Recherche

Vatican News
Femmes boliviennes lors d'une manifestation Femmes boliviennes lors d'une manifestation  (AFP or licensors)

Les évêques boliviens préoccupés par les violences contre les femmes

L'assassinat d'une jeune fille de 9 ans début juillet a provoqué un choc parmi la population bolivienne. Les évêques ont pris la parole pour condamner le climat de violence dans le pays, et porter l'attention de tous envers les principales victimes que sont les femmes.

Dans un communiqué publié vendredi 10 juillet, le secrétaire général de la Conférence épiscopale bolivienne a exprimé son indignation et sa consternation face à l'augmentation des cas de violence, perpétrés en particulier contre les femmes. Cette dénonciation intervient quelques jours après un fait divers qui a bouleversé tout le pays.

Esther, une jeune fille de 9 ans, vivant à El Alto, a été tuée le 5 juillet dernier. Elle était restée à la maison pour s'occuper de ses petites sœurs parce que sa mère était au travail. Son corps sans vie a été retrouvé abandonné à quelques mètres de sa maison. L'auteur du crime a été arrêté grâce au témoignage d'une jeune fille de 12 ans qui a tout vu. Il a été condamné à trente ans de prison. Trois autres personnes, complices présumés, font l'objet d'une enquête.

La Covid-19 aggrave les violences

«Avec la pandémie, les problèmes structurels de la société bolivienne se sont aggravés», a déclaré Mgr Pesoa, exhortant les institutions à «travailler à la promotion de relations saines au sein des familles, où la loi de la non-violence doit toujours prévaloir». Au nom des évêques, le prélat a assuré de la solidarité des évêques envers toutes les femmes, en particulier celles qui «ont récemment commencé à vivre et ont été ajoutées à la longue liste des victimes». Enfin, il a lancé un appel à tous les agents pastoraux et partenaires sociaux pour «unir leurs forces et veiller à ce que les injustices ne soient pas réduites au silence». «Personne ne devrait pleurer en silence et dans la solitude à cause de l'agression».

Malheureusement, les chiffres sont encore préoccupants. Selon les Nations Unies, la Bolivie est l'un des pays où le taux de violence sexiste est le plus élevé. Sept femmes sur dix y subissent des mauvais traitements de toutes sortes et 10 à 12 épisodes de violence sont signalés chaque jour. Sur les 4 800 cas signalés, 95% concernent des femmes.

13 juillet 2020, 10:56