Recherche

Vatican News
Soeur Maria Laura Mainetti sera béatifiée le 6 juin 2021 à Chiavenna, où elle a subi le martyre en l'an 2000. Soeur Maria Laura Mainetti sera béatifiée le 6 juin 2021 à Chiavenna, où elle a subi le martyre en l'an 2000. 

Sœur Maria Laura Mainetti et la lumière du martyre

Dimanche sera béatifiée à Chiavenna en Italie sœur Maria Laura, tuée en haine de la foi par trois très jeunes filles le 6 juin 2000 dans cette même ville. Selon la postulatrice «son martyre a été le couronnement d’une vie consacrée à s’offrir à Dieu».

Benedetta Capelli - Cité du Vatican

L'obscurité est le protagoniste de cette histoire qui a choqué l'Italie il y a plus de 20 ans, en lui faisant prendre conscience que le phénomène du satanisme était vivant. L'obscurité est celle de la nuit du meurtre de sœur Maria Laura Mainetti, et celle des consciences des trois jeunes femmes qui, dans l'obscurité, ont trouvé le parfait complice à tuer. Mais c'est une obscurité qui se heurte au corps élancé d'une religieuse, illuminée par l'amour des autres, capable de ne pas délivrer, au dernier moment de sa vie, des paroles de douleur mais de pardon, sachant que dans la miséricorde ces jeunes pouvaient trouver un souffle pour recommencer, pour reconstruire à partir des fondations une nouvelle vie.

Née sous le nom de Teresa, elle embrasse la croix sous le nom de Maria Laura

Sœur Maria Laura avait 61 ans lorsqu'elle a été tuée, le 6 juin 2000 à Chiavenna, dans la province de Sondrio, au nord de l’Italie. De son vrai nom Teresina, elle est la dernière de dix enfants. Sa mère est morte quelques jours après l'accouchement et elle a été élevée par sa sœur aînée. À l'âge de 18 ans, elle choisit d'entrer dans la Congrégation des Filles de la Croix ; un choix si profondément ancré en elle qu'elle signait toujours son nom en entier comme «Sœur Maria Laura Fille de la Croix».

C'est une croix qu'elle embrasse et qu'elle aime, qui la pousse à s'ouvrir aux derniers, et surtout aux jeunes qu'elle voit perdus. D'elle-même, elle a dit : «Il y a des constantes qui m'ont toujours accompagnée : une joie profonde, au-delà des difficultés ; la certitude du Christ qui m'aime, me pardonne, me renouvelle et ne m'abandonne jamais ; l'amour pour chaque personne en tant que telle, en tant qu'incarnation du Christ, surtout pour les moins aimés».

Francesca Consolini est la postulatrice de sa cause en béatification. Elle témoigne pour Vatican News :

R. - Les martyrs ne s'improvisent pas, leur mort est toujours le couronnement d'une vie vécue à la lumière de Dieu, dans l'esprit de foi, d'offrande, de charité, d'espérance avec les caractéristiques de la contingence dans laquelle le martyre se trouve à vivre. Don Puglisi, par exemple, a défendu la justice contre la mafia, l'archevêque Romero a défendu les pauvres.

Le martyre de sœur Maria Laura a été le couronnement d'un parcours qui a pratiquement duré toute sa vie, du moins depuis qu'elle a décidé que sa vie serait donnée au Seigneur dans la consécration religieuse. La sienne était une recherche continue de Dieu, un dépassement de soi pour connaître le Seigneur plus profondément, pour l'aimer de plus en plus et en même temps pour aimer les autres de plus en plus, j'aime me souvenir de cela.

Sœur Maria Laura est morte parce qu'elle n'a pas su et pas voulu dire non à une demande d'aide, même camouflée et même trompeuse, de la part d'une jeune fille qui lui a fait part de ses difficultés. Elle est sortie, elle est allée aider et cela au nom de ce qu'elle disait, c'est-à-dire "nous devons nous habituer à être mangés par les autres". Elle voulait dire être des présences actives, être des présences attentives, être toujours disponibles pour être dérangés par l'autre parce que l'autre est le Christ qui, dans la figure du pauvre, du jeune, de la sœur, du voisin, de celui qui vient à vous à ce moment-là pour demander de l'aide, vous demande d'être disponibles. Vous avez dit que le plus grand cadeau est de découvrir le Christ dans son frère et donc de ne pas mettre de limites à cette charité, à cette générosité.

Un double aspect : voir le Christ dans l'autre personne que nous allons servir, aider, mais qu'à son tour l'autre personne voit le Christ en nous. Elle a défini la vie quotidienne comme une incarnation, une rencontre des petites choses de chaque jour avec le mystère. "Je rencontre Dieu comme Marie a rencontré le Verbe" : c'est la clé de toute sa vie.

Elle a étudié la vie de Sœur Maria Laura, la disséquant dans tous ses aspects. Au-delà de la mort de cette martyre, y a-t-il un épisode de sa vie qui, à votre avis, représente le mieux le charisme de cette religieuse ?

R. - Il n'y a pas d'épisodes marquants. La dimension dans laquelle a vécu sœur Maria Laura est la dimension de la vie quotidienne héroïque, en étant fidèle chaque jour. Elle était enseignante et donc éducatrice, elle a vécu sa vie avec des enfants, des adolescents et des jeunes.  Elle était très attachée au monde des jeunes, elle disait que les jeunes étaient la raison de sa vie. Il n'y a pas d'épisodes marquants, car sa dimension était juste le quotidien, mais c'était aussi son choix. Elle se demandait : "Qu'aurait fait Jésus à ma place ?" et elle disait que nous pouvons accomplir de grandes choses, mais que nous devons nous plonger dans la vie quotidienne, prêts à garder notre porte ouverte à toute souffrance, nous laissant toujours évangéliser par les petits. Elle disait : "Je suis un simple nom, un petit grain de sable."

Ce sont les saints d'à côté dont le Pape François parle tant...

R. - Oui, car le Pape François nous dit que nous sommes des saints là où le Seigneur nous a placés pour vivre, chacun selon sa propre voie. Essayez de vous rendre saint - c'est son invitation - en vivant pleinement votre baptême.

En ce qui concerne la mort de sœur Maria Laura, il existe une réflexion de Vittorino Andreoli, un psychiatre non croyant, qui s'attarde sur le dernier moment de la vie de la religieuse, lorsqu'elle offre son pardon aux filles qui la tuent, délivrant ainsi une semence de salut...

R. - C'est l'attitude qu'elle a eue toute sa vie : à ce moment-là, elle a pardonné à ces filles qui lui faisaient du mal, qui la tuaient, mais elle n'a pas pardonné seulement l'acte de tuer. À mon avis, elle a aussi essayé de pardonner le vide qu'elles avaient en elles. Elle ne les aurait jamais condamnées, elle aurait aussi essayé de comprendre la raison pour laquelle elles étaient poussées à agir ainsi. L'attitude du pardon est une attitude qui se cultive jour après jour, instant après instant, parce que cela ne s'improvise pas non plus, on le vit dans les petits pardons de chaque jour.

Quand on étudie la figure du martyr, on étudie deux attitudes : qu'il y ait une véritable haine de la foi et ensuite la volonté du martyr de subir le martyre, dans le cas de sœur Maria Laura, parce qu'elle n'a jamais dit non aux demandes du Seigneur et ensuite parce que, plus d'une fois dans ses pensées écrites, elle a dit qu'elle était prête à donner tout d'elle-même. Quelques jours avant sa mort, elle a écrit qu'elle était prête à donner sa vie comme Jésus.

À qui soeur Maria Laura Mainetti s'adresse-t-elle aujourd'hui ?

R. - Je dirais qu'elle parle à tout le monde car nous ne devons pas la considérer uniquement comme une martyre, son martyre faisait partie d'un plan que Dieu avait préparé. Je dirais qu'elle parle à tout le monde parce qu'elle a suivi précisément le chemin que le Pape indique dans Gaudete et exultate lorsqu'il nous parle de la façon dont on devient un saint. Elle parle à tout le monde parce qu'elle a vécu une vie de fidélité à son appel. Elle a été appelée à la vie religieuse dans la famille des Filles de la Croix et donc elle a suivi ce chemin, elle a porté à son accomplissement un appel, l'appel que nous avons tous et qui est d'abord celui de la cohérence avec notre baptême et puis l'appel dans le lieu où nous nous trouvons, dans le lieu où nous nous trouvons à vivre, à travailler, à nous engager.

Elle parle à tout le monde parce que ce qui est le plus beau chez elle, à mon avis, c'est précisément cette dimension de fidélité quotidienne, de confiance, de recherche de Dieu, sans anxiété et sans angoisse, dans la certitude sereine qu'il vit au milieu de nous, parfois caché, mais toujours présent, jamais loin et donc on peut le trouver dans les petites choses de chaque jour, dans les personnes que l'on rencontre, dans la simplicité, dans l'abandon serein et confiant, sans aller à la recherche du grand, du parfait, de l'impossible, mais simplement comme ça, dans la sainteté ordinaire.

05 juin 2021, 11:36