Recherche

Vatican News
Les fidèles haïtiens en prière en octobre 2019, avant une marche pacifique contre le gouvernement à Port-au-Prince. Les fidèles haïtiens en prière en octobre 2019, avant une marche pacifique contre le gouvernement à Port-au-Prince.  (AFP or licensors)

Message de Noël des évêques haïtiens : "Non au chaos !"

La conférence épiscopale haïtienne invite les fidèles à un triduum de prière et de jeûne, du 5 au 7 décembre, pour la conversion des cœurs et la délivrance de leur pays qui s’enfonce chaque jour davantage dans la violence, la misère et l’insalubrité. Les évêques plaident pour une refonte de la nation, passant par la justice et le consensus. Ils appellent chacun à ne pas se laisser voler l'espérance.

Marie Duhamel – Cité du Vatican

Le pays a plus que jamais besoin «de salut, de rédemption, de paix, de transformation en profondeur: des mentalités, des structures, de la manière de gouverner et de faire de la politique» estiment les évêques dans leur message de Noël publié le 27 novembre à l’issue de leur Assemblée plénière. Ils dénoncent les «dérives» de l’exécutif et demandent aux acteurs de la vie nationale de se ressaisir.

«Profondément affectés», les évêques expriment leur «douleur et désarroi» face à l’aggravation de la situation dans le pays qui s’enfonce chaque jour davantage, écrivent-il, dans la violence, la misère et l’insalubrité. Les actes de kidnapping, de banditisme, de viols, d’assassinats et de barbarie prolifèrent selon eux, semant la terreur, la mort et le deuil, poussant les gens à abandonner leur demeure.

Appel à un sursaut moral et patriotique

Aux autorités, ils crient «avec tout le peuple haïtiens exaspéré et exténué» : «Non au chaos ! Non à la violence ! Non à l’insécurité ! Non à la misère ! Nous en avons assez! Le peuple haïtien en a marre! Trop c’est trop!»

Aux auteurs de ces actes, à ceux qui les soutiennent, les évêques demandent d’arrêter «au nom du Dieu de la vie». De tels actes, réprouvés par tout le peuple, ne les conduiront nulle part, soulignent-ils.

Depuis le siège de la conférence épiscopale d’Haïti à Lilavois, les évêques appellent à «un sursaut moral et patriotique» de chacun, à la «transformation des cœurs», en vue d’obtenir une entente nationale «pour refonder la nation». Ils encouragent les initiatives nationales visant à dégager «un consensus pour remettre les institutions en place et redonner confiance au peuple».

En cette période de l’Avent, ils soulignent que pour eux «la solution est dans l’espérance qui active le consensus pour une amitié sociale et une nouvelle culture». Pourquoi pas une réforme de la Constitution comme le réclament certains, mais cela doit passer par la justice et le consensus, affirment-ils. Cette méthode est la seule manière de «sauver Haïti du désastre».

Trois jours de jeûne et de prière

Et parce que ce pour les évêques, «la prière est une ressource pour créer une coexistence réussie surtout dans les moments les plus difficiles», ils invitent les catholiques et les hommes et femmes de bonne volonté à se joindre à eux, à travers les paroisses des dix diocèses du pays pour un triduum de jeûne, de prière de réparation et d’intercession pour la conversion des Haïtiens et pour la délivrance du pays, du 5 au 7 décembre prochain. Ils invitent les fidèles à intensifier l’adoration perpétuelle décrétée en juin 2019. 

Face à l’urgence, les évêques haïtiens refusent de se laisser submerger par le fatalisme et le pessimisme et optent pour la prière «comme moyen pour puiser toujours à nouveau la force du Christ», comme l’écrivait Benoît XVI dans son encyclique Deus Caritas Est. Ils choisissent aussi l’adoration et le jeûne qui permettront aux chrétiens, comme d’ailleurs la prière, de laisser Dieu changer leurs esprits et leurs cœurs. «C’est de notre cœur que viennent les mauvaises pensées», regrettent-ils.  

Ne pas céder au fatalisme pour s'ouvrir à l'espérance

«Devant la mort brutale et programmée qui nous encercle et nous menace», ils s’emparent cette fois des mots du Pape François prononcés le 25 mars 2013 : «Ne nous laissons pas voler notre espérance» et demandent aux croyants de reconnaître que «l’amour passe en premier», comme l’a écrit le Saint-Père dans son encyclique Fratelli tutti.

«Noël, c’est la fête de l’Amour, la fête de la Fraternité, la fête de la Paix. Cette paix, cherchons-la l’ensemble. Donnons une chance à Haïti ! Épargnons de nouvelles souffrances au bien-aimé peuple Haïtien. Bannissons à tout jamais la violence! Éradiquons définitivement l’insécurité et l’impunité!» s’exclament-ils. Ils proposent ainsi à chacun d’accueillir le Mystère de Noël, le Mystère de Dieu qui s’est fait chair, et de se laisser transformer par l’Enfant-Dieu qui sourit depuis les bras de sa mère, et «nous invite à ne pas perdre courage, à nous ouvrir à la grâce de Dieu, à l’espérance».

Ils espèrent que la grâce de Noël les soutienne dans leur combat contre l’insécurité, la violence et toutes les 'forces de mort', et dans leur engagement pour construire un Haïti nouveau, pour faire triompher les 'forces de vie'.


29 novembre 2020, 17:33