Recherche

Vatican News
Construction d'un hôpital dans l'État de Goias, pour parer à l'urgence du coronavirus Construction d'un hôpital dans l'État de Goias, pour parer à l'urgence du coronavirus  (ANSA)

L'Église brésilienne lance une campagne de solidarité pour les plus pauvres

«Il est temps de faire attention» : c’est le nom de la nouvelle campagne de solidarité à destination des plus pauvres qui est lancée ce dimanche de Pâques 12 avril par la Conférence épiscopale brésilienne et la Caritas nationale.

Cette campagne consiste en une collecte de denrées alimentaires, de produits d'hygiène et de nettoyage. En plus d'encourager l'aide matérielle aux plus nécessiteux, l'objectif de l'initiative est également de promouvoir l'assistance dans les domaines religieux, humain et psychologique.

L’archevêque de Belo Horizonte et président de la conférence épiscopale, Mgr Walmor Oliveira de Azevedo, souligne qu’en ces temps difficiles, la solidarité constitue à la fois le sceau d'authenticité de la vie des vrais chrétiens, un indispensable engagement citoyen et la première tâche des gouvernants ; une entente nouvelle pour répondre aux défis de notre époque, une voie d’équilibre et de paix pour le monde et la planète, ainsi qu’une nouvelle manière «d’être humanité» s’avèrent, pour lui, fondamentales.

Le primat de la solidarité

«La solidarité est le lieu où tous se rencontrent, pour respecter la dignité humaine, pour surmonter les scénarios honteux de la pauvreté et de l'exclusion ; elle est la voie d’un ordre social, politique et économique nouveau en faisant de la vie de chacun un don et un engagement. Soyez solidaires, soyez le sceau de l’authenticité de la foi professée (…)», a enjoint l’archevêque aux fidèles brésiliens.

En raison de l’actuelle pandémie de coronavirus, une grande partie de la population brésilienne, comme les sans-abri, les migrants et les réfugiés, ceux qui vivent dans des logements précaires, ainsi que les chômeurs et les travailleurs du secteur informel, dont les sources de revenus ont été considérablement amoindries, sont confrontés à une réalité d'extrême vulnérabilité : «c'est dans un esprit de fraternité que l'action de solidarité d'urgence de l'Église au Brésil veut multiplier les gestes de solidarité dans les communautés, dans le secteur industriel et commercial, afin que ces personnes puissent être assistées et prendre soin de leurs familles», a précisé Mgr Oliveira de Azevedo.

Églises transformées en hôpitaux

Dans le même temps, Caritas Brésil travaille sur des protocoles de sécurité afin que les dons soient reçus et livrés de manière adéquate aux personnes et aux familles dans le besoin en cette période de risque de contagion. «Nous vivons une période très difficile au Brésil et dans le monde, une période de souffrance. Caritas veut sauver des vies. C'est avec ce sentiment que nous participons à cette campagne d'urgence», a pour sa part souligné le directeur de l'organisation caritative catholique.

A ce jour, le pays compte 18 000 cas de personnes infectées par le coronavirus pour un total d'environ un millier de décès. Selon scientifiques et experts, le pic de l'épidémie devrait être atteint avant la fin de mois d'avril. Dans cette perspective, plusieurs diocèses ont averti les autorités qu'ils étaient prêts à mettre leurs propres structures à disposition pour accueillir les malades et soutenir ainsi le système national de santé.

C'est déjà le cas dans le sud du pays notamment: l'archidiocèse de Campinas, de concert avec l'Université pontificale locale, s'occupe en ce moment de mettre sur pied un hôpital de campagne qui puisse, à terme, assurer la prise en charge de personnes contaminées par le Covid-19. Le président de la conférence épiscopale a proposé aux autorités de Brasilia de transformer quelques églises en hôpitaux ou en centres d'accueil pour les personnes âgées et les nécessiteux.

12 avril 2020, 15:34