Recherche

Vatican News
2020.05.12 speranza, croce, mani

Dimanche de la Pentecôte : «Laissons-nous conduire par l’Esprit»

Le Père jésuite Flavien Zolabi nous introduit à la méditation avec les lectures du dimanche de la Pentecôte de l’année liturgique B.

Chers frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui la solennité de la Pentecôte, le jour de la manifestation de l’Esprit Saint aux apôtres, cinquante jours après la Résurrection du Seigneur. Tout au long du temps pascal, l’Eglise nous a proposé de faire une lecture continue de l’évangile selon Saint Jean, particulièrement de la rencontre de Jésus avec Nicodème (Jn 3) jusque peu avant son entrée dans sa passion (Jn 17). Le récit de l’évangile de ce dimanche est justement un morceau du grand discours d’adieu que Jésus a adressé à ses apôtres le soir de la dernière Cène. Pour les préparer à assumer la douleur et la tristesse de la séparation, à accepter les hostilités et les souffrances inhérentes à leur mission d’être ses témoins, Jésus leur a promis la présence et l’assistance de l’Esprit Saint de vérité qu’il leur enverra d’auprès du Père.

“ésus leur a promis la présence et l’assistance de l’Esprit Saint de vérité qu’il leur enverra d’auprès du Père.”

Dans la première lecture tirée du livre des Actes des apôtres, Saint Luc nous raconte la réalisation de cette promesse de Jésus. Il nous dit que pendant que les apôtres se trouvaient réunis, l’Esprit Saint descendit sur eux sous des signes sensibles : en effet, les apôtres entendirent un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent, ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux. Alors ils furent remplis de l’Esprit Saint. Et les fruits de cet Esprit sont immédiats : les apôtres se mirent à proclamer les merveilles de Dieu, et chacun de leurs auditeurs les entendaient dans sa propre langue. Cet événement de Pentecôte vient restaurer l’unité du peuple perdue de l’expérience de la tour de Babel (Gen 11,1-9). La grâce de la Pentecôte veut, en effet, que tous les hommes, dans leur diversité, puissent entendre la Bonne nouvelle du salut. Et notre lecture continue du livre des actes des apôtres pendant ce temps pascal, nous a fortement aidé à reconnaître l’Esprit Saint comme l’acteur principal de l’expansion de la foi au Christ à travers le monde.

“La grâce de la Pentecôte veut, en effet, que tous les hommes, dans leur diversité, puissent entendre la Bonne nouvelle du salut.”

La deuxième lecture de ce jour, tirée de la lettre de Saint Paul Apôtre aux Galates enrichit notre médiation en nous proposant d’une certaine manière deux types d’homme : d’une part l’homme qui se laisse conduire par l’Esprit de Dieu et porte dans sa vie les fruits de l’Esprit qui sont: amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi. Et d’autre part l’homme qui ne marche pas selon l’Esprit de Dieu, c’est-à-dire l’homme mondain livré aux passions de la chair, qui mène à : débauche, impureté, obscénité, idolâtrie, sorcellerie, haines, querelles, jalousie, colère, envie, division, sectarisme, rivalités, beuveries, gloutonnerie et autres choses du même genre.

“L’homme qui se laisse conduire par l’Esprit de Dieu et porte dans sa vie les fruits de l’Esprit.”

Chers frères et sœurs, l’Esprit qui descendit sur les apôtres au matin de la Pentecôte et les avait réconfortés et guidés pour témoigner courageusement de la vie, la mort et la résurrection du Christ, est le même Esprit dont nous parle Saint Paul et que nous avons reçu le jour de notre baptême. Mais les réalités actuelles de notre monde, de nos sociétés, de nos communautés ecclésiales, de nos familles, montrent malheureusement que nous ne marchons pas toujours selon cet Esprit, mais au contraire nous nous laissons guider par la chair. Demandons au Seigneur de renouveler nos cœurs en nous rendant plus dociles à son Esprit.

Méditation du dimanche de la Pentecôte de l’année liturgique B avec le Père Flavien Zolabi, SJ
21 mai 2021, 10:06