Recherche

Vatican News
Photo d'illustration prise le 9 juillet 2019 à Manille, lors d'une messe en mémoire des vicitmes d'exécutions extrajudiciaires, commises au nom de la lutte contre la drogue engagée par les autorités. Photo d'illustration prise le 9 juillet 2019 à Manille, lors d'une messe en mémoire des vicitmes d'exécutions extrajudiciaires, commises au nom de la lutte contre la drogue engagée par les autorités.  (AFP or licensors)

Des évêques philippins opposés à une réforme de la Constitution

Au nom d’une potentielle reprise économique, le parti au pouvoir soutenu par la Chambre de commerce et de l’Industrie souhaite amender la loi fondamentale pour permettre plus d’investissement étranger dans le pays. Pour plusieurs évêques, la pandémie est un «prétexte». Des discussions pourraient «ouvrir la voie à une prorogation des termes des mandats parlementaires», à un peu plus d’un an de la présidentielle.

Marie Duhamel - Cité du Vatican

«Nous devons saisir le moment si nous voulons nous remettre totalement de la dévastation économique due à la pandémie de Covid», le président de la Chambre des représentants a proposé, le 13 janvier, d’ouvrir des discussions au Congrès sur une réforme de la Constitution de 1987.

L’argument présenté par Lord Allan Velasco, membre du parti au pouvoir, est donc d’ordre économique. Il souhaite lever les dispositions économiques de la loi fondamentale, jugées trop restrictives, pour attirer les capitaux étrangers et relever le pays, dont l’économie a été affectée par la crise sanitaire.

Actuellement, la Constitution limite des investissements étrangers dans différents secteurs : l’administration publique, la propriété foncière et l’exploitation des ressources naturelles des sols. Les capitaux étrangers ne peuvent s’élever à plus de 40% des entreprises travaillant dans ce secteur.

Le parti au pouvoir et quelques membres de l’opposition, soutenus par la Chambre de commerce et de l’Industrie, voudraient insérer la phrase «sauf disposition contraire à la loi» dans différentes sections de la Constitution concernant, outre le patrimoine et l’économie, les médias, l’enseignement, la culture, les sciences et technologies ou encore le sport.

Le débat pourrait durer toute l’année avant d’être présenté aux Philippins, assurent les défenseurs du texte. Or 2022 est une année électorale. Les Philippins devront élire leur nouveau président.

Un hasard de calendrier suspect

Plusieurs sénateurs de l’opposition s’interrogent d’ailleurs sur ce hasard de calendrier. «Est-ce vraiment le bon moment pour discuter de la question» se demande le sénateur Francis Pangilinan. Amorcer ce débat et adopter de tels amendements reviendrait à «mettre le pied dans un piège à souris ou même dans des sables mouvants» juge le sénateur Panfilo Lacson.

L’Eglise se range à cet avis, rapporte l’agence Fides. Le père Antonio La Vina, professeur de Droit constitutionnel, évoque lui aussi l’image des sables mouvants. Si le Congrès se muait en Assemblée constituante pour adopter ces modifications, d’autres dispositions pourraient y être insérer. Et déjà le 20 décembre dernier, deux sénateurs Bato Dela Rosa et Francis Tolentino suggéraient dans une résolution d’apporter des changements à la «représentation démocratique» telle qu’elle existe actuellement, et de toucher en particulier au «système des listes de partis» (PLS).

«Les partisans du changement portent tous les types de raisons pour la révision de la Constitution, des motifs économiques puis des raisons liées à la réforme des lois sur les partis et maintenant le coronavirus. Ceci est très suspect», juge l’Administrateur apostolique de Manille. «Lancer un processus de révision constitutionnelle aujourd'hui pourrait ouvrir la voie à une prorogation des termes du mandat parlementaire. En ce moment, pousser en faveur du changement signifierait éviter les élections» poursuit Mgr Broderick Pabillo.

Pour l’évêque émérite de Novaliches, Mgr Teodoro Bacani, la présumée nécessité de lutter contre la pandémie est «un prétexte», moins de deux ans avant la fin du mandat du président Rodrigo Duarte. Comme lui, l’évêque émérite de Sorsogon toujours interrogé par Fides, se montre sceptique sur le calendrier proposé. «Il n’est pas nécessaire de changer la constitution à cause de la pandémie, qui n’a aucun effet sur notre Constitution actuelle», Mgr Arturo Bastes dit s’opposer à «cette nouvelle poussée visant à réformer la Loi fondamentale».

Pas de changements, sinon pour défendre la dignité, les droits et le bien commun

En 2018, l’administration au pouvoir favorable à un système fédéral, avait déjà tenté de modifier la Constitution.

Entre «la pauvreté diffuse, l'inégalité et la violence dans notre pays, la modification de la loi fondamentale du pays, si attentivement élaborée en vue du bien commun après des années de dictature, requiert la participation et la consultation des personnes, une unité de vue, la transparence et une relative sérénité» affirmait alors une déclaration de l’Église locale cité par l’agence des Œuvres Pontificales Missionnaires. Selon les évêques philippins, une éventuelle révision constitutionnelle devrait porter à «une plus forte défense et promotion des valeurs morales, de la dignité humaine et des droits fondamentaux, de l'intégrité et de la vérité, de la participation, de la solidarité et du bien commun.»

La tentative avait échoué, «les sondages d’opinion avaient montré que la majorité des Philippins sont méfiants vis-à-vis des actions qu’ils perçoivent comme pouvant potentiellement conduire à une prise de pouvoir» peut-on lire sur le site de Bloomberg. La Constitution qui n’a pas été modifiée depuis la chute de l’ancien dictateur Ferdinand Marcos en 1986, interdit à tout président d’être candidat à sa réélection après un premier mandat de 6 ans.

15 janvier 2021, 12:25