Recherche

Vatican News
Szabadság tér, place de la Liberté à Budapest. Szabadság tér, place de la Liberté à Budapest.   (ANSA)

La Hongrie maintient les messes publiques pendant le couvre-feu

«Nous devons agir de manière responsable et prudente», écrit la conférence épiscopale hongroise à l’aune de l’état d’urgence et couvre-feu instauré dans le pays magyar depuis le 11 novembre. Les restrictions annoncées par le gouvernement Orban ne concernent pas les lieux de culte. Ces derniers sont libres de choisir s’ils poursuivent ou non les offices.

90 jours d’état d’urgence, un couvre-feu incluant la fermeture des bars et restaurants, l’enseignement à distance pour les établissements scolaires et universitaires, ou encore la fermeture anticipée de tous les commerces à 19 heures.

Le Premier ministre conservateur Viktor Orban a durci les mesures en Hongrie à compter du mercredi 11 novembre, laissant à la discrétion des cultes la possibilité de maintenir les célébrations, dans le respect des normes sanitaires. Le pays majoritairement catholique, à minorité protestante, maintient donc ses églises ouvertes, et la possibilité d’y célébrer des messes en présence de fidèles.

De la ressource spirituelle

L’épiscopat catholique, prudent, appelle dans une note à respecter toutes les précautions sanitaires, motivant ainsi son choix de poursuivre les célébrations: «Tenant compte de l'avis des épidémiologistes, les églises sont particulièrement importantes en tant que lieux de ressourcement spirituel et de prière, c'est pourquoi nous continuons à les maintenir ouvertes», écrivent les évêques hongrois. 

 

«Les messes peuvent y être célébrées, et ceux qui ne peuvent pas y participer "pour des raisons sérieuses" peuvent consacrer un temps raisonnable à la prière personnelle et suivre la messe en ligne ou à la télévision, afin d’obtenir réconfort, consolation et encouragement». Les personnes âgées, les malades et les personnes travaillant en première ligne contre la pandémie sont exemptées de l'obligation, relève l’épiscopat.

Les réunions paroissiales déconseillées

En ce qui concerne les réunions paroissiales, les évêques recommandent toutefois le recours au «mode virtuel», avec de «strictes exceptions», qui doivent respecter «les ordonnances épidémiologiques en vigueur», également à suivre «dans l'administration des sacrements».

«Par nos prières et notre exemple, nous renforçons la confiance en Dieu et en chacun de nous et nous accordons une attention particulière à nos voisins, surtout aux personnes âgées et aux malades», concluent-ils dans ce message.

Pour sa part, l’Église réformée de Hongrie a décidé d’interrompre toutes les célébrations en présence de fidèles.

Depuis l’apparition de la pandémie, 2 990 personnes sont décédés de la Covid-19 en Hongrie, tandis qu’un peu plus de 130 000 personnes sont infectées selon les chiffres officiels.

14 novembre 2020, 15:01