Recherche

Vatican News
Présentation de Jésus au Temple. Présentation de Jésus au Temple.  

Présentation de Jésus au Temple: reconnaître la nouvelle lumière

Quarante jours après Noël a lieu la fête de la Présentation du Seigneur au Temple, qui célèbre la rencontre lumineuse entre Jésus et l'humanité qui l'attend. Dans la reconnaissance du Messie par Siméon et Anne, se traduit la confirmation d'une ténacité et d'une obstination, malgré la fragilité, qui l'emportent sur la tristesse et la désolation.

Antonella Palermo - Cité du Vatican

Selon les prescriptions de l'Ancien Testament, concernant la pureté cultuelle (Lv 12,1-8), une femme était impure après avoir donné naissance à un enfant pendant 40 jours et devait offrir au temple, en sacrifice d'expiation, un agneau et une jeune colombe; si elle était pauvre, deux jeunes colombes. Jésus aussi fut présenté par Marie et Joseph au temple pour être racheté, pour la cérémonie de purification: à Dieu, de qui viennent toutes choses, étaient dus tous les prémices, y compris le premier enfant mâle.

Siméon est le vrai Israélite, juste et pieux, guidé par l'Esprit (comme les prophètes), attendant le Messie. Anne est la prophétesse âgée qui consacre son veuvage au Seigneur (véritable mari), le servant par le jeûne et les prières, nuit et jour. Chaque jour, les deux aînés accueillent des enfants différents pour accomplir le rite. Lorsque les parents de Jésus apparaissent devant eux, ils voient en leur Enfant le Seigneur annoncé depuis des siècles, la «lumière pour éclairer les nations».

Mes yeux ont vu ton salut

Anne est devenue veuve très jeune. Siméon avait attendu toute une vie la consolation d'Israël, après en avoir partagé la douleur et la désolation. Leurs yeux auraient pu être assombris par la souffrance, la solitude, la résignation, la lassitude. Ils auraient pu se tourner ailleurs, ils auraient pu être éteints, limités à ne voir que de près. Au lieu de cela, Siméon et Anne ont su attendre toute une vie.

Dans le récit de l'Évangile de Luc, le cantique de Siméon libère une résurgence de lumière de la profonde humanité d'un homme considéré comme très vieux, mais qui a un œil vif parce qu'il s'est laissé attirer. Il y avait beaucoup de gens et de docteurs de la loi dans le temple tous les jours, passant par les prières et les liturgies. Pourtant, seuls Siméon et Anne avaient les yeux capables de voir au-delà, non aveuglés par l'habitude et l'indifférence; des yeux qui ne cessent de chercher et de rêver. 

 

Le Cantique de Siméon

Dans le temple, alors que Jésus s'offre à son Père, il s'abandonne aux mains des hommes. C'est le double mouvement de l'incarnation: le Fils entre dans le monde pour être un parfait adorateur du Père et pour répondre aux attentes des hommes.

Siméon prit Jésus des bras de Marie, bénit Dieu et dit le "Nunc dimittis", un hymne qui peut être comparé aux plus beaux psaumes, et qui est prié chaque jour dans l'office du soir. Maintenant, Siméon peut mourir en paix, car il a vu le signe promis, qui est le salut pour tous les peuples et pour Israël. Il peut maintenant faire pleinement confiance à Dieu, sachant que sa vie a un sens.

Dans l'hymne, il ajoute: «Il est là pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël, et comme un signe qui provoquera la contradiction». Le Christ fait tomber nos petites ou grandes idoles, nos masques et nos mensonges, il contredit la médiocrité tranquille, les fausses images de Dieu. Comme nous le rappelle le père Ermes Ronchi, c'est la résurrection de la noblesse qui est en chaque homme, même le plus perdu et le plus désespéré.

La lumière du monde

Le même jour que la fête de la Présentation au Temple, la Chandeleur est célébrée depuis le IVe siècle. La procession, que la liturgie de ce jour manifeste avec des bougies allumées, rappelle précisément les mots par lesquels Siméon indique le Messie: «Lumière pour éclairer les nations». Le mot grec est apokalupsis: il suggère l'enlèvement d'un voile qui cache la lumière.

L'homme, s'adressant directement à Marie, révèle l'accueil qui sera réservé au Seigneur: il est destiné à être l'occasion de la chute et du relèvement en Israël, il sera pour lui ou contre lui; il sera accepté par les uns et rejeté par les autres. Anne est venue dans la Sainte Famille et, comme Siméon, comme si elle avait entendu ses paroles, elle a commencé à louer Dieu et à parler de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Siméon et Anne, des aînés joyeux

Le temps de la vieillesse n'est pas un naufrage, un malheur, une catastrophe. Siméon et Anne en ont été les témoins, non pas en fermant les yeux sur leur faiblesse, sur l'affaiblissement de leur force, mais en ce que cet enfant a trouvé une nouvelle compagnie et une nouvelle énergie. Siméon, après avoir pris l'enfant dans ses bras, a pu chanter le Nunc dimittis sans la tristesse de celui qui avait gâché sa vie et ne savait pas ce qui lui arriverait.

Prier pour la vie consacrée le jour de la Chandeleur

Siméon et Anne sont des gens de rencontre, de prophétie, de fraternité, de service. Ce sont eux qui accueillent le Seigneur dans leurs bras, avec intimité et affection, et qui bénissent Dieu en le laissant parler à travers eux et leur vie. Dans l'intention de rapprocher la Journée de la Vie consacrée de la fête de la Présentation de Jésus au Temple, l’on peut voir l'attente de se laisser envelopper par la nouvelle lumière qui prépare Pâques, en reconnaissance des merveilles accomplies par Dieu.

Cette journée suggère l'attitude de vigilance, de garder la lumière allumée et de montrer qu'il y a une possibilité, toujours. C'est ce que le consacré, homme et femme, est appelé à faire, mais en fin de compte, chacun de nous est sacré aux yeux de Dieu. Les bougies allumées sont un signe de la beauté et de la valeur de la vie consacrée comme reflet de la lumière du Christ un signe qui rappelle l'entrée de Marie dans le Temple: la Vierge, la personne consacrée par excellence, portait dans ses bras la Lumière même, le Verbe fait chair.

Célébrer la vie au temps de la pandémie

En cette période sombre où il est difficile de voir une lumière et où nous nous sentons tous précaires et fragiles, la fête de la Présentation au Temple nous fait redécouvrir la ténacité et l'obstination de Siméon. Dieu vient chaque jour au temple de notre vie et de notre histoire. Il se laisse prendre dans nos bras et nous demande d'avoir les yeux lumineux de Siméon, d'Anne et des prophètes. Dans la nostalgie des embrassades données et reçues, restons des sentinelles attentives, avec la saine agitation de ceux qui espèrent, non en vain, dans le Seigneur.

02 février 2021, 14:50