Recherche

Vatican News
La cathédrale catholique de Moscou. La cathédrale catholique de Moscou.  

Le Pape nomme un nouvel évêque auxiliaire à Moscou

Mgr Nicolaï Dubinin, prêtre franciscain est le premier prêtre de nationalité russe nommé à cette charge.

Vatican News

Le Pape François a nommé le 30 juillet un nouvel évêque auxiliaire pour le diocèse de la Mère de Dieu, à Moscou. Il s'agit du révérend Nikolaï Gennadevitch Dubinin, prêtre franciscain né en 1973 dans la région de Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie. Mgr Dubinin, qui s'est formé chez les Franciscains de Pologne devient le premier prêtre russe à accéder à cette charge. 

Mgr Dubinin a fait sa profession religieuse en 1998 et a été ordonné prêtre en 2000. Après cinq ans de travail en paroisse, il a été custode général de l' ordre franciscain pour la Russie de 2005 à 2013. Depuis 2009, il est le président de la conférence des supérieurs religieux de Russie. Il dirige actuellement la maison d'édition des franciscains à St-Petersbourg. 

La renaissance d'une Église persécutée

Le diocèse de la Mère de Dieu de Moscou a été érigé en 1991, après l'effondrement du bloc communiste, sous le statut d'administration apostolique pour la Russie d'Europe. En 2002, Moscou a été élevé au rang d'archidiocèse. C’est actuellement un Italien, Mgr Paolo Pezzi, qui dirige le diocèse catholique de la capitale russe. 

L’Église catholique russe qui comptait plus de deux millions de fidèles, un millier de prêtres et 600 églises en 1917, a été presque totalement anéantie par les persécutions communistes, en particulier durant la période stalinienne. À la fin des années 30, ne subsistaient dans le pays que deux églises catholiques en fonctionnement légal dans le pays: la paroisse Saint-Louis à Moscou et l'église Notre-Dame de Lourdes à Saint-Pétersbourg, qui étaient préservées en raison d'une protection diplomatique.

Dans un pays à 80% orthodoxe, l'Église catholique locale est très minoritaire, mais elle s'est progressivement enrichie grâce à l'apport de vocations d'autres pays du bloc de l'Est, comme la Pologne, la Lituanie ou l'Ukraine. Paradoxalement, les déportations de l'époque stalinienne, qui avaient pour objectif d'annihiler les identités nationales et religieuses, ont permis à des populations catholiques de faire souche dans différentes régions reculées de la Russie et plus largement des pays d'ex-URSS.

Outre l'archidiocèse de Moscou, l'Eglise catholique latine en Russie comprend trois autres diocèses, à Saratov (Ouest), Irkoutsk (Sibérie centrale), et Novossibirsk (Sibérie occidentale). 

31 juillet 2020, 12:23