Recherche

Vatican News
Célébration oecuménique dans l'église de saint Barthélémy sur l'ile tibérine Célébration oecuménique dans l'église de saint Barthélémy sur l'ile tibérine 

Le cardinal Koch rend hommage aux martyrs arméniens

Le président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens a présidé ce dimanche soir en la basilique San Bartolomeo all’Isola (saint Barthélémy en l’île), dédiée aux martyrs des temps contemporains, une célébration œcuménique pour la paix dans le monde, à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens, perpétré par l’Empire ottoman à partir du 24 avril 1915.

Cyprien Viet – Cité du Vatican

Le cardinal Kurt Koch a prononcé une homélie dans le cadre de cette cérémonie œcuménique pour la paix dans le monde, organisée conjointement par son dicastère et par l'Église apostolique arménienne, sous l'intitulé "Prions avec les saints martyrs du génocide arménien". L'Église apostolique arménienne, qui n'est pas en communion avec Rome mais qui rassemble la grande majorité des Arméniens de l'État arménien actuel et de la diaspora, avait en effet procédé à la canonisation collective de l'ensemble des martyrs du génocide en 2015, lors des célébrations du centenaire.

Le cardinal Koch a expliqué que Jésus est devenu le «tout premier martyr», en exprimant, sur la croix, l’amour dans sa forme la plus radicale. Le Christ a «transformé la violence exercée sur lui en amour et a donné sa vie sur la croix pour nous, les hommes». Il a ainsi tracé la voie pour les martyrs qui ont suivi, notamment le diacre Étienne, dont les Actes des Apôtres rapporte sa prière pour ses persécuteurs – «Seigneur, ne leur retiens pas ce péché» (Ac 7,60) – dans un sens équivalent aux mots de Jésus sur la croix: «Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font» (Lc 23,34).

Ainsi, «le martyr chrétien se caractérise par le fait qu'il ne cherche pas le martyre en soi, mais qu'il l'assume comme conséquence de sa fidélité à la foi en Jésus-Christ», exprimant ainsi «la victoire de l'amour sur la haine et sur la mort». Le Concile Vatican II l’avait rappelé au 42e paragraphe de la Constitution Lumen Gentium: «Le martyre dans lequel le disciple est assimilé à son maître, acceptant librement la mort pour le salut du monde, et rendu semblable à lui dans l’effusion de son sang, est considéré par l’Église comme une grâce éminente et la preuve suprême de la charité.»

«Le Concile reconnaît cette "preuve suprême de charité" non seulement chez les martyrs de l'Église catholique mais aussi chez ceux des autres Églises et Communautés ecclésiales chrétiennes»,  a rappelé le président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens. «Cette profonde reconnaissance s'est répandue de plus en plus parmi nous, chrétiens, surtout au cours du siècle dernier, au début duquel a eu lieu le grand et sanglant martyre des chrétiens arméniens pendant le génocide de ce peuple, en mémoire duquel nous sommes réunis en prière aujourd'hui», a expliqué le cardinal suisse.

La persécution des chrétiens, une réalité toujours actuelle

«Depuis lors, le christianisme est devenu une Église de martyrs à une échelle incomparable, a-t-il insisté. En fait, il y a même plus de martyrs aujourd'hui que pendant la persécution des chrétiens au cours des premiers siècles. 80 % de toutes les personnes persécutées pour leur foi aujourd'hui sont des chrétiens. La foi chrétienne est la religion la plus persécutée dans le monde aujourd'hui.»

Reprenant une constatation souvent effectuée par le Pape François, le cardinal Koch a reconnu que «les chrétiens d'aujourd'hui ne sont pas persécutés parce qu'ils sont orthodoxes ou orientaux, catholiques ou protestants, mais parce qu'ils sont chrétiens. Le martyre aujourd'hui est œcuménique, et il faut parler d'un œcuménisme véritable et approprié des martyrs», a-t-il expliqué, en rappelant aussi que dans son encyclique de 1995 Ut unum sint, le Pape Jean-Paul II avait souligné l’existence d’un «Martyrologe commun» des chrétiens qui montre «en profondeur, que Dieu entretient chez les baptisés la communion dans l'exigence suprême de la foi, manifestée par le sacrifice de la vie ».

«Dans l'œcuménisme des martyrs, nous pouvons percevoir une unité fondamentale entre nous, chrétiens, et espérer que les martyrs du christianisme nous aideront à redécouvrir la pleine communion. De même que l'Église primitive exprimait sa conviction de foi par la déclaration brève mais incisive que le sang des martyrs est la semence de nouveaux chrétiens ("Sanguis martyrum semen Christianorum"), de même nous pouvons espérer avec confiance que le sang de tant de martyrs aujourd'hui deviendra une semence pour l'unité future de l'unique Corps du Christ déchiré par tant de divisions», a assuré le cardinal Koch.

«Les martyrs arméniens nous ont ouvert les yeux sur cette vision profonde au début du XXe siècle marqué par les deux guerres mondiales sanglantes. Ils nous ont rappelé que le martyre n'est pas un phénomène marginal dans le christianisme, mais qu'il est au cœur même de l'Église», a-t-il ajouté. 

Le martyr chrétien «ne meurt pas simplement pour une idée, pas même pour la très noble idée de la dignité humaine. Au contraire, il est crucifié "avec le Christ" et meurt "avec quelqu'un qui est déjà mort pour lui"», a-t-il aussi expliqué, en citant son compatriote suisse, le théologien Hans Urs von Balthasar.

Demander l’intercession des martyrs arméniens

«Les martyrs arméniens ont apporté un témoignage particulier de cette dimension christologique, a précisé le cardinal Kurt Koch. En tant que membres d'un État qui fut le premier État chrétien de l'histoire, ils sont restés fidèles à leur foi apostolique et ont donné leur vie pour le Christ. Ils sont, au sens premier du mot grec "martys", c'est-à-dire des témoins, certes pas seulement des témoins en paroles, mais aussi des témoins en actes de la foi».

«Nous avons donc toutes les raisons de nous tourner vers eux en tant qu'intercesseurs et de leur demander de nous accompagner, nous chrétiens, sur notre pèlerinage terrestre aujourd'hui aussi, de nous soutenir par leurs prières dans notre témoignage dans le monde d'aujourd'hui et de renforcer notre espérance que Jésus-Christ nous prépare aussi une place dans la maison du Père. Aujourd'hui, en faisant spécialement mémoire des martyrs arméniens et en demandant leur intercession, nous exprimons notre gratitude pour le précieux témoignage du Christ qu'ils nous ont offert par leur vie», a conclu le cardinal Koch.

 

25 avril 2021, 20:00