Recherche

Vatican News
Une victime d'abus témoignant devant les évêques participant à la Rencontre sur la protection des mineurs organisée au Vatican en février 2019. Une victime d'abus témoignant devant les évêques participant à la Rencontre sur la protection des mineurs organisée au Vatican en février 2019.  (ANSA)

L’Église au Portugal met en place de nouvelles règles pour la protection des mineurs

Les nouvelles lignes directrices de la Conférence épiscopale portugaise (Cep) pour la protection des mineurs et des adultes vulnérables sont entrées en vigueur le 1er janvier.

Ce dispositif remplace les précédentes lignes directrices adoptées par l'Église portugaise en 2012, en les actualisant aux nouvelles dispositions du Pape François et du Saint-Siège sur le sujet, y compris celles contenues dans le Motu proprio Vos estis lux mundi de 2019 et le plus récent Vademecum sur certains points de procédure dans le traitement des cas d'abus sexuels sur mineurs commis par des clercs, publié par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi le 16 juillet 2020.  

Dans ce document, voté de leur assemblée plénière de novembre dernier, les évêques portugais réaffirment que «les mineurs et les adultes vulnérables sont une priorité pour la société et l'Église» et que le rejet «ferme et clair» de tout cas d'abus représente «un acte de justice et l'affirmation des valeurs évangéliques en accord avec la tradition chrétienne». La priorité dans ce sens est la prévention des abus, à réaliser en collaboration avec d'autres institutions, y compris pour la lutte contre la pédopornographie.

Une approche pluridisciplinaire pour rendre la prévention plus efficace

Suivant les indications du Saint-Siège, les lignes directrices consacrent donc une section spécifique de règles au traitement des cas d'abus sexuels «afin d'écouter, d'accompagner et d'assurer une assistance médicale, spirituelle et sociale adéquate aux victimes d'abus et à leurs familles, dans le cadre des activités ecclésiales». Les évêques sont invités à inclure dans leurs commissions diocésaines respectives chargées de la protection des mineurs «des spécialistes dans les différents domaines concernant la prévention, la formation, le suivi et l'écoute, tant pour les mineurs que pour les adultes vulnérables et leurs tuteurs».

Dans la continuité des efforts menés depuis plusieurs années, «l'Église coopérera avec la société et ses autorités civiles; elle sera attentive à tous les rapports et répondra avec transparence et rapidité aux autorités compétentes dans toute situation relative à la maltraitance des enfants, en respectant les droits des personnes, y compris leur bonne réputation et le principe de la présomption d'innocence».

Une meilleure prudence dans le discernement des vocations sacerdotales

Dans le but de garantir aux fidèles, à commencer par les enfants, les adolescents, les jeunes et les plus vulnérables «un environnement sain et sûr dans l'Église», la Conférence épiscopale demande également une formation spécifique pour les agents pastoraux, une attention particulière dans la sélection des candidats au sacerdoce et à la vie consacrée, dont la formation doit inclure «un développement psychologique et émotionnel sain» et des mécanismes efficaces de suivi des cas d'abus, «à partir du moment où ils sont signalés ou dénoncés jusqu'à la conclusion des procédures canoniques, civiles et pastorales».

En outre, les nouvelles lignes directrices demandent, lorsque ce n'est pas encore le cas, un examen minutieux de l'aptitude des candidats à interagir avec des mineurs, qu'ils soient ordonnés ou non, «sans exclure la possibilité de demander des certificats civils ou des casiers judiciaires». Les communautés catholiques, pour leur part, sont appelées à fournir des informations sur la façon d'interagir avec les mineurs et les adultes vulnérables, «non seulement sur les comportements interdits», mais aussi sur les «comportements qui favorisent une interaction sûre et respectueuse».

Selon le document, les agents pastoraux, qu'ils soient membres du clergé ou laïcs, doivent toujours être «dans des endroits visibles lorsqu'ils sont avec des mineurs et des adultes vulnérables» et «faire preuve de la prudence nécessaire lorsqu'ils communiquent avec des mineurs et des adultes vulnérables, que ce soit en personne ou par téléphone, par des médias numériques ou par d'autres moyens». En plus des «comportements inappropriés ou à connotation sexuelle, explicite ou cachée», les lignes directrices interdisent strictement l'application de tout type de châtiment corporel aux mineurs et aux adultes vulnérables.

Vatican News Service - LZ

03 janvier 2021, 16:28