Recherche

Vatican News
La basilique de Lourdes : les évêques français espèrent rouvrir au culte les églises pour la Pentecôte La basilique de Lourdes : les évêques français espèrent rouvrir au culte les églises pour la Pentecôte  (AFP or licensors)

En France, le retour des messes publiques espéré pour la Pentecôte

Le gouvernement français est sommé par le Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative du pays, de lever l'interdiction «générale et absolue» de réunion dans les lieux de culte, mise en place pour combattre la pandémie de Covid-19. Les évêques français prennent acte de cette ordonnance et attendent que le gouvernement révise le décret du 11 mai qui porte sur la sortie du confinement.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

Le Conseil d'État a été saisi par plusieurs associations et requérants individuels sur le maintien de l'interdiction des réunions dans les lieux de culte. Dans son ordonnance rendue ce lundi 18 mai, les juges administratifs ont estimé que cette interdiction porte «une atteinte grave et manifestement illégale» à la liberté de culte et enjoint le gouvernement de la lever «dans un délai de huit jours».

Ils pointent du doigt le «caractère disproportionné au regard de l'objectif de préservation de la santé publique» de cette mesure. Dans son décret du 11 mai, l'exécutif a maintenu tout rassemblement ou réunion au sein des établissements de culte, à l'exception des cérémonies funéraires qui sont limitées à vingt personnes.

La Conférence des évêques de France (CEF) prend acte de la décision du Conseil d'État qui va dans le sens de la lettre écrite par le président de la CEF au Premier ministre vendredi 15 mai. La conférence attend maintenant la révision du décret du 11 mai. «À partir de la révision de ce décret des célébrations seront possibles, respectant les règles sanitaires communiquées en réponse aux propositions faites par la CEF» précise le communiqué.

Les évêques prêts à la réouverture des églises

«C'est un bon signe, une décision juste» estime le père Thierry Magnin, le porte-parole de la CEF. «Autant il nous semble important que les cultes et les catholiques en particulier jouent le jeu de la prudence pour le déconfinement, autant il nous semble que nous pouvons organiser au moins aussi bien des cultes à l'intérieur d'une église avec toutes les distances physiques nécessaires que sur un marché. On ne comprend pas pourquoi les cultes ne pouvaient pas reprendre dans des conditions bien sûr limitées et progressives.»

L'Église de France a déjà travaillé sur les conditions dans lesquelles accueillir les fidèles, proposant notamment de ne remplir les églises qu'au tiers de leur capacité ou organisant l'entrée et la sortie de l'édifice. «Nous sommes prêts dès que l'ouverture est possible à assumer tout cela», poursuit-il. «On ne pourra pas se rassembler au début en grand nombre mais il y a un besoin car les sacrements se vivent au cours de rassemblements : il faut que la communauté chrétienne soit physiquement rassemblée pour communier par exemple». Avec cette nouvelle donne, le père Magnin espère «une ouverture encore plus grande à partir de la Pentecôte».

Entretien avec le père Thierry Magnin, porte-parole de la CEF
19 mai 2020, 18:05