Recherche

Vatican News
Des afghans à l'aéroport de Kaboul, le 26 août 2021. Des afghans à l'aéroport de Kaboul, le 26 août 2021.  

Père Scalese: si les conditions sont bonnes, nous retournerons à Kaboul

Présent en Afghanistan depuis près de sept ans, le religieux barnabite, seul prêtre catholique y a poursuivi dans le pays une présence que le pape Pie XI avait inauguré il y a cent ans. Il se trouve aujourd'hui en Italie, rapatrié comme des milliers de personnes contraintes de fuir après l'arrivée au pouvoir des talibans. Il raconte son histoire après ces derniers jours particulièrement tendus.

Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

Il nous avait demandé de prier pour l'Afghanistan en lançant un appel sur les ondes de Radio Vatican au début de l'avènement des talibans. Aujourd'hui, il revient nous parler dans un scénario complètement différent. Le père Giovanni Scalese, supérieur de la Missio sui iuris en Afghanistan, seul prêtre catholique présent dans le pays, est rentré en Italie et, avec lui, le personnel catholique, comme les religieuses de diverses congrégations qui ont jusqu'à présent accompli leur travail silencieux mais fructueux de service et de soins aux plus fragiles.

Au cœur de Kaboul, il a été pendant longtemps le gardien de toute la communauté catholique et a partagé des années de grandes difficultés liées à la sécurité et au Covid. La présence catholique à Kaboul n'est pas motivée par des considérations politiques, mais uniquement par le service. C'étaient les accords initiaux il y a cent ans, et il en a été ainsi. Alors, répète le père Scalese, «si on nous donne la possibilité de revenir, pourquoi pas: ce n'est pas à nous de décider qui doit gouverner le pays». Et puis la confidence d'une voix émue: "Marie, qui a veillé sur nous jusqu'à présent, aura la même protection maternelle pour le peuple afghan et pour une nation que nous lui avons consacrée":

Père Scalese auriez-vous pensé quitter un jour l'Afghanistan de cette façon? Et quels sont vos sentiments aujourd'hui?

Personne n'a certainement imaginé devoir quitter le pays comme ça. J'aurais pu penser qu'après sept ans, il aurait été prévisible de procéder à un remplacement, mais pas de cette manière, j'ai pensé de manière plus normale. Mais la vie nous réserve aussi ces surprises... Ce que je ressens le plus en ce moment, c'est la satisfaction que tout s'est bien passé, que nous avons réussi à arriver avec les sœurs et les enfants, et que nous allons tous bien. Nous en remercions le Seigneur. Nous sommes désolés d'avoir dû quitter un pays en grand besoin et de ne pas pouvoir poursuivre notre service. Nous espérons que tout sera résolu dans un bref délai et que les conditions seront réunies pour pouvoir reprendre le travail que l'Église accomplissait en Afghanistan.

Comment était votre vie en tant que prêtre en Afghanistan? Vous avez représenté le Saint-Siège au sein de l'ambassade d'Italie, dans un état confessionnel, avec la chapelle comme seul point de référence pour les religieux et les fidèles. Quelle réalité avez-vous vécue?

J'étais responsable de la mission catholique en Afghanistan, mais ce furent des années très difficiles car la mission ne pouvait être menée à bien de manière tranquille. Le fait même de ne pas pouvoir quitter l'ambassade, non pas parce que quelqu'un l'en empêchait, mais parce qu'il n'y avait pas de conditions de sécurité pour le faire, et puis ces deux dernières années, des raisons de santé se sont ajoutées aux raisons de sécurité qui ont conduit à un verrouillage total même dans l'ambassade et les fidèles ne pouvaient même pas venir à la messe. Il s'agissait donc d'années difficiles et j'étais certes présent, mais je n'étais pas en mesure d'effectuer un travail pastoral comme en d'autres temps. Les sœurs, quant à elles, ont pu mener à bien leurs activités sociales et caritatives jusqu'à la fin, et maintenant, elles ont malheureusement dû tout interrompre et nous en sommes vraiment désolées. Cependant, nous espérons pouvoir reprendre bientôt. 

On peut parler de "graines" semées au fil des ans, à défaut de parler d'"évangélisation"...

Il est difficile de parler d'évangélisation directe, elle est interdite par les accords passés il y a un siècle lorsque la présence d'un prêtre catholique et d'une Église à l'intérieur de l'ambassade était autorisée. Nous parlons d'évangélisation indirecte, du témoignage de l'Église non seulement avec un prêtre mais aussi avec des religieux. Avant la présence des Sœurs de Mère Teresa et des religieux de l'ONG Pro Bambini de Kaboul, en effet, nous ne pouvons pas oublier les soixante ans de présence des Petites Sœurs de Jésus qui, après si longtemps, ont dû abandonner leur travail. Dans ce cas également, il ne s'agissait que d'une présence et d'un témoignage, mais d'une présence extrêmement importante et fructueuse.

Les images de ces jours ont montré la fuite des femmes, des jeunes familles, des pères et des enfants : qu'est-ce que cela signifie pour ceux qui restent et pour l'Afghanistan du futur?

Bien sûr, nous sommes heureux qu'autant de personnes soient en sécurité. Nous espérons qu'en Italie et dans d'autres pays ils pourront s'intégrer, mais c'est certainement un appauvrissement pour l'Afghanistan, également parce que ce sont des personnes préparées, avec des compétences considérables dont le pays devra désormais se passer. Espérons que tout se passera bien, qu'ils pourront être remplacés par d'autres, mais il est certain que la société sera appauvrie.

Le changement que nous constatons aujourd'hui est effrayant. Tant de prédictions se réalisent déjà, comme les attaques terroristes et la violence. Que craignez-vous le plus pour le pays que vous avez laissé derrière vous et qu'espérez-vous

On craint que cela ne dégénère en violence, également due à des interférences extérieures. Au lieu de cela, l'espoir est qu'il puisse y avoir une collaboration interne entre les différentes composantes de la société afghane, qu'elles puissent parvenir à un accord, collaborer les unes avec les autres et reconstruire un pays tourmenté par 40 ans de guerre.

Quel est l'avenir de l'Église et de la présence catholique?

J'attends de voir comment la situation évolue: si à un moment donné nous voyons que nous pouvons reprendre nos activités, pourquoi pas... Nous n'étions pas et ne serons pas en Afghanistan pour des raisons politiques, ce n'est pas à nous de décider qui va gouverner l'Afghanistan : si nous sommes autorisés à effectuer notre service, nous serons disponibles.

Y a-t-il une expérience que vous emportez avec vous et à laquelle vous pensez maintenant que vous êtes loin de Kaboul?

En ce moment, j'ai du mal à me concentrer sur le passé, mais le moment le plus important de ces sept années a peut-être été l'acte de consécration au Cœur Immaculé de Marie que nous avons fait le 13 octobre 2017, à la fin du centenaire de Fatima. Nous avons confié la mission et l'Afghanistan dans son ensemble à la Vierge. Je suis donc profondément convaincu que la Vierge veillera sur ce pays comme elle a veillé sur nous, au point que nous avons tous réussi à nous sauver. J'ai confiance que la même protection maternelle s'exercera sur le peuple afghan.

 

27 août 2021, 12:05