Recherche

Vatican News
Ler Pape au Mémorial de la paix d'Hiroshima, le 24 novembre 2019. Ler Pape au Mémorial de la paix d'Hiroshima, le 24 novembre 2019.  (Vatican Media)

L’épiscopat japonais exige l’abolition des armes nucléaires

À l'occasion du premier anniversaire de la visite du Pape François au Japon, les évêques du pays ont publié un message sur leur site internet. Le président de la conférence épiscopale invite les fidèles japonais à s’engager pour protéger la vie, en se montrant attentif vis-à-vis de la planète et du prochain et en s’opposant avec eux au «mal absolu» que sont les armes nucléaires.

Vatican News

Au nom des évêques japonais, Mgr Takami, archevêque de Nagasaki, invite tout d’abord à vivre suivre le message délivré par le Pape de «protéger toute vie», thème choisi pour la visite apostolique du Pape dans l’archipel asiatique. Il s’agit de protéger «tous les êtres vivants qui partagent notre maison commune, et pas seulement eux». Les communautés du pays ont été invitées à passer à l’action, en prenant des mesures concrètes pour protéger l'environnement, et à participer à la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création et au "Temps de la création", du 1er septembre au 4 octobre dernier.

«Un acte de terrorisme contre Dieu»

Protéger la vie c’est également «créer un monde de paix». Dans cette optique, il va de soi de s’opposer à la guerre, «le pire de tous les moyens que l'humanité a trouvés pour détruire la vie» estime Mgr Takami. Tout au long de son histoire, l'humanité a développé diverses armes de guerre, dont les plus redoutables sont les armes nucléaires. Le président de conférence épiscopale rappelle que selon le Pape «il est immoral de fabriquer ou de posséder des armes nucléaires», et que cela représente un péché contre Dieu et contre l'humanité. Il poursuit sans détour: «Produire, développer, entretenir et commercialiser des armes aussi destructrices, alors qu'un grand nombre d'individus souffrent de la faim et gaspillent des ressources qui devraient être utilisées pour le développement de tous les peuples est un acte de terrorisme contre Dieu».

Au nom des évêques, le prélat appelle à «abolir complètement le mal absolu que sont les armes nucléaire». Il estime que le Traité d’interdiction des armes nucléaires, signé par le Saint-Siège, peut être un outil efficace dans ce but.

Mobiliser l’opinion publique

Ce n’est cependant pas suffisant pour obtenir la paix et la stabilité internationale. L’archevêque de Nagasaki plaide pour «une solidarité et une collaboration basée sur une confiance mutuelle» pour arriver à ces fins.

Les évêques japonais estiment pour certains que le message porté par le Pape dans les villes d’Hiroshima et de Nagasaki a contribué à pousser de nouveaux États à ratifier enfin le Traité d’interdiction des armes nucléaires. Le 24 octobre dernier, 50 pays l’ont en effet ratifié, ce qui permettra au Traité d’entrer en vigueur le 22 janvier prochain.

Plusieurs puissances s’opposent encore à ce texte, notamment le Japon. Un contresens pour ce pays, le seul à avoir été bombardé avec des armes atomiques, et qui à ce titre devrait être le premier à mobiliser l'opinion publique pour faire pression sur les nations réfractaires.

Faire vivre la fraternité

Dans ce message, les évêques japonais plaident également pour la reconnaissance des droits humains fondamentaux, pour que les fidèles remplissent librement leurs obligations avec amour et qu’ils vivent dans la paix du Christ. Car «personne ne se sauve seul», répète Mgr Takami après le Pape.

Dans son encyclique Fratelli tutti, François souligne la nécessité de se reconnaître mutuellement comme des frères et des sœurs, et de «construire des relations quotidiennes, la société, la politique et les systèmes sociaux» en se basant sur la fraternité, le dialogue et la communion.

«Nous devons être proches des souffrants et des faibles comme le Bon Samaritain» encourage l’archevêque. Il souhaite à la suite du Pape qu’un fonds mondial pour éradiquer la fin soit créé et que lui revienne l’argent versé pour l’achat d’armes ou d’autres dépenses militaires. Il est du devoir du chrétien de promouvoir la paix dans le monde, la justice et l’amour pour protéger toute vie, conclut-il.

30 novembre 2020, 16:30