Recherche

Vatican News
Manifestation contre le gouvernement libanais rue Al-Hamra à Beyrouth devant les bâtiments officiels, le 26 février 2021. Manifestation contre le gouvernement libanais rue Al-Hamra à Beyrouth devant les bâtiments officiels, le 26 février 2021.   (ANSA)

Liban: l’épiscopat maronite déplore «l’échec cuisant» du pouvoir

Au terme de leur rencontre mensuelle à Bkerké, siège du patriarcat maronite au nord de Beyrouth, les évêques maronites ont dénoncé mercredi l’inertie des autorités politiques libanaises dans la crise multiforme que traverse le pays du cèdre depuis des mois.

Les évêques maronites ont déploré hier un «échec cuisant» du pouvoir politique en place. Dans un communiqué publié mercredi 3 mars à l’issue de leur réunion mensuelle à Bkerké, l’épiscopat a ainsi affirmé que «les manifestations d’hier soir, en réaction à la hausse considérable du dollar et la dévaluation effrayante de la livre libanaise, révèlent encore une fois la profondeur du gouffre économique et financier dans lequel ont été précipités les Libanais, et prouvent l’échec cuisant du pouvoir politique à traiter cette situation, refusant injustement de former un gouvernement de mission composé d’experts indépendants des partis (...)». 

 

Dans ce contexte, les évêques ont appelé l’État à «renforcer l’institution militaire», estimant qu’il fallait «voter les budgets nécessaires pour soutenir l’armée et toutes les forces de sécurité».

Conférence internationale parrainée par l'ONU

Ils ont par ailleurs salué l’appel du patriarche d’Antioche des maronites, le cardinal Béchara Raï, le 7 février dernier en faveur d’une conférence internationale sous l’égide de l’ONU pour se pencher sur la crise au Liban.

Le pays du Cèdre connaît une situation critique depuis de nombreux mois sur plusieurs fronts: les forces politiques ne parviennent pas à se mettre d'accord pour former un nouveau gouvernement, vacant depuis l’été 2020; sur le plan économique, la monnaie a été dévaluée de 80 %, tandis que le blocage provoqué par la pandémie de Covid-19 a aggravé la situation sociale.

En plus de tout cela, de nombreuses manifestations de rue ont eu lieu contre l'impasse dans laquelle se trouve l'exécutif. Les responsables religieux du pays s’étaient fermement élevés contre cette paralysie dans une lettre commune et interreligieuse fin janvier. Ils avaient appelé de leur vœux un gouvernement «de salut national».  

(Avec L'Orient Le-Jour) 

04 mars 2021, 12:55