Recherche

Vatican News
Le Congrès eucharistique de 1938 à Budapest. Le Congrès eucharistique de 1938 à Budapest. 

Les évêques hongrois se réjouissent de la venue du Pape

À bord de l’avion le ramenant d'Irak le 8 mars, le Pape François a déclaré aux journalistes qu'il avait prévu de se rendre à Budapest en septembre pour célébrer la messe de clôture du Congrès eucharistique international. Entretien avec le Primat de l'Église hongroise, le cardinal Erdö.

Vatican News

«Nous sommes heureux d'apprendre que le Saint-Père a annoncé sa décision de venir à Budapest pour la messe de clôture du 52e Congrès eucharistique international», a déclaré lundi la Conférence des évêques catholiques de Hongrie (HCBC) dans un bref communiqué.  «Nous espérons que sa visite sera un grand encouragement et un renforcement spirituel pour nous tous et pour les futurs participants du Congrès eucharistique», ont déclaré le Primat de Hongrie et archevêque d'Esztergom-Budapest, le cardinal Peter Erdö, et Mgr Andras Veres de Gyor, le président de la HCBC.

Le Congrès eucharistique international est prévu du 5 au 12 septembre prochain, à Budapest, la capitale hongroise.

Célébration de la messe à Budapest

Cette déclaration des évêques hongrois fait suite à l'annonce par le Pape François en personne de sa visite en Hongrie lors de la conférence de presse qui s’est tenue lundi à bord de l’avion le ramenant d’Irak en Italie. Interrogé sur la possibilité de retourner dans son Argentine natale après huit ans d’absence depuis son élection au siège de Pierre, le Pape a répondu qu’il ne savait pas si un tel voyage se réaliserait, admettant que son voyage en Irak était beaucoup plus fatigant que les autres.  «Nous verrons», a ajouté le Pape âgé de 84 ans, «maintenant je vais devoir me rendre en Hongrie pour la messe finale du Congrès eucharistique international». François a toutefois précisé qu’il ne s’agissait pas d’une visite dans le pays mais qu’il se déplacerait uniquement pour cette messe.

Lors de cette même conférence de presse, le Pape François a indiqué qu’une visite en Slovaquie voisine était possible. «Budapest est à deux heures de route de Bratislava, pourquoi ne pas faire une visite en Slovaquie ? » a-t-il déclaré. 

Le Saint-Père a expliqué qu'il ne prenait pas de décision soudaine concernant ses visites à l'étranger mais qu’il s’agit d’un long processus, d’«un long cheminement».  Le Pape en discute avec ses conseillers, les écoute attentivement, réfléchit et prie beaucoup à ce sujet. «Puis la décision vient de l'intérieur, des tripes, presque spontanément, mais comme un fruit mûr», a-t-il ajouté.

Le Congrès Eucharistique international

Le 52e Congrès Eucharistique international de Budapest, initialement prévu en 2020, a été reporté d’un an en raison de la pandémie par les évêques hongrois et le Comité pontifical pour les congrès eucharistiques internationaux au Vatican.

Cet événement rassemble des prêtres, religieux et laïcs dans le but de célébrer et de glorifier la Sainte Eucharistie et de rechercher les meilleurs moyens de la faire connaître et aimer dans le monde entier. La présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie est l'un des principaux dogmes de la foi catholique et revêt donc une importance capitale en tant que trésor le plus précieux que le Christ a laissé à son Église. L'Eucharistie est donc le centre du culte catholique et la source de la piété chrétienne. C'est pourquoi ces Congrès eucharistiques sont organisés aux niveaux international, national, régional et diocésain.

Le Congrès eucharistique international est convoqué par le Pape qui décide d'un lieu proposé par un évêque ou par une conférence épiscopale. Le premier fut convoqué à Lille, en France, en 1881. Quant à la capitale hongroise, c’est la deuxième fois qu’elle accueillera l’événement, après le Congrès de 1938.

 

La réaction du cardinal Peter Erdő, archevêque de Budapest:

«C’est une grande joie pour toute la nation que Sa Sainteté ait déclaré qu’il avait l’intention de venir personnellement à la messe finale du Congrès eucharistique International de Budapest. Un Congrès qui a déjà été repoussé en raison de la pandémie. Cette joie est un grand encouragement dans un contexte où la pandémie pèse beaucoup, nous sentons cela comme un signe de la Providence de Dieu. Le successeur de Pierre pourra voir chez nous le témoignage de l’espérance

Que représente cette visite pour l’Église catholique hongroise ?

Un encouragement et un grand signe de l’ouverture de l’Église. Nous nous souvenons très bien que Jean-Paul II, en 1981, lors de sa première visite en Hongrie avait visité aussi les communautés protestantes et la grande communauté juive hongroise, et en ce sens il a indiqué la voie de l’œcuménisme et du dialogue entre les religions. C’est très important pour notre société et nous attendons également du Pape François un témoignage de cet ordre.

Comment les catholiques de Hongrie et l’Église locale se sont préparés à ce congrès ?

Dans la prière quotidienne et via les moyens de communication, dans ce contexte pas facile de pandémie, mais le programme pastoral est largement diffusé à travers les moyens audiovisuels. Nous avons préparé des temps de catéchèse, il y aura une série de témoignages de fidèles étrangers qui ont acceptés notre invitation, depuis chaque continent, c’est très précieux. Nous avons aussi tout un développé tout un programme de culture chrétienne à travers les moyens de communication. Nous espérons que la situation sanitaire sera meilleure au mois de septembre». 

10 mars 2021, 15:13