Recherche

Vatican News
La cathédrale catholique de Wellington, en Nouvelle-Zélande. La cathédrale catholique de Wellington, en Nouvelle-Zélande. 

Nouvelle-Zélande: bénédiction des travaux de la cathédrale de Wellington

Dans cette ville marquée par un violent tremblement de terre en 2011, la cathédrale catholique avait été fermée au culte en 2018 en raison de la fragilité de ses structures. Un chantier de mise aux normes est maintenant lancé avec des fonds publics et diocésains.

La cathédrale du Sacré-Cœur de Wellington, en Nouvelle-Zélande, va briller à nouveau : le lieu de culte avait en effet été fermé en 2018 en raison des risques de tremblement de terre, mais vendredi prochain, le 7 août, commencera sa restauration. Pour marquer le début des travaux, une cérémonie de bénédiction sera présidée à 10h00 par l'archevêque local, le cardinal John Dew, qui bénira l'Église et les travailleurs présents.

«Le projet de restauration, d'un coût de 16,5 millions de dollars a pu être lancé grâce à une contribution de 8,5 millions arrivée le mois dernier du Fonds d'infrastructure du gouvernement, une subvention de 120 000 dollars du Fonds de la ville pour les bâtiments patrimoniaux, et 3,3 millions de dollars collectés jusqu'à présent par la communauté catholique», a précisé le cardinal néo-zélandais sur le site de son diocèse.

Un chantier impliquant 300 personnes

Construite dans un style classique, la cathédrale a été conçue par l'architecte Francis Petre et achevée en 1901. En 1942, ses deux tours avaient été détruites après un tremblement de terre et elles n’ont jamais été reconstruites. L’édifice subsistant avait résisté au séisme de 2011, contrairement à la cathédrale anglicane qui s’était partiellement effondrée, mais une expertise ultérieure avait mis en lumière ses fragilités et sa fermeture avait été ordonnée.

Les travaux comprennent le renforcement de la toiture, l'installation d'isolateurs antisismiques, le nettoyage intérieur et extérieur et la rénovation de l'orgue historique Arthur Hobday, installé en 1905. Le lieu de culte, en effet, grâce à son acoustique particulière, est un décor très recherché également du point de vue musical.

Le projet durera au moins trois ans et nécessitera la mobilisation de 300 personnes. «Une fois restaurée la cathédrale sera à nouveau prête à accueillir les catholiques et toute la communauté de Wellington», pour laquelle elle est «un point de référence», a souligné le cardinal Dew. Enfin, l'archevêque a invité tous les fidèles à participer à la cérémonie de bénédiction qui aura lieu sur la place devant la cathédrale ou à l'intérieur de la chapelle, en cas de pluie.

05 août 2020, 12:48