Recherche

Vatican News

Suisse : des enfants missionnaires pour l’Épiphanie

C’est une tradition qui vient de l’Est, très répandue en Allemagne et en Suisse germanique, chaque année des petits «chanteurs à l’Étoile», déguisés en rois mages, annoncent la naissance du Christ à leur entourage, l’occasion pour eux d’aider d’autres enfants qui ont moins de chance qu’eux à travers le monde.

Entretien réalisé par Marie Duhamel - Cité du Vatican

C’est une démarche solidaire et missionnaire qui s’inscrit dans les activités d’un nombre toujours plus grand de paroisses en Suisse romande et qui soulève un intérêt croissant également en France. Chaque année après Noël et à l’occasion de la fête de l’Épiphanie, un petit groupe d’enfants déguisés en rois mages, en bergers ou en anges est béni par leur prêtre et envoyé par lui pour aller annoncer la Bonne Nouvelle de la naissance du Christ de maison en maison. Ils se rendent chez des particuliers, dans des maisons de retraite, récitent aux habitants des lieux une poésie sur l’amour de Dieu, et proposent d’interpréter un chant de Noël. Enfin, avant de repartir, ils apposent sur les portes des maisons visitées un autocollant sur lequel figure les initiales CMB, pour «Christus Mansionem Benedicat» qui signifie que le Christ bénisse cette maison.

De nouveaux défis liés à la pandémie

Cette année, la pandémie de Covid-19 a mis au défi la tradition que se promettent d’instaurer les petits chanteurs à l’Étoile résidant en Suisse romande. Un petit guide intitulé «En chemin d’un pas sûr» a été mis à la disposition des responsables de groupes de chanteurs, pour garantir la sécurité sanitaire des enfants, des accompagnateurs et, bien sûr, celles des personnes à qui ils rendent visite.

 «C’était assez compliqué car nous n’avons pas le droit de chanter, il fallait donc trouver une nouvelle manière d’aller visiter les maisons», explique Nadia Brügger, responsable des actions des chanteurs à l’Étoile en Suisse romande également engagée au sein de Missio-France. Jusqu’à présent, les groupes ont fait preuve de créativité, «les enfants ont chanté depuis la cours avec des personnes aux fenêtres, des personnes ont enregistré les enfants et diffusé les chants grâce à leur téléphone».

Une joie profonde partagée

Il n’était en tout cas pas question de «laisser tomber les personnes âgées qui souffrent beaucoup de la pandémie» assure Nadia Brügger qui souligne la joie que procure à tous ces temps d’évangélisation et de rencontres. «Une personne qui faisait cet acte pour la première fois, malgré les défis à relever en raison de la pandémie est rentrée avec les larmes aux yeux», rapporte la responsable des chanteurs de Suisse romande. Elle avait été touchée par la beauté des moments de partage et par la joie éprouvée par les personnes à qui les enfants sont allés rendre visite. «Beaucoup de gens se sont un peu repliés sur eux-mêmes, sans attendre plus rien, et l’arrivée des enfants pour annoncer la Bonne nouvelle les a profondément touchés» explique-t-elle.

Des enfants solidaires

Les enfants sont également ravis. Lors de leurs visites, ils récoltent des dons pour des projets à l’enfance sur d’autres continents. Les enfants sont informés des œuvres qu’ils défendent, cette année un orphelinat et une école en Guinée. «Ils sont investis, et impliqués, ils ne veulent pas se contenter de recevoir des cadeaux mais apporter Noël à tous. Donc il y a une dimension d’ouverture à l’autre qui leur apporte une joie immense», se réjouit Nadia Brügger.  

Entretien avec Nadia Brügger.
05 janvier 2021, 18:12