Recherche

Vatican News
La prestation de serment du chef de l'État par interim, Manuel Merino. La prestation de serment du chef de l'État par interim, Manuel Merino. 

Crise politique au Pérou: le message d’espérance des évêques

Après la chute du président Vizcarra, destitué par le Parlement, les évêques invitent à lutter contre la corruption et à consolider la démocratie.

Le Pérou traverse une nouvelle crise politique. Mis en cause pour corruption comme beaucoup de ses prédécesseurs, Martin Vizcarra n'est plus le président du pays. Après une session historique, le Congrès a voté sa destitution à une écrasante majorité; une décision due à la fois aux accusations de corruption qui pèsent sur l'ancien dirigeant et aux intérêts politiques d'un Parlement fortement divisé. Le président du Congrès, Manuel Merino, du Parti d'action populaire (PA) de centre-droit, est devenu chef de l'État pour une période de transition qui devrait s'achever en juillet 2021.

Face à ces événements et à la crise économique et sociale, dans un des pays les plus touchés par la Covid-19, les évêques du Pérou ont envoyé un message d'espoir, publié sur le site internet de l'épiscopat, à tout le peuple péruvien, préoccupé par le sort de la nation et des institutions démocratiques, en lui rappelant que le pays a besoin de l'effort de tous pour se consolider en tant que nation.

Garantir la continuité démocratique

Dans ce contexte actuel, les évêques rappellent qu’il est nécessaire de garantir la tenue des élections générales en avril prochain et le transfert du pouvoir au mois de juillet 2021, ainsi que de donner la priorité à l'urgence sanitaire, économique et sociale. C'est le moment «de renoncer aux intérêts personnels ou collectifs pour favoriser la renaissance économique et de construire des chemins de solidarité, de fraternité et de développement intégral», insistent les évêques, en ajoutant qu’il est nécessaire et urgent de «continuer à lutter contre le cancer social de la corruption, pour un Pérou plus transparent et plus juste».

L'épiscopat, citant les paroles du Pape François prononcées lors de sa visite dans le pays, encourage et exhorte les personnes en position de responsabilité «à s'engager dans ce sens pour offrir à leur peuple et à leur terre la sécurité qui découle de la conviction que le Pérou est un espace d'espoir et d'opportunités, mais pour tous, pas pour quelques-uns; afin que chaque Péruvien puisse sentir que ce pays est le sien, qu'il peut établir des relations fraternelles et égalitaires avec son voisin et aider l'autre quand il en a besoin ; une terre où son avenir peut se réaliser».

Une invitation à prier pour la paix de la nation

L'Église, lit-on dans le message, veut toujours être proche des plus souffrants et des plus vulnérables, car «la dignité de la personne, la famille et le bien commun sont les piliers de toute société qui envisage son avenir avec responsabilité et espoir».

Pour construire, par conséquent, un pays en paix, toujours plus humain et fraternel, les prélats, en conclusion, ont invité tous les Péruviens à «une journée de prière qui sera établie par chaque évêque dans sa juridiction, demandant le don de la Paix, de la solidarité et de la fraternité» dans le pays, en rappelant que «l'âme d'une communauté se mesure à sa capacité de se tenir ensemble face aux moments d'adversité et de garder la foi et l'espoir vivants».

Vatican News Service - AP

11 novembre 2020, 15:16