Recherche

Vatican News
A Lima la capitale péruvienne, des personnes attendent pour recharger leurs bonbonnes d'oxygène. Le 26 juin 2020. A Lima la capitale péruvienne, des personnes attendent pour recharger leurs bonbonnes d'oxygène. Le 26 juin 2020. 

Le Pérou face au manque d’oxygène médical

Depuis plusieurs semaines, le Pérou fait face à un manque d’oxygène médical, précieux pour les hôpitaux pour soigner les malades du coronavirus. La Conférence épiscopale participe à une campagne pour aider les Péruviens à financer l’oxygène.

Au Pérou, pays qui compte plus de 288 000 cas de Covid-19 et presque 10 000 morts, une crise parallèle est en cours: le manque d’oxygène médical dans les hôpitaux. Dans certaines rues proches des hôpitaux, des scènes hors du commun: des personnes, bonbonnes d’oxygène à la main, font la file afin de pouvoir soigner les membres de leur familles hospitalisés. 

Profitant de la crise et d'une situation déjà grave, les opérateurs et les commerçants spéculent sur les prix, détaille l’agence Fides. Avant la situation d'urgence sanitaire, un ballon à oxygène coûtait environ 75 dollars, il faut désormais compter entre 500 et 1950 dollars. De nombreux péruviens s’endettent alors pour sauver la vie des membres de leur famille.   

Campagne de collecte de fonds 

La Conférence épiscopale péruvienne participe à la campagne «Le Pérou respire - parce que l’oxygène est vie», pour collecter des fonds pour aider les péruviens à financer les bonbonnes d’oxygène. Mgr Miguel Cabrejos Vidarte, archevêque de Trujillo et président de la Conférence épiscopale du Pérou, a affirmé que «nous voyons avec une immense douleur de nombreuses personnes courir désespérément ou attendre longuement pour obtenir une bonbonne d'oxygène et aider les membres de leur famille. Dans cette situation, nous devons agir. Voila pourquoi nous unissons actuellement l'Église, l'Université et les sociétés privées en une force unique. À combien veulent-ils arriver ? À 32 millions d'USD ? Non ! À 32 millions de péruviens. Nous pouvons tous collaborer parce que personne n'est si pauvre qu'il n'ait quelque chose à donner et que personne n'est si riche qu'il n'ait quelque chose à recevoir».

De son côté, le président du pays, Martin Vizcarra a décrété l'usage d'oxygène médical priorité pour le traitement des patients affectés par le coronavirus. Pour l'heure, les consommations industrielles seront laissées de côté. Cependant, la nation ne parvient pas à satisfaire sa demande intérieure et ira à la recherche d'oxygène auprès de ses voisins, à savoir la Colombie, l'Équateur et le Chili.

Le Pérou, un pays de près de 33 millions d'habitants, a subi depuis le début du mois de juin une moyenne quotidienne de 4 800 nouvelles contaminations, un chiffre en baisse par rapport à la moyenne quotidienne du mois de mai. Les conséquences économiques de la pandémie ont privé à ce jour plus de deux millions de Péruviens de leur emploi.

03 juillet 2020, 16:08