Recherche

Vatican News
Mgr Pizzaballa avec les responsables du premier groupe de plerins en Terre Sainte depuis le début de la pandémie. Mgr Pizzaballa avec les responsables du premier groupe de plerins en Terre Sainte depuis le début de la pandémie. 

Mgr Pizzaballa: le pèlerinage est dans l'ADN de Jérusalem

«La Terre Sainte sans pèlerins est incomplète»: ce sont les mots du patriarche latin de Jérusalem, Mgr Pierbattista Pizzaballa, qui a accueilli un groupe de pèlerins guidé par l’œuvre romaine des pèlerinages (OPR), une première depuis des mois, en raison de la crise sanitaire. Il renouvelle l’invitation à retourner sur les lieux de Jésus et rappelle le lien entre Rome et la Ville trois fois sainte.

Fausta Speranza - Cité du Vatican

«Pour Jérusalem, le retour des pèlerins signifie respirer à nouveau avec deux poumons»: ce sont avec ces mots que S.B Pierbattista Pizzaballa a joyeusement ouvert hier les portes du patriarcat latin aux fidèles, prêtres et journalistes qui se trouvent ces jours-ci en Terre Sainte avec le premier groupe de l’Œuvre romaine des pèlerinages (ORP), dirigé par le cardinal Enrico Feroci après un an et demi de fermeture des frontières à cause de la pandémie.

Le patriarche ne cache pas ses inquiétudes quant à la reprise du rythme normal des pèlerinages, mais il renouvelle toutefois son invitation à venir en Terre Sainte. Concernant la situation politique, deux mois après les affrontements entre Israël et le Hamas, il reconnait, certes, que les tensions se sont calmées, mais pointe le fait que la véritable solution au conflit israélo-palestinien, elle, n’est toujours pas en vue. «Les changements  ont besoin d'un contexte qui n'est pas là actuellement. Il est temps de semer», déclare-t-il, avant d’expliquer encore la profondeur du lien unissant Rome et Jérusalem : «Jérusalem a besoin de Rome et de Pierre, et l’Église de Rome a besoin de l’Église-mère, Jérusalem».  

Le sens d'un pèlerinage en Terre Sainte «permet de faire l'expérience avec les yeux». Il s'agit toujours d'un moment extraordinaire, que ce petit groupe vit aujourd’hui dans une dimension de recueillement encore plus particulière: pas de files d’attentes, ni de brouhaha habituel dans les Lieux saints. Il s’agit bien sûr d’un moment de tristesse pour l'absence de pèlerins, souligne le patriarche, mais aussi une occasion de réflexion.

L'arrivée du groupe a été saluée par les Frères mineurs de la Custodie, qui ont accueilli avec émotion le cardinal Feroci et son groupe. Les gardiens des Lieux saints ont précisé qu’au Saint Sépulcre, la prière n’avait jamais cessé avec la crise sanitaire ou les différents confinements mis en place. Les célébrations diurnes et nocturnes s’y sont toujours déroulées sans interruption, assurant une prière constante pour la Terre Sainte et pour le monde entier.

 

07 juillet 2021, 15:01