Recherche

Vatican News
2019.02.25 crocefisso

Méditation 14ème dimanche Ordinaire B : "l’identité du chrétien et l’image du Christ."

Le Père Jésuite Jean-Marcel Mupungu nous introduit à la méditation avec les lectures du 14ème dimanche ordinaire B.

Chers frères et sœurs, 

Le chrétien est un homme converti, pardonné, appelé à voir toutes choses nouvelles en Christ. Il trouve consolation dans le Seigneur au moment de tribulations et de souffrances. Il a les yeux toujours levés vers le Seigneur. Le psaume d’aujourd’hui nous rappelle ce profil du Chrétien et nous encourage à trouver refuge auprès du Seigneur, notre seul recours, lorsque notre âme est rassasiée du mépris, lorsque nous sommes rassasiés du rire des satisfaits, du mépris des orgueilleux, lorsque nous sommes à bout de souffle ou lorsque nous croyons que les portes de notre bonheur se sont fermées ; lorsque nous sommes terrassés par les forces du mal sur le plan physique, moral, psychologique ou spirituel. C’est dans ce sens que Saint Paul, dans la deuxième lecture nous est présenté comme un modèle d’humilité et de confiance au Seigneur. Saint Paul se confie au Seigneur, reconnaissant que c’est en Dieu que se trouve son bonheur. Il puise son réconfort dans le Seigneur au moment de ses faiblesses, de tribulations, de la fragilité de sa nature ou des difficultés subies, des souffrances et de détresse qu’il rencontre. Ainsi peut-il dire, « J’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime. Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi. Mais il m’a déclaré : «  Ma grâce te suffit ». Car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse ». 

Chers frères et sœurs, telle est la confession de Paul. Telle devrait aussi être la confession du chrétien, pleine de reconnaissance et d’humilité. Se reconnaitre faible, pécheur, assailli par toute sorte de difficultés mais compter sur la grâce de Dieu, rester les yeux levés vers le ciel. 

 Dans la première lecture, Dieu envoie le prophète Ezéchiel aux nations qui ont oublié le chemin de Dieu, endurcissant leur cœur. Dieu les considère comme une engeance de rebelles. L’interpellation du prophète Ezéchiel est une invitation à la conversion, à la redécouverte de la présence de Dieu. Le contexte de ces nations rebelles ressemble au nôtre aujourd’hui où nous ne savons plus reconnaitre la présence de Dieu parmi nous, nous ne savons plus accueillir sa parole avec un cœur ouvert et généreux. Nous devenons tellement dispersés par les problèmes que nous ne savons plus vivre de la nouveauté de l’Evangile. Saint Marc nous le rappelle dans la péricope d’aujourd’hui. Les auditeurs de Jésus (que nous sommes aussi) s’étonnent de sa parole, la minimisent et la considèrent dans la superficialité du quotidien. N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? S’interrogent-ils. C’est ainsi que d’aucuns semblent se comporter face à la Bonne Nouvelle du Christ, face aux messagers de la Parole divine. Notre quotidien est de plus en plus fait de messages parfois superficiels, des fausses nouvelles qui, à tort ou à raison, façonnent notre style de vie nous rendant nous-mêmes superficiels. Et pourtant, le style de vie du chrétien c’est l’Evangile, c’est la bonne nouvelle du christ, l’envoyé du Père pour nous libérer du mal, pour nous apporter la paix, le réconfort. Que le Seigneur nous donne de trouver en lui la source de notre bonheur.

Méditation du 14e dimanche du Temps Ordinaire de l’année liturgique B avec le Père Mupungu, SJ
02 juillet 2021, 15:55