Recherche

Vatican News
Photo d'illustration Photo d'illustration  (AFP or licensors)

Bartholomée Ier: la pandémie, un «appel désespéré» de la nature

Le patriarche œcuménique orthodoxe a ouvert la quatrième édition du sommet de Halki sur la responsabilité et la durabilité environnementales : la crise de Covid «n'est pas un acte de "vengeance" de la part de Dieu», mais une incitation à «une approche beaucoup plus respectueuse» de l'environnement.

Alessandro De Carolis - Cité du Vatican

Il se peut que l'appel, bien que par des moyens virtuels, fasse référence au panorama incomparable de la "Colline de l'Espoir", au sommet de laquelle se détache, entouré de verdure, le monastère byzantin qui, pendant plus d'un siècle, jusqu'en 1971, a été le siège de la prestigieuse École de Théologie du Patriarcat œcuménique. En tout cas, les mots avec lesquels Bartholomée Ier a inauguré mardi dernier le quatrième sommet de Halki - une île de la mer Égée située à une heure de bateau d'Istanbul - contiennent dans leur appel à un changement d'approche de la crise écologique la force de la beauté non contaminée du lieu d'où ils viennent.

La réticence à se sacrifier pour la terre

En présence de nombreux experts, le patriarche de Constantinople entreprend une réflexion sur la pandémie en relation avec l'environnement et ses implications pour la vie de la planète. Les sommets de Halki, rappelle-t-il, ont toujours été caractérisés par les valeurs de dialogue et de coopération et ces valeurs sont nécessaires dans ce moment contingent marqué par le virus mondial. «Nous sommes convaincus, déclare Bartholomée Ier, que tout espoir réel d'inverser le changement climatique nécessite une transformation radicale de notre façon de percevoir et de traiter le monde». «Cependant, une partie du problème, souligne-t-il, réside dans notre refus de faire des sacrifices pour le bien des autres et de la terre».

Progrès si protection

La Covid-19, note le chef de l'Église de Constantinople, a précisément «enseigné la leçon inestimable de l'importance de s'écouter et d'apprendre les uns des autres» et «révélé la puissance et la valeur de l'amour et de la solidarité». La pandémie, insiste le patriarche œcuménique, «nous a rappelé que le monde est plus grand que nos préoccupations et ambitions individuelles, plus grand que notre Église et notre communauté de foi, et plus grand que nos pouvoirs politiques et nos intérêts nationaux». Alors que la diminution de la pollution pendant les mois de fermeture nous a «rappelé qu'il ne peut y avoir de réel progrès basé sur la destruction de l'environnement naturel».

Pas une vengeance mais une demande d'aide

Bartholomée Ier examine ensuite les liens de cause à effet entre «l'intrusion persistante et excessive de l'humanité dans la nature» - trafic illégal d'animaux sauvages, déforestation, urbanisation, agriculture intensive - et la «propagation rapide de maladies contagieuses et de virus d'un animal à l'autre, y compris à l'homme». «Ce n'est pas une coïncidence, affirme-t-il, si l'augmentation des maladies transmises par la faune sauvage s'est produite en même temps que l’empiétement croissant de l'homme sur le monde naturel et le changement climatique rapide». La pandémie, affirme Bartholomée, n'est pas un acte de «vengeance» de la part de Dieu, mais un «appel désespéré à une approche beaucoup plus respectueuse de la nature de la part de nous tous».

28 janvier 2021, 11:08