Recherche

Vatican News
Le Pape François et Mgr Shevchuk en la paroisse gréco-catholique de Sainte-Sophie à Rome, le 28 janvier 2018. Le Pape François et Mgr Shevchuk en la paroisse gréco-catholique de Sainte-Sophie à Rome, le 28 janvier 2018.   (AFP or licensors)

Ukraine, Mgr Shevchuk: Noël est un rayon d’espérance dans l’obscurité

Face à la peur et l’incertitude, la Nativité nous invite à témoigner de la grande joie du Sauveur, écrit le primat de l’Église gréco-catholique ukrainienne dans son message de Noël, paru mardi 22 décembre.

«Que la pandémie n'empêche pas de témoigner de la vérité la plus importante de l'histoire de l'humanité: que nous ne sommes pas seuls ou abandonnés, car Dieu est avec nous». Tel est le souhait exprimé par Mgr Sviatoslav Shevchuk, chef de l'Église gréco-catholique ukrainienne dans son message de Noël publié le 22 décembre, et où il rappelle comment la Nativité du Seigneur, né pauvre parmi les pauvres, est «un rayon d'espérance et de joie», dans l'obscurité actuelle de la peur et de la confusion.

Dieu s’est fait pauvre

«En cette année 2020, écrit l’archevêque majeur de Kiev et Halyč, nous avons été projetés dans un monde différent, fait de peur et d'incertitude face à l'inconnu. Pourtant, malgré les restrictions, les défis et les pertes humaines subies à cause du Coronavirus, ensemble, en tant qu'Église, dans nos familles, nos paroisses, nos communautés et nos pays, nous n'avons pas cessé de proclamer la bonne nouvelle de l'espérance, de l'amour et de la joie». C'est pourquoi, souligne-t-il, à Noël, nous sommes appelés à témoigner de façon particulière de «la grande joie» de la naissance dans la ville de David du Sauveur, Dieu «qui non seulement s'est fait homme, mais est devenu un pauvre, un homme souffrant, dès les premiers moments de sa vie terrestre».

 

Sa béatitude Mgr Shevchuk exhorte les fidèles à lire la lettre pastorale «Une seule chose restera à vous: ce que vous avez donné aux pauvres», publiée à la fin du récent synode de l'Église gréco-catholique ukrainienne, «à la lumière de l'étoile de Bethléem», en contemplant le visage de l'Enfant Jésus qui, dit-il, est présent dans chaque personne nécessiteuse qui frappe à la porte de nos cœurs, comme Joseph frappa à la porte des auberges de Bethléem».

Le Seigneur, en effet, est «particulièrement attentif à la façon dont nous traitons ses pauvres, qui sont les nécessiteux, les opprimés, les sans-abri, les affamés, les solitaires, les veuves et les orphelins, et quiconque les méprise, méprise son Créateur».

Le besoin d’une force qui dépasse l’homme

Se référant à la crise sanitaire actuelle –près d’un million de cas de contaminations identifiés en Ukraine où le système de santé hérité de l’URSS reste délabré-, le primat gréco-catholique rappelle que  nous sommes tous exposés au danger de la contagion et que dans chaque coin du monde se profile aujourd'hui la menace de la pauvreté». Par conséquent, nous avons tous, de la même manière, «besoin d'une aide et d'une force qui dépassent les capacités et le pouvoir de l'homme».

Pour cette raison, la Nativité du Christ est «un rayon d'espérance et de joie au milieu des ténèbres actuelles de la peur et de la confusion».

 

23 décembre 2020, 10:57