Recherche

Vatican News
Un homme prie devant l'église Saint Gabriel, au lendemain de l'incendie. Un homme prie devant l'église Saint Gabriel, au lendemain de l'incendie.  (ANSA)

Églises incendiées et actes de vandalisme aux États-Unis

En Californie, l'Église Saint Gabriel fondée par le saint missionnaire Junipero Serra en 1771 a été détruite par les flammes samedi dernier, sans que l'on connaisse encore ce qui est à l'origine du drame. Une église venait être victime d'un incendie volontaire cette fois en Floride, tandis que deux statues de la Vierge ont fait l'objet d'actes de vandalisme à Boston et New York.

Un incendie a ravagé l’église Saint Gabriel dans l’archidiocèse de Los Angeles samedi 11 juillet à l’aube. Appelés à 4h30 du matin samedi, cinquante pompiers sont intervenus sans parvenir à sauver la structure de l’édifice.

«Dieu merci, personne n'est blessé», a déclaré l'archevêque de Los Angeles venu constater les dégâts et prier avec les fidèles. «Il y a beaucoup de dégâts dans la vieille église», constatait-il. Le toit n’est plus ainsi que l’autel. Par chance, des peintures historiques et des artéfacts avaient été mis à l’abris en raison de travaux de rénovations en cours en vue du 250ème anniversaire de la fondation de l’église.

Saint Junipero Serra, une figure prise pour cible

«Saint Junípero, priez pour cette ville, cet état et ce pays que vous avez aidé à fonder», a poursuivi Mgr José Gomez devant l’édifice.

L’église Saint Gabriel avait été fondée en 1771 par saint Junipero Serra, un franciscain venu d’Espagne pour évangéliser les autochtones de Californie. Il leur enseigna de nouvelles techniques agricoles, s’opposant parfois ouvertement aux autorités espagnoles de l’époque. Il participa de facto à la construction de la Californie. Les églises fondées par le missionnaire se trouvent aujourd’hui au cœur des grandes villes de la région, telles que Los Angeles, San Diego ou San Francisco.

Lors de sa canonisation en 2015, le Pape François a rappelé combien le missionnaire «a cherché à défendre la dignité de la communauté autochtone, en la protégeant de ceux qui avaient abusé d’elle.»  

Ces dernières semaines pourtant, la figure de Saint Junipero Serra a été récemment prise pour cible lors des marches de protestation qui ont fait suite à la mort de l’afro-américain George Floyd. Des images du saint ont été démoli ou vandalisé par des émeutiers à Sacramento ou San Francisco, pour dénoncer le passé colonial de la Californie.

Fourgonnette bélier

Autre acte violent: samedi matin, un homme de 24 ans, aujourd’hui aux mains de la police, a admis avoir fait irruption de force dans une église catholique d’Ocala, la Queen of Peace church, en Floride. À bord de sa fourgonnette, il a défoncé la porte d’entrée de l’édifice, avant de verser de l’essence à terre et d’y mettre le feu, alors même que des fidèles se préparaient à célébrer la messe.

Poursuivi pour tentative de meurtres, incendie volontaire, effraction et tentative d’évasion, l’assaillant affirme avoir été diagnostiqué schizophrène et admet ne pas suivre de traitement.

Deux statues de la Vierge endommagées

Par ailleurs, deux représentations de la Vierge Marie ont été vandalisées le week-end dernier. Samedi soir à Boston, un homme non-identifié a intentionnellement mis feu aux fleurs en plastique que la Vierge tenait dans ses mains. Les flammes et la fumée ont altéré toute la partie supérieure de la statue. Une enquête est en cours.

La police de New York tente, elle, de retrouver l’auteur d’un graffiti découvert vendredi 10 juillet au matin. Une vidéo montre un homme s’approcher lentement de d’une statue centenaire de la Vierge pour y tagguer ses jambes de l’inscription «Idol». L’œuvre centenaire se trouvait dans un lycée et séminaire catholique privé du Queens. Pour le recteur de la Cathedral Prep School and Seminary, le père James Kuroly, il s’agit d’un acte de haine. Il affirme qu’il continuera à prier pour ceux qui commettent de telles actions.

14 juillet 2020, 12:44