Recherche

Vatican News
Constantine, Algérie Constantine, Algérie 

Algérie: Mgr Lhernould encourage à la prière et à la solidarité

La pandémie de coronavirus frappe violemment l’Algérie. Dans un pays où la relation à l’autre est centrale, plusieurs initiatives ont vu le jour pour maintenir des liens, en particulier avec les personnes en souffrance. Témoignage de Mgr Lhernould, évêque de Constantine.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

L’Algérie enregistre, aux premiers jours du mois de mai, près de 4 500 cas de contamination et plus de 460 décès. La pandémie de Covid-19 s’est étendue, dans le pays, depuis le début du mois de Ramadan, avec près de 1 500 nouveaux cas de personnes infectées. Depuis le 24 avril, les autorités ont allégé le couvre-feu décrété dans neuf préfectures du pays mais de nombreux commerces, qui avaient rouvert leur porte la semaine dernière, ont dû fermer à nouveau, dans plusieurs régions, sur ordre des autorités en raison du non-respect des règles de distanciation.

Les liens familiaux et de voisinage sont extrêmement importants dans le pays, en particulier durant ce mois de jeûne et de festivités du Ramadan. Chrétiens et musulmans vivent de manière intense la relation à l’autre. «Les communautés sont imprégnées de cet esprit» observe Mgr Nicolas Lhernould. L’évêque de Constantine décrit la manière dont les chrétiens, «habitués à la fragilité, à la simplicité et au petit nombre» vivent le confinement.

 

Maintenir le lien dans la prière

«Maintenir des rencontres à trois, quatre ou cinq est pour nous, quelque chose de relativement habituel», souligne Mgr Lhernould, tout en reconnaissant que «cette période qui touche tout le monde de plein fouet est difficile humainement et socialement parce que nous sommes dans une société de la relation à l'autre qui est fondamentale». C’est particulièrement douloureux pour les étudiants étrangers qui sont confinés sur les campus avec des mesures relativement strictes, relève l’évêque de Constantine.

Maintenir des liens est donc très important «tout d’abord à travers la prière parce que la solution n'est pas avant tout internet mais c’est de se recentrer sur l'essentiel dans la prière et d’y trouver la source de la communion». Il s’agit également «d’être proche les uns des autres par les moyens numériques et à travers des relations de voisinage et des relations de solidarité avec nos amis algériens qui sont eux-mêmes proches des personnes qui souffrent».

Des trésors de solidarité

Le dialogue interreligieux et particulièrement à l'œuvre en cette période de souffrance et de questionnements. «Paradoxalement, le confinement, sous certains aspects, rapproche, dans la mesure où il entraine un souci de la qualité de la relation à l'autre». Certaines initiatives sont très touchantes et «préparent à de belles perspectives pour l’après confinement» grâce «au trésor de relations et de gestes de solidarité» qui se manifestent aujourd’hui d’une manière nouvelle et inattendue et qui «fructifiera ensuite».

Mgr Lhernould invite à s’inspirer de la figure de Saint Augustin, évêque d’Hippone, qui a vu sur la fin de sa vie «l’effondrement d’un monde», pour traverser la crise actuelle, car il a eu à réfléchir sur le passage d’un monde à l’autre et à encourager à tenir bon dans l’espérance. Ces enseignements sont «un trésor» alors que nous devons réfléchir à «comment être proactifs face aux changements pour faire émerger d’autres manières de vivre et de fonctionner» .

Entretien avec Mgr Nicolas Lhernould, évêque de Constantine

 

05 mai 2020, 12:58