Recherche

Vatican News
Une famille de migrants vénézuéliens (photo d'illustration) Une famille de migrants vénézuéliens (photo d'illustration) 

Migrants bloqués en Amazonie: l'appel des jésuites latino-américains

Ces dernières semaines, environ 450 migrants, pour la plupart des Haïtiens, se sont retrouvés bloqués en essayant d'entrer au Pérou depuis le Brésil par un pont frontalier en Amazonie, gardé par l'armée et la police. La Conférence des Provinciaux de la Compagnie de Jésus en Amérique Latine demande aux autorités de les laisser passer.

Vatican News Service

Le Réseau des centres sociaux de la Conférence des Provinciaux de la Compagnie de Jésus en Amérique latine (RCS-CPAL) lance un appel aux autorités péruviennes pour faciliter l'accès au pays et permettre aux migrants de poursuivre leur voyage. Ces dernières semaines, environ 450 migrants, pour la plupart des Haïtiens, se sont retrouvés bloqués en essayant d'entrer au Pérou depuis le Brésil par un pont frontalier en Amazonie, gardé par l'armée et la police.

«Nous comprenons qu'au Pérou, depuis fin janvier, l'entrée de voyageurs en provenance du Brésil, du Royaume-Uni et de l'Afrique du Sud est interdite, des pays où de nouvelles souches plus agressives de Covid-19 ont été détectées» , déclare le Réseau jésuite, en demandant toutefois que «cette disposition soit rendue plus souple pour permettre le passage des migrants afin qu'ils puissent continuer à se rendre à leur destination».

Les migrants, rapporte la déclaration du RCS-CPAL, parmis lesquels on compte des femmes enceintes et des enfants, disent qu'ils n'ont besoin que d'un permis de transit au Pérou, car ils se dirigent vers l'Équateur et les Etats-Unis. Ils dorment actuellement dans des tentes ou sont logés dans des écoles dans de très mauvaises conditions. «Nous sommes préoccupés par la vulnérabilité de ces personnes qui, poussées par la crise déclenchée par la pandémie, ont perdu leur emploi et ont décidé de migrer à nouveau», peut-on encore lire dans l'appel du RCS-CPAL.

Les jésuites demandent par conséquent au gouvernement péruvien de résoudre cette situation «en permettant le transit de ces frères, également exposés à la maladie, et qui ne veulent que continuer vers leur destination».

01 mars 2021, 16:02