Recherche

Vatican News
Une usine d'oxygène à Dacca, le 8 juillet Une usine d'oxygène à Dacca, le 8 juillet 

Au Bangladesh, l'Église poursuit son travail au chevet des malades du Covid

Alors que les cas de contamination flambent dans le pays, l'Église locale continue de soigner les malades et d'apporter de l'aide aux populations les plus touchées, malgré des ressources limitées.

Le variant Delta du Covid continue de faire des ravages au Bangladesh, l'un des pays les plus pauvres de la planète. Venu de l'Inde voisine, il est responsable d'une nouvelle flambée de contamination. Le 31 juillet, le pays a enregistré un nouveau pic de 9 369 cas. Dans ce contexte difficile, le travail de l'Église continue de soigner les malades et d'apporter de l'aide aux populations les plus touchées, malgré des ressources limitées. 

Depuis l'apparition de la pandémie, l'hôpital catholique St John Vianney de Dhaka a aidé directement ou indirectement des milliers de patients touchés par le virus. L'hôpital n'a pas d'unité de soins intensifs, mais dispose de 20 lits pour les patients Covid équipés de concentrateurs pour l'alimentation directe en oxygène. Malgré les coûts élevés, les dépenses des patients sont beaucoup moins importantes que dans les autres établissements privés. Notre priorité", a déclaré le père Kanmal Korraya, directeur de l'hôpital, à l'agence Ucanews, "est de fournir des services, pas de faire des profits. Outre les patients hospitalisés, il est toujours nécessaire d'assister les malades à domicile. L'association des médecins catholiques du Bangladesh s'est mise à leur disposition en fournissant des services de télémédecine gratuits.

La Caritas très mobilisée

Pendant ce temps, Caritas Bangladesh continue de fournir une aide aux familles touchées par la pandémie par le biais de ses huit bureaux régionaux. En juin, l'organisation caritative catholique avait alloué l'équivalent de 4,55 millions de dollars pour les secours d'urgence. Au total, 1 378 familles ont reçu de la nourriture, tandis que 551 enfants des rues ont reçu des repas chauds pendant près d'un an. James Gomes, coordinateur de projet de Caritas Bangladesh, explique que les fonds collectés ont également été utilisés pour des campagnes d'information sur le Covid-19 et les mesures de prévention de l'infection.

Cependant, les fonds manquent pour les projets à long terme, notamment pour aider les jeunes et les personnes ayant perdu leur emploi à en trouver un nouveau. Le Bangladesh Catholic Student Movement (BCSM) travaille également avec plusieurs associations paroissiales pour aider les plus démunis. L'organisation, qui compte 1 200 membres dans tout le pays, aide les gens à se nourrir en collectant des dons, en s'inscrivant pour recevoir des vaccins et en contactant les hôpitaux pour se faire soigner, explique son président Patrick Purification à Ucanews.

Le Bangladesh a enregistré un total de 1,23 million de cas et plus de 20 000 décès selon les chiffres officiels. La troisième vague a incité le gouvernement à réintroduire un confinement strict le 26 juin, tandis que la campagne de vaccination, qui a couvert jusqu'à présent 4,3 millions de personnes sur une population d'environ 166 millions, se poursuit.

VNS-LZ

01 août 2021, 15:43