Recherche

Vatican News
Soeur Ann Gardiner, religieuse de la communauté des filles de Notre-Dame du Sacré Coeur, missionaire auprèes des Aborigènes. Soeur Ann Gardiner, religieuse de la communauté des filles de Notre-Dame du Sacré Coeur, missionaire auprèes des Aborigènes.  

L'Église d'Australie face aux défis de la mission

La communauté catholique australienne est appelée à discuter et à réfléchir sur l'avenir de la mission évangélisatrice de l'Église dans le pays. L'ordre du jour du Conseil plénier de l'Église locale a été dévoilé le 18 juin. Une rencontre qui se déroulera en octobre prochain est qui est la plus importante dans le pays depuis 1937.

Les préparatifs s'intensifient en vue du cinquième Conseil plénier de l'Église catholique australienne qui débutera l'automne prochain par la première des deux sessions prévues, du 2 au 10 octobre à Adélaïde. L'ordre du jour de cette assemblée où 280 délégués sont attendus a été présenté le 18 juin.

Le Conseil plénier est la réunion nationale la plus importante pour l'Église australienne depuis 1937. La communauté catholique australienne est en effet appelée à discuter et à réfléchir sur l'avenir de la mission évangélisatrice de l'Église dans le pays, notamment face aux défis contemporains. Les évêques ont été émus par la prise de conscience des profonds changements qui ont eu lieu dans la société australienne au cours des 80 dernières années et par le désir de suivre l'approche pastorale et de dialogue du Pape François pour faire face à ces nouveaux défis. Un besoin devenu encore plus pressant après la publication en 2017 du rapport final de la Commission royale, la Commission fédérale sur les réponses institutionnelles aux abus sexuels contre les mineurs, qui a souligné l'urgence d'une réforme profonde de la gouvernance de l'Église dans le pays.

Cinq thématiques principales

L'ordre du jour comporte 16 questions auxquelles les participants aux deux assemblées conciliaires sont invités à répondre par des «propositions concrètes pour créer en Australie une Église plus missionnaire et centrée sur le Christ». Ces questions s'articulent autour de 5 thématiques identifiées: la conversion, la prière, les structures de formation, la gouvernance et les institutions. Le fil conducteur est cet «élan missionnaire renouvelé», capable de «tout transformer, de sorte que les coutumes, les styles, les horaires, la langue et chaque structure ecclésiale deviennent un canal adéquat pour l'évangélisation du monde d'aujourd'hui, plutôt que pour l'auto-préservation», invoqué par le Pape François dans Evangelii Gaudium.

«À travers le Conseil plénier, nous sommes appelés à réfléchir à la manière dont nous pouvons être une Église ouverte sur les périphéries, accueillant tout le monde dans nos communautés et montrant le visage du Christ au monde», a expliqué le président de cette assemblée, Mgr Timothy Costelloe. «L'ordre du jour nous pose un certain nombre de questions difficiles, mais sans ces questions, nous n'irons pas au fond de nos cœurs pour envisager comment devenir cette Église missionnaire et centrée sur le Christ dont nous avons besoin aujourd'hui» a t-il précisé. Le prélat a souligné l'importance du thème de la «conversion» - personnelle, communautaire et institutionnelle - qui est apparu de nombreuses fois dans les discussions de la phase préparatoire.

Annoncé en 2016 et approuvé par le Pape François en 2018, le cinquième Conseil plénier australien est divisé en deux sessions plénières qui devaient avoir lieu respectivement en octobre dernier à Adélaïde et en juillet prochain à Sydney, mais qui, en raison de la pandémie, ont été reportées d'un an exactement, à octobre 2021 et juillet 2022. 

Vatican News Service - LZ

 

 

20 juin 2021, 11:44