Recherche

Vatican News
Prière œcuménique à Minsk, le 13 août 2020. Prière œcuménique à Minsk, le 13 août 2020.  (AFP or licensors)

L’Église orthodoxe prie pour la paix en Biélorussie

Le Patriarche de Moscou, Kirill, prie pour la Biélorussie, pour la paix, alors que la réélection contestée, le 9 août dernier, du président Alexandre Loukachenko, continue à susciter un vaste mouvement de protestation.

Le Patriarche Cyrille, dont la juridiction concerne aussi les diocèses orthodoxes de Biélorussie (l'Église locale n'étant pas autocéphale), prie pour que les autorités biélorusses et toutes les forces saines de sa société soient attentives au bien commun et entrent en dialogue pour surmonter les tensions qui sont apparues ces derniers jours.

Pendant ce temps, l'Église orthodoxe biélorusse apporte son aide aux personnes arrêtées et blessées lors des manifestations. À Minsk, certains membres du mouvement bénévole de l'Église de l'Icône de la Mère de Dieu se sont rendus disponibles pour offrir leur aide. Ils recueillent des informations et soutiennent ceux qui se sont retrouvés dans les hôpitaux, ainsi que tous ceux qui ont été libérés du centre de détention temporaire d'Akrestsin et de Zhodino. Les volontaires collectent également des médicaments, de la nourriture et des produits d'hygiène pour les livrer aux hôpitaux et aux proches des victimes des affrontements.

L’Église orthodoxe locale invite au calme

Le 15 août, le Synode de l'Église orthodoxe biélorusse a lancé un appel à la paix. «Chacun de nous est désormais tenu de donner une réponse honnête et raisonnable aux questions : Pourquoi cela se produit-il ? Et que devons-nous faire pour rétablir la paix et l'harmonie ?», peut-on lire dans une déclaration.

Condamnant ensuite catégoriquement la violence, la torture, l'humiliation, la détention sans fondement et l'extrémisme sous toutes ses formes et manifestations, le Synode appelle tous ceux qui aiment la Biélorussie à mettre fin aux violences. «Dieu interdit que les passions nous asservissent et nous transforment en une foule cruelle et aveugle», écrivent les membres de la hiérarchie orthodoxe à destination des manifestants dont ils craignent une radicalisation, tout en adressant cette demande aux autorités : «Nous croyons et espérons que les dirigeants du pays, qui sont appelés à juste titre à respecter et à protéger leur peuple, mettront fin à la violence et écouteront la voix des victimes».

«Tous doivent faire preuve de prudence, d'unité, de noblesse, de miséricorde, de rationalité, d'un authentique amour chrétien les uns pour les autres et de responsabilité pour nos actes, insistent encore les évêques orthodoxes. Ce n'est qu'avec l'aide de Dieu et en luttant pour la paix et l'harmonie que nous pourrons faire face à cette épreuve.»

Transmettre aux générations futures un pays apaisé

Le Synode de l'Église orthodoxe biélorusse demande donc à tous «de se pardonner les uns les autres» et de rester unis «dans l'amour de Dieu et du prochain» afin de préserver la nation et de la transmettre aux générations futures en tant que pays pacifique, indépendant et prospère.

Le communiqué précise enfin que l'Église orthodoxe a toujours été et sera toujours en dehors de la politique, qu'elle ne fait pas de propagande en faveur des partis et des dirigeants politiques, des doctrines et des régimes et qu'elle ne distingue pas les individus en fonction de leurs idéologies ou de leurs croyances. Enfin, le Synode invite le clergé, les religieux et religieuses, à prier pour que Dieu puisse préserver tout le monde dans un esprit de paix.

Vatican News Service - TC

18 août 2020, 16:03