Recherche

Vatican News
Figuig, à la frontière algéro-marocaine. Figuig, à la frontière algéro-marocaine.   (AFP or licensors)

Pâques en Algérie, une espérance pour la fraternité universelle

«La fête de Pâques vient nous aider à accueillir le message prophétique du Pape François en Irak, il y a un mois. Il ne faut pas trop vite oublier ce voyage du pèlerin de la fraternité sur la terre d’Abraham et le message d’espérance dont il témoignait», assure l’archevêque d’Alger, Mgr Paul Desfarges dans son message pascal.

«Pâques nous révèle que Dieu est lui-même notre lien fraternel avec tous. Il ne s’agit pas d’une présence qui s’impose. L’Amour en personne ne s’impose pas, il s’offre à la rencontre», a d’emblée affirmé l’archevêque de la capitale algérienne, pour qui la fraternité est un signe éclatant de cet amour.

Travailler à la paix

À Ur, en Irak, la ville d’origine d’Abraham, le Saint Père nous a révélé l’actualité de Pâques en allant à la rencontre de ses frères des différentes confessions de la foi musulmane, les grandes traditions chiites, sunnites, et diverses minorités, yazidis, mazdéens, sabéens, et autres…, estime-t-il, rappelant la rencontre avec la figure spirituelle chiite, l’ayatollah Al-Sistani. «Il l’a rencontré d’abord comme un frère et un frère croyant.»

 

Selon Mgr Desfarges dans son message, le Saint Père est habité par cette conviction exprimé par le Concile Vatican II: «Par la Résurrection, le Christ s’est en quelque sorte unis à tout homme». C’est pour cela qu’il invite les religions à travailler avec lui à la paix. Telle est aussi la vocation de l’Église d’Algérie: travailler à la paix en faisant fraternité avec tous.

Des moments de vie fraternelle

«Un moment privilégié pour vivre la fraternité va nous être donné dans quelques jours avec le Ramadan», a souligné l’archevêque, cette période commençant cette année le 13 avril. «Ce temps de renouveau spirituel pour nos frères et sœurs musulmans est une occasion de nous associer par le cœur à leur prière et aussi à vivre des moments forts de vie fraternelle, par exemple, lors des invitations à vivre la rupture du jeûne.»

Dans le message du Pape envoyé au début du Carême, il nous invitait à «vivre un carême de charité». Cette succession du temps du Carême chrétien, de la célébration pascale et du temps du Ramadan musulman sont des occasions qui nous sont données pour mieux vivre la solidarité sociale et la fraternité, relève Mgr Desfarges.

03 avril 2021, 14:35