Recherche

Vatican News
Le Patriarche Grégoire Pierre XX Ghabroyan, ici lors d'une rencontre avec le Pape François, en février 2020 au Vatican avec les autres chefs des Églises orientales en communion avec Rome. Le Patriarche Grégoire Pierre XX Ghabroyan, ici lors d'une rencontre avec le Pape François, en février 2020 au Vatican avec les autres chefs des Églises orientales en communion avec Rome. 

Décès du Patriarche des Arméniens catholiques, Grégoire Pierre XX Ghabroyan

Après une longue maladie qui a duré plus de cinq mois, Sa Béatitude Grégoire Pierre XX Ghabroyan, Patriarche de Cilicie des Arméniens catholiques, qui avait été élu à la tête de l'Église catholique arménienne le 25 juillet 2015, est décédé ce matin.

Sa Béatitude Grégoire Pierre XX Ghabroyan était né à Alep, en Syrie (alors sous protectorat français) le 14 novembre 1934. Il a fait ses études primaires au couvent de Bzommar, puis s'est rendu à Rome au Collège pontifical arménien où il a terminé ses études de philosophie et de théologie à l'Université pontificale grégorienne.

Il a été ordonné prêtre le 28 mars 1959, avant devenir préfet des études au séminaire de Bzommar en 1960, puis recteur de l'Institut Mesrobian au Liban de 1962 à 1969, et recteur du séminaire de Bzommar jusqu'en 1975. En 1976, il a été nommé par le Saint-Siège exarque des Arméniens catholiques de l'exarquat de Saint-Croix de Paris, puis promu éparque de cette même juridiction, devenue donc une éparchie, en 1986. Il avait reçu l'ordination épiscopale le 13 février 1977 au Liban. 

Un nouvel appel à servir l’Église, à 80 ans

Après 36 années au service des Arméniens de France, il s’était retiré le 2 février 2013. Sa retraite sera interrompue deux ans plus tard: le 25 juillet 2015, déjà âgé de 80 ans, il a été élu par les pères synodaux de l'Église catholique arménienne comme 20e Patriarche de Cilicie des catholiques arméniens, qui rassemble la petite minorité catholique parmi les Arméniens de la diaspora et de l’État arménien, la très grande majorité des Arméniens étant affiliés à l’Église apostolique. La cérémonie d'intronisation avait eu lieu le 9 août de la même année au couvent patriarcal de Bzommar au Liban.

À l'occasion de son élection, le Pape François avait envoyé un message de félicitations dans lequel il accordait la communion ecclésiastique demandée par le nouveau Patriarche. Dans le contexte du centenaire du génocide des Arméniens et des soubresauts qui touchaient les communautés arméniennes catholiques, notamment en Syrie, François évoquait les défis de cette petite Église en communion avec Rome, en soulignant son ancrage dans la fidélité au Christ: «Éclairés par la lumière de la foi dans le Christ ressuscité, notre vision du monde est pleine d'espérance et de miséricorde, car nous sommes certains que la Croix de Jésus est l'arbre qui donne la vie», écrivait alors l’évêque de Rome.

Au nom de la Conférence des évêques de France, Mgr Éric de Moulins-Beaufort assure toute la communauté de l’Église arménienne catholique de la prière fraternelle et fervente des catholiques de France. Il demande au Seigneur d’accueillir en sa paix ce fidèle serviteur, est-il écrit dans un communiqué publié ce soir par la CEF.

25 mai 2021, 15:16