Recherche

Vatican News
Personnel soignant dans une rue d'Hanoï Personnel soignant dans une rue d'Hanoï  (AFP or licensors)

Covid: situation critique au Vietnam, les évêques appellent à la solidarité

De nombreux catholiques ont répondu généreusement à l'appel des évêques, qui s'inquiètent de la propagation du coronavirus mais aussi des conséquences pour l'économie.

La quatrième vague du Covid-19, liée à la propagation du variant Delta, balaie le Vietnam. Le principal foyer d’infections est Ho Chi Minh Ville -anciennement Saigon-, où 1 637 nouveaux cas ont été enregistrés au cours de la seule journée du 14 juillet, portant le nombre total de cas dans la métropole à 18 210. Depuis le début de la pandémie, le coronavirus a touché plus de 40 795 personnes dans le pays, avec plus de 200 décès, dont une centaine depuis avril. Les autorités ont décidé de prendre des mesures en mettant à nouveau la ville en quarantaine pendant 15 jours, à partir du 9 juillet.

Appel à la solidarité

L'Église locale s'est mobilisée. L'archidiocèse recrute des volontaires parmi les religieux et les religieuses pour aider le personnel de santé dans les hôpitaux saturés. Ces derniers jours, le président de la conférence épiscopale vietnamienne, Mgr Joseph Nguyen Chi Linh, a lancé un appel urgent à la solidarité à tous les Vietnamiens, avertissant que les nouvelles restrictions risquent d'avoir de graves conséquences, notamment pour les secteurs les plus pauvres de la population.  «Jamais, pas même en temps de guerre, la ville n'a dû faire face à des défis aussi urgents et difficiles qu'aujourd'hui», écrit l'archevêque de Hue dans un message, notant que les problèmes sont nombreux et graves: communautés infectées, hôpitaux surchargés, personnel de santé et équipes de prévention stressés et épuisés, stagnation économique, flambée des prix, transports bloqués.

La crise au Vietnam

«La “perle de l'Extrême-Orient” est en eau profonde: elle souffre d'un manque de personnel, de nourriture, de fonds, de médicaments et même d'un avenir. Que vont mettre sur la table les colporteurs, les chauffeurs de taxi et autres travailleurs journaliers dans les jours à venir ? Comment les travailleurs gagneront-ils leur vie lorsque les usines réduiront leur personnel ou fermeront leurs portes ? Personne ne sait combien de temps la crise sanitaire actuelle va durer et comment elle va évoluer», poursuit le message. Mgr Linh a ensuite exhorté tous les Vietnamiens du pays et de la diaspora à faire preuve de solidarité, rappelant la générosité des citoyens de Ho Chi Minh Ville pour aider les victimes des inondations qui ont frappé les provinces centrales du Vietnam à l'automne dernier. Le président des évêques s'est adressé en particulier aux catholiques et aux organisations caritatives, demandant aux diocèses et aux bureaux de Caritas d'activer un numéro vert pour collecter les dons: produits agricoles, matériel médical et argent.

Une réponse généreuse

«Personne ne sait combien de temps durera la crise sanitaire ni comment elle se terminera, mais pour les chrétiens, c'est un signe des temps dans lequel ils sont appelés à lire la volonté de Dieu. La pandémie est dévastatrice, mais nous, avec d'autres Vietnamiens dans le pays et à l'étranger, nous construirons une nouvelle ville», a souligné le prélat, citant les paroles de l'Évangile: «Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement» (Mt 10, 8). Enfin, il a invité les fidèles à prier et à confier la nation à Saint Joseph avec une pensée également adressée au Pape François afin qu'il puisse se remettre rapidement de sa récente opération. L'appel de Mgr Linh a immédiatement reçu une réponse généreuse de la part de nombreux catholiques vietnamiens. En quelques jours seulement, rapporte l'agence Ucanews, 4 milliards de dongs, soit 174 000 dollars, ont déjà été collectés. La conférence épiscopale s’est déjà attelée à la distribution de l'aide.

Vatican News Service - LZ

17 juillet 2021, 09:21