Recherche

Vatican News
Elections, violences terroristes et épidémie de Covid-19, les multiples défis de 2021 au Niger. Elections, violences terroristes et épidémie de Covid-19, les multiples défis de 2021 au Niger.  (AFP or licensors)

«Que Dieu donne sa paix au Niger»: l'espoir des évêques pour 2021

Dans leurs messages de Noël et du Nouvel An, les évêques du Niger prient pour que la compassion triomphe de la pandémie et que la solidarité et la promotion du bien commun permettent de vaincre le terrorisme et les intérêts particuliers.

Marie Duhamel - Cité du Vatican

Ce samedi, jour de l'annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, cent personnes ont été tuées dans l’attaque de deux villages à l’ouest du Niger, à Tchombangou et Zaroumdareye, a annoncé le Premier ministre Brigi Rafini dans une adresse à la télévision nationale ce dimanche, sans nommer de coupables. Dans le passé, le Niger a été le théâtre de tueries entre communautés ethniques rivales, alimentées par la concurrence pour des ressources rares et la violence djihadiste. Des groupes affiliés à al-Qaïda ou à l’Etat islamique ont revendiqué plusieurs attaques cette année dans le pays frontalier du Mali et du Burkina Faso.

Dans leur message de Noël, les évêques avaient souligné «le récurrent problème du terrorisme qui ne cesse de faire des victimes et d’endeuiller de nombreuses familles». L'archevêque de Niamey, Mgr Laurent Lompo, et l'évêque de Maradi, Mgr Ambroise Ouedraogo, avaient rappelé alors que l’Enfant Jésus vient nous apporter le salut de Dieu. «La célébration de Noël nous rappelle que Dieu est à nos côtés pour nous manifester son amour et nous libérer de tout ce qui nous accable», expliquaient les évêques dans leur message, invitant à placer leur confiance en Dieu car «oui, le message de Noël résiste à l’intolérance, à la violence, au mépris du pauvre, à la haine, aux inégalités sociales, à l’injustice, à la corruption, à l’immoralité et aux enrichissements illicites et individuelles. Toutes choses qui produisent la souffrance chez beaucoup d’hommes, de femmes et d’enfants».

"Que le Christ nous libère de tous les malheurs"

Ils priaient pour que le Christ «nous libère de tous les malheurs» et redonne de la joie et le courage de vivre selon la volonté de Dieu. Ils espéraient que la fête de Noel ouvre les cœurs à la prière pour tous ceux qui souffrent des conflits ou de la pandémie, et rende chacun plus solidaires de ces personnes meurtries.

Un message de solidarité que l’on retrouve dans leur message pour la nouvelle année. Les évêques nigériens s’appuient sur le message du Pape François pour la 54e Journée mondiale de la paix afin de faire comprendre à leurs fidèles et aux Nigériens de bonne volonté que «la paix se construit en prenant soin les uns des autres, et surtout des plus fragiles d’entre nous, mais aussi de la création».

À la suite du Pape, ils reviennent sur la pandémie de Covid-19 qui n’a pas épargné le Niger. Huit provinces, dont celle où se sont produites les deux attaques de ce weekend, sont particulièrement touchées. Par crainte d’une deuxième vague, le gouvernement a mis en place de nouvelles restrictions le 23 décembre dernier, fermant les bars et salles de spectacle pour 15 jours renouvelables. Les rassemblements sont interdits lors des décès, mariages ou baptêmes et l’État s’est engagé à fournir des masques aux personnes infectées pour éviter qu’elles ne contaminent leur entourage.  

Surmonter la pandémie

La pandémie a aggravé «des crises très fortement liées entre elles, comme les crises climatique, alimentaire, économique et migratoire, provoquant de grands inconvénients et souffrances» expliquent les évêques se référant toujours au message du Pape pour qui «tout est lié» puisque pour lui «la protection authentique de notre propre vie comme de nos relations avec la nature est inséparable de la fraternité, de la justice ainsi que de la fidélité aux autres»

Les évêques invitent ainsi les Nigériens à prendre soin de leurs prochains et de la Création. «La culture du soin » comme «l’engagement commun à protéger et promouvoir la dignité et le bien de tous» constituent une voie privilégiée pour construire la paix, estiment-ils.

«Malheureusement, aujourd’hui, la dignité humaine est de plus en plus bafouée, à cause des intérêts égoïstes de quelques uns», regrettent-ils. Ils déplorent, comme le fait François dans son message, que des ressources économiques soient «gaspillées» en faveur des armes au lieu de lutter contre la pauvreté ou pour l’accès aux soins. Et parce que «le non-respect de ces besoins fondamentaux des hommes conduit à des conflits», ils plaident pour que soit enseignées «la tendresse, la compassion et la préoccupation pour les autres», dans un cadre aussi bien formel qu’informel, dans les lieux de culte comme à la maison, dans les familles.

«Ensemble, construisons la paix en prenant soin les uns des autres ! Qu’en cette nouvelle année 2021, Dieu donne Sa Paix et Sa Joie à notre cher pays le Niger !» lancent enfin les deux évêques nigériens.

04 janvier 2021, 16:15