Recherche

Vatican News
La CORREF a tenu une nouvelle Assemblée générale les 19 et 20 avril 2021. (Image d'illustration) La CORREF a tenu une nouvelle Assemblée générale les 19 et 20 avril 2021. (Image d'illustration)  (ANSA)

Abus : «Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités», assume la CORREF

La Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF) a tenu lundi 19 et mardi 20 avril son Assemblée générale. Deux jours focalisés sur la lutte contre les abus sexuels et d’autorités, afin de préparer l’arrivée du rapport de la CIASE, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, attendu au début de l’automne 2021.

Marine Henriot – Cité du Vatican

Deux lignes directrices ressortent de cette nouvelle assemblée générale de la CORREF : les membres des instituts religieux entendent s’engager «dans une démarche de justice réparatrice, qui met au cœur des préoccupations les personnes victimes» et reconnaissent «la responsabilité collégiale et spirituelle de l’ensemble de la vie religieuse», peut-on lire dans le communiqué de presse de la Conférence, à l’issue de ces deux jours d’intenses discussions.

Justice réparatrice

Il s’agit de «réparer ce qui peut l’être de l’irréparable», nous détaille sœur Véronique Margron, présidente de la CORREF, cela «consiste avant tout à reconnaitre les faits, manifester notre repentir, notre honte, notre douleur devant ces crimes, devant la façon dont tragiquement la plupart d’entre eux ont été impunis». Une aide morale donc, mais également financière, par exemple dans la prise en charge du soin des personnes.

Prêt pour le rapport Sauvé ?

Le rapport de la commission Sauvé, du nom du président de la CIASE, Jean-Marc Sauvé, est attendu en septembre prochain. Il entend recenser les victimes d’agressions pédophiles dans l’Église depuis les années 1950 et lister des recommandations. Ce rapport est notamment basé sur un appel à témoignage lancé en juin 2019. Près de 6500 victimes ont partagé jusqu'ici leurs douloureuses expériences à la CIASE.

«Nous serons toujours en retard au rendez-vous des victimes, qui souffrent, certaines sont en attentes depuis des décennies. Je ne sais pas si l’on peut être prêt à entendre des crimes aussi irreprésentables, aussi innommables», estime la présidente de la CORREF, «Je ne sais pas si nous serons jamais prêts, mais nos assemblées successives ont vraiment participé à la conscientisation, au-delà même, à la responsabilité de tous dans une démarche profonde. Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités à la suite des recommandations de ce rapport.»

La CORREF a tenu trois Assemblées générales centrées sur la lutte contre les abus sexuels en un an et demi, une nouvelle Assemblée générale se tiendra en novembre 2021, après la publication du rapport Sauvé.  

Soeur Margron, présidente de la CORREF


21 avril 2021, 14:48