Recherche

Vatican News
Messe du Pape François célébrée à Nagasaki au Japon en novembre 2019. Messe du Pape François célébrée à Nagasaki au Japon en novembre 2019.   (ANSA)

Les évêques du monde entier rejoignent le Pape sur le désarmement nucléaire

Des évêques du monde entier expriment dans un document leur satisfaction pour l'entrée en vigueur vendredi 22 janvier du traité des Nations-Unies sur l'interdiction des armes nucléaires. Ils exhortent les gouvernements à le signer et le ratifier. Selon eux, les Églises peuvent également jouer un rôle actif dans le soutien à cette nouvelle norme internationale.

Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

«La pire de toutes les armes de destruction massive a longtemps été jugée immorale. Maintenant, elle est aussi finalement illégal». Par ces mots, les évêques catholiques du monde entier, de l'Europe au Japon, des Philippines à la Terre Sainte en passant par l'Afrique du Sud, rejoints par des laïcs, des religieux et des religieuses d'une vingtaine de pays, saluent l'entrée en vigueur du traité TIAN approuvé en 2017, et qui rend illégal l'utilisation, les essais, la possession et le stockage d'armes atomiques.

Espérances et craintes

Il est encourageant que «la majorité des États membres des Nations-Unies soutiennent activement le nouveau traité et que les sondages montrent à quel point le public est convaincu que les armes nucléaires doivent être abolies», écrivent les évêques dans ce document. Leur préoccupation première concerne toutefois les risques qui subsistent face à une éventuelle utilisation, dont les conséquences seraient catastrophiques pour l'humanité et l'environnement, comme l'a rappelé le Pape François, lors de l'audience générale du 20 janvier. 

 

«Deux exemples parlent à tout le monde: les impacts démesurés des radiations sur les femmes et les effets graves sur les communautés indigènes dont les terres ont été utilisées pour les essais nucléaires», pointent du doigt les évêques.

Tous les gouvernements doivent signer

Les évêques réitèrent ainsi leur soutien au rôle de leader joué par le Pape dans ce domaine, avec des interventions continues en faveur du désarmement. Ils rappellent la visite historique de 2019 dans les villes bombardées d'Hiroshima et de Nagasaki avec cette condamnation émise par le Souverain Pontife quant «à la possession d'armes nucléaires par tout État». La paix ne peut être obtenue par «la menace d'un anéantissement total», et il est nécessaire de soutenir «les principaux instruments juridiques internationaux de désarmement et de non-prolifération nucléaires, y compris le Traité des Nations-Unies sur l'interdiction des armes nucléaires», soutiennent les évêques citant le Saint-Père.

Les évêques sont unis dans leur appel à la coopération internationale, «essentielle», soulignent-ils, pour faire face non seulement à la menace des pandémies, au changement climatique et au fossé entre riches et pauvres, mais aussi donc à cette «menace universelle des armes nucléaires». Tous ensemble, quelle que soit leur provenance, même de pays possédant des arsenaux nucléaires ou limitrophes, exhortent «les gouvernements à signer et à ratifier le traité», en remerciant ceux qui l'ont déjà fait.

L'effort de l'Église

Puis ils lancent une invitation aux autres chefs d'Église à «discuter et délibérer sur le rôle significatif que l'Église peut jouer dans la construction d'un soutien à cette nouvelle norme internationale contre les armes nucléaires». «Il est particulièrement important pour les conférences épiscopales nationales et régionales, ainsi que pour les institutions et fondations catholiques, de vérifier si des fonds liés à l'Église sont investis dans des entreprises et des banques impliquées dans la production d'armes nucléaires. Si tel est le cas, prenez des mesures correctives en mettant fin aux relations de financement existantes et cherchez des moyens de vous en défaire», conseillent-ils dans ce document.

Et les évêques de conclure: «Nous croyons que le don de la paix de Dieu est à l'œuvre pour dissuader la guerre et vaincre la violence. C'est pourquoi, en ce jour historique, nous félicitons les membres de l'Église catholique qui, depuis des décennies, sont à l'avant-garde des mouvements populaires d'opposition aux armes nucléaires et des mouvements catholiques pour la paix qui font partie de la campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (Ican), récompensée par un prix Nobel».

22 janvier 2021, 16:15