Recherche

Vatican News
La statue de Jean-Paul II devant le Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Cracovie en Pologne. La statue de Jean-Paul II devant le Sanctuaire de la Miséricorde Divine à Cracovie en Pologne.  

Miséricorde Divine, cardinal Dziwisz: ne perdez pas la foi en Dieu

Le secrétaire particulier de Jean-Paul II et son plus proche collaborateur, le cardinal Stanislas Dziwisz, archevêque émérite de Cracovie, remonte aux origines de la fête de la Miséricorde Divine, à la demande du saint Pape polonais. Il relie également la figure de sainte Faustine Kowalska à celle du Pape François en tant qu’apôtre de la Divine Miséricorde.

Giancarlo Lavella et Gabriella Ceraso - Cité du Vatican

Le Pape François a présidé, ce Dimanche 19 avril 2020, une messe en la fête de la Miséricorde Divine, instituée il y a 20 ans par Saint Jean-Paul II, le deuxième dimanche de Pâques, suite à ce que Jésus lui-même avait demandé dans l'une des apparitions à Sœur Faustine Kowalska à Plock en 1931. Elle a eu lieu aujourd'hui à 11 heures en l'Église Santo Spirito in Sassia, non loin de la Place Saint-Pierre, le sanctuaire romain dédié précisément à la la spiritualité de la Miséricorde Divine. 

 

La vague de miséricorde déversée sur l’humanité

C'est la première fois qu'un Pape revient dans cette église, 25 ans après saint Jean-Paul II qui avait béni l'image du Christ miséricordieux vénéré ici. Ce même Christ décrit par Sœur Faustine dans ses visions mystiques, dont partent du cœur transpercé «deux faisceaux de lumière qui illuminent le monde», et d'où - selon les mots de Karol Wojtyla – «jaillit la grande vague de miséricorde qui se déverse sur l'humanité». C'est la sainte polonaise qui a fait connaître au monde cette dévotion et la volonté de Jésus lui-même: «Je désire que la fête de la miséricorde soit un refuge et un abri pour toutes les âmes. L'humanité ne trouvera pas la paix tant qu'elle ne se tournera pas vers la source de ma miséricorde», est-il écrit dans le journal de Faustine.

100 ans après la naissance de Jean-Paul II

Le Pape François a donc choisi cette fête, si liée à son magistère et à son bien-aimé prédécesseur, et précisément ce sanctuaire romain, pour sa deuxième sortie publique en période de confinement.

«Ne perdez jamais la foi et l'espoir en Jésus Miséricordieux, ne doutez jamais de la protection des Apôtres de la Miséricorde Divine, de Sainte Faustine Kowalska et de Saint Jean-Paul II», assure  le cardinal Stanislas Dziwisz, archevêque émérite de Cracovie et ancien secrétaire personnel du Pape polonais.

100 ans après la naissance de Jean-Paul II, le 18 mai prochain, c'est précisément la fervente dévotion à Jésus Miséricordieux «qui le rend vivant et présent, et encore aujourd'hui «don pour l'Église et l'humanité», ajoute le cardinal polonais.

Entretien avec le cardinal Stanislas Dziwisz

Ce dimanche est la fête de la Miséricorde Divine: nous la vivons tous différemment cette année sans pouvoir participer aux rites en personne et aussi en restant loin du Pape physiquement. Nous sommes dans une période de pandémie, alors comment concilier cette fête avec le moment difficile que nous vivons?

Ne perdons pas la foi en la Miséricorde Divine. Nous devons, une fois de plus, nous tourner vers Jésus Miséricordieux comme nous l'avons fait pendant la Seconde Guerre mondiale. Même maintenant, c'est un moment difficile pour toute l'humanité, et nous devons toujours avoir de l'espérance et nous confier à Jésus Miséricordieux et aux apôtres de la Divine Miséricorde, Sœur Faustine et Jean-Paul II. Ils sont nos protecteurs et nous l'avons déjà vécu, ils sont toujours proches de nous et nous protègent toujours. C'est pourquoi la grande fête de la Miséricorde Divine nous rappelle ceci: ne perdez pas l'espérance et la confiance en Dieu.

Il y a 20 ans, Saint Jean-Paul II a institué ce dimanche spécial en réponse à la demande de Jésus transmise à Sainte Faustine Kowalska. À votre avis, comment cet anniversaire a-t-il affecté l'Église universelle pendant tout ce temps?

Certes, au début, les ecclésiastiques n'en étaient pas si convaincus; puis ils ont progressivement compris qu'il s'agissait d'une chose inspirée par le Seigneur, par l'Esprit Saint et qu'il était nécessaire de marcher sur ce chemin à la suite de Jean-Paul II.

Pour le Pape François aussi, peut-on utiliser la définition d'Apôtre de la miséricorde comme pour Sainte Faustine, vénérée précisément comme l'apôtre de la miséricorde divine? Quelles similitudes lisez-vous dans leurs chemins?

Nous l'avons entendu à maintes reprises: le Pape François est également dévoué à la Miséricorde Divine. Nous l'avons notamment vécu lors des Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie. Il en a aussi souvent parlé en invitant les jeunes à avoir de l'espoir et de la confiance en Dieu miséricordieux.

Le 18 mai prochain, nous commémorerons les cent ans de la naissance de Karol Wojtyla. Toute l'Église, et pas seulement en Pologne, se prépare à cette journée. Pour vous, qui étiez aux côtés du Pape polonais depuis si longtemps, qu'est-ce que cet horizon suscite dans votre cœur? Quelles émotions, quels souvenirs, quels espoirs?

Il est certain qu'au fil du temps, cette grande figure du Pape me revient toujours à l'esprit, comme un don pour l'Église et pour l'humanité. Il est mort depuis 15 ans, mais il continue à inspirer et continue à le faire encore aujourd'hui, précisément par sa dévotion à Jésus Miséricordieux.

19 avril 2020, 11:53