Recherche

Vatican News
Les participants à la messe pour la Sainte-Pétronille, le 31 mai 2021 à la basilique Saint-Pierre. Les participants à la messe pour la Sainte-Pétronille, le 31 mai 2021 à la basilique Saint-Pierre. 

Messe de la Sainte-Pétronille: retrouver la joie dans une société essoufflée

Comme c’est la tradition chaque année, une messe pour la France a été célébrée ce matin en la basilique Saint-Pierre à l’occasion de la Sainte-Pétronille, considérée comme la fille spirituelle de saint Pierre et la patronne de la France depuis le règne de Pépin Le Bref.

Vatican News

Habituellement confiée à une personnalité française de la Curie romaine, la présidence de la célébration a été assurée cette fois-ci par Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France. Le cardinal Dominique Mamberti, préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique, était également présent, ainsi que l'ambassadrice de France près le Saint-Siège, Élisabeth Beton-Delègue, et les ambassadeurs de France près l'Italie et la FAO. Quelques dizaines de personnes étaient présentes, essentiellement issues de la communauté française travaillant au Vatican, ainsi que du réseau ecclésial et diplomatique à Rome.

Le président de la CEF a articulé son homélie autour des textes de la liturgie du jour, fête de la Visitation, et tirés du Livre du prophète Sophonie et de l’extrait de l’Évangile de saint Luc racontant la visite de Marie à Élisabeth. Il a mis en parallèle l’enthousiasme fidèle de ces figures bibliques fidèles au Seigneur, et l’impatience désenchantée qui caractérise la société française actuelle, en particulier dans les incertitudes de l’après-pandémie.

«Notre pays, en tant que tel, ne veut plus croire à un «encore meilleur » qui viendrait d’ailleurs ou d’en haut. Il a voulu et veut s’approprier le meilleur qu’il peut se donner», a remarqué l’archevêque de Reims. Si cette idéologie a porté des fruits de progrès social et humain, elle touche aussi à ses limites en créant des frustrations pour une grande partie de la population.

«L’élan s’est essoufflé, a regretté Mgr de Moulins-Beaufort. Nous ne sommes collectivement plus très sûrs que demain sera meilleur qu’aujourd’hui, nous craignons que le temps ne soit qu’un facteur d’usure, nous redoutons que les meilleures situations d’ici-bas ne cachent des mensonges, des violences, des secrets honteux. De plus en plus, nos sociétés occidentales sont des sociétés de la frustration. Elles accumulent les droits, ce qui pourrait être réjouissant, mais sur fond de ressentiment, quand il faudrait un élan vers l’avenir, et, par conséquent du pardon, qui n’est pas amnistie.»

Passer de la frustration pour soi à la disponibilité pour l’autre

Le président de la conférence épiscopale a relevé ce paradoxe : «Nous avons peur de manquer alors que nous avons beaucoup, et ce qui nous manque, le peu qui nous manque parfois, nous obnubile. Comment retrouver le chemin de la joie? Est-il encore possible à un peuple d’être joyeux?»

Les chrétiens ont la responsabilité de témoigner de leur foi pour faire germer une espérance renouvelée, au cœur d’une société qui, au fil des tourments de l’histoire, a toujours été tiraillée par des forces contradictoires. «C’est la mission de ceux et celles qui ont la foi que d’aller vers la vieille humanité, non pour l’accabler avec l’insolence de la jeunesse qui a tout, même les promesses du lendemain, mais pour la servir, avec la délicatesse de celui qui ne veut rien avoir à soi sans le partager, et qui sait qu’il ne peut être comblé que grâce à l’effort patient de celles et de ceux qui l’ont précédé.»

Par leur vie et leur action, Marie et Élisabeth mais aussi saint Pierre et sainte Pétronille ont montré que l’histoire humaine ne se réduit pas un rapport de forces, ni à un chaos de forces qui s’entrechoquent dans une rivalité perpétuelle, mais que l’action divine peut trouver son chemin dans le cœur des personnes pour déployer la «cité éternelle», le «seul temple véritable du Dieu vivant».

«En célébrant la messe pour notre pays, je prie pour que les chrétiens en lui sachent transformer leur espérance en une énergie au service du bien toujours plus grand de tous, et je prie pour que tous nos concitoyens puissent trouver ou retrouver la joie d’unir leurs destinées terrestres et de regarder ce qui vient avec espérance», a conclu le président de la conférence épiscopale française.

31 mai 2021, 15:48