Recherche

Vatican News
Église dédiée à la Vierge de la charité du cuivre, à la Havane. Église dédiée à la Vierge de la charité du cuivre, à la Havane.  (ANSA)

Pour Noël, les évêques cubains appellent à garder l'espérance

En ce temps de préparation à Noël, l’épiscopat invite les Cubains à se tourner vers Jésus pour trouver le soulagement et le réconfort, la paix et l'espérance dont ils ont besoin.

«À l'approche de Noël, nous répétons la proclamation de la Bonne Nouvelle de la naissance de Jésus-Christ, le Sauveur. Cet événement a apporté de la joie, suscité l’engagement et fondé l'espoir de nombreux hommes et femmes qui, depuis plus de 2000 ans, accueillent avec foi l'annonce de l'Ange à la veille de Noël», écrivent les évêques cubains dans leur message de Noël publié le 12 décembre, en la fête de Notre-Dame de Guadalupe. L’annonce de la naissance de Jésus parvient aujourd'hui à tous les Cubains et au monde entier «au moment où nous aspirons à trouver la source de la vraie joie et de l'espérance, car nous avons tous besoin d'entrevoir un avenir meilleur et plus sûr au milieu des difficultés que nous connaissons».

En ce moment de pénuries matérielles et de lassitude spirituelle, où la crise économique accentuée par la pandémie de Covid-19 et les catastrophes naturelles ont généré la peur et l'incertitude, les évêques invitent toutes les personnes «fatiguées et opprimées», «à se tourner vers Jésus, le Fils de Dieu qui s'est fait homme, afin de trouver le soulagement et le réconfort, la paix et l'espérance dont nous avons si désespérément besoin».

"Une bonne nouvelle pour les Cubains..."

Les évêques expriment donc leur proximité avec les plus vulnérables: retraités, chômeurs, mères célibataires, malades, prisonniers et personnes âgées qui vivent seules et en difficulté. Ils espèrent que toutes les propositions visant à apporter une solution à cette situation difficile seront entendues.

«Une bonne nouvelle pour les Cubains serait que les choses changent pour le mieux et dans la paix; que la charge de se procurer de la nourriture devienne un partage serein du pain quotidien dans la famille; que le réajustement annoncé de l'économie nationale, loin d'augmenter les soucis de beaucoup, aide chacun à maintenir sa famille avec un travail digne, avec un salaire suffisant et avec une nécessaire justice sociale».

Une bonne nouvelle, continuent les prélats, «serait d'éviter la violence, la confrontation, l'insulte et la dévalorisation afin de créer un climat d'amitié sociale et de fraternité universelle, comme le Pape François nous invite à le faire dans sa récente encyclique Fratelli tutti; que l'intolérance cède la place à une saine pluralité, au dialogue et à la négociation entre ceux qui ont des opinions et des critères différents ; et que les Cubains ne doivent pas avoir à chercher à l'extérieur du pays ce qui devrait être à l'intérieur».

Enfin, une bonne nouvelle pour les Cubains «serait que tous les blocus, externes et internes, cessent et laissent place à l'initiative créative, à la libération des forces productives et aux lois qui favorisent l'initiative de chaque Cubain, afin que chacun se sente et puisse être le protagoniste de son projet de vie et que, de cette façon, la nation progresse vers un développement humain intégral».

Dieu n'abandonne jamais ses enfants

Mais les évêques rappellent cependant que «la plus grande et la meilleure nouvelle est que Jésus, le Fils de Dieu, est le seul Messie, Sauveur et Seigneur». C'est Lui qui «sème la paix, la liberté et l'espérance, afin que nous puissions commencer à construire le Royaume des Cieux déjà sur terre, tout en sachant que le bonheur parfait ne pourra jamais être trouvé ici-bas»; ils rappellent également que celle qui a rendu possible la naissance de Jésus grâce à sa foi, la Vierge Marie, «continue d’accompagner et d’enseigner à tous ses enfants à vivre dans la confiance en Dieu, à leur dire que Dieu n'abandonne jamais ses enfants et ne leur permet jamais d'être mis à l'épreuve au-delà de leurs forces».

Convaincus, par conséquent, que l'aide maternelle de la Vierge de la Charité, mère et Patronne de Cuba depuis plus de quatre siècles, ne manquera pas pour faire face aux défis du moment présent, les évêques concluent leur message en remerciant Dieu pour tout ce qui a été accompli cette année, pensant notamment au sacrifice des médecins et des travailleurs de la santé, au partage de la nourriture entre les communautés catholiques et leurs voisins, aux messages télévisés à contenu religieux et aux célébrations du Pape François à Rome. 

14 décembre 2020, 15:34