vers des sociétés et des économies à émission zéro, dans un contexte de justice et de solidarité».

Actuellement, les incendies sont actifs en Grèce, en Turquie, en Italie, en Albanie et en Russie, où les flammes qui ravagent la Jacuzia, la plus grande région de Sibérie, ont atteint le pôle Nord pour la première fois dans l'histoire. Aux États-Unis, en revanche, les incendies ont éclaté à la fin du mois de juillet, touchant au moins 12 États. En particulier, à Bootleg Spring, dans l'Oregon, un incendie dramatique s'est déclaré le 6 juillet, brûlant 413 765 acres en un mois. Jusqu'à présent, il n'est contenue qu'à 87 % et ne devrait pas se terminer avant octobre.  Il s'agit du troisième plus grand incendie de l'histoire de l'Oregon depuis 1900.

13 août 2021, 09:28