Recherche

Vatican News
Conférence sur les femmes constructrices de fraternité humaine Conférence sur les femmes constructrices de fraternité humaine 

Les femmes créatrices de fraternité humaine

Mardi matin, une conférence organisée par l'Union mondiale des organisations féminines catholiques et parrainée par plusieurs ambassades près le Saint-Siège, a examiné le rôle des femmes dans la promotion de la fraternité humaine.

Soeur Bernadette Mary Reis, fsp – Cité du Vatican

L'Union mondiale des organisations féminines catholiques (UMOFC), qui représente des millions de femmes catholiques, ajoute sa voix au mouvement croissant de promotion de la fraternité humaine. Inspirée par le Document sur la fraternité humaine signé par le Pape François et le grand imam d'Al-Azhar, l'UMOFC a organisé à Rome, ce mardi 3 mars, un événement parrainé par les ambassades d'Autriche, des Philippines, des Pays-Bas et d'Argentine près le Saint-Siège. Plusieurs autres représentations d'autres ambassades près le Saint-Siège figuraient parmi les participants.

Les femmes créatrices de fraternité humaine

Le thème de l'événement du mardi matin, en vue de la Journée internationale de la femme, était «les femmes créatrices de fraternité humaine». Les orateurs invités ont exploré le document sur la fraternité humaine sous divers angles religieux

Un point de vue islamique

La professeure Shahrazad Houshmand, une théologienne iranienne, a rappelé le voyage du Pape François dans la péninsule arabe, et en particulier la signature du Document sur la fraternité humaine, comme un événement d'importance mondiale majeure. La nouveauté du document, a déclaré la professeure Houshmand, est que les signataires du document sont des égaux, et en même temps, les plus hauts dirigeants de ces deux religions mondiales. Une autre nouveauté est que le document s'ouvre en invoquant Dieu, suivi par les pauvres de la terre. Ainsi, les deux plus hauts dirigeants religieux du monde ont crié à tous ceux qui les écouteront d'embrasser les valeurs humaines fondamentales qui permettront à tous de vivre ensemble dans la paix et l'harmonie.

Un point de vue bouddhiste

Elena Seishin Viviani, vice-présidente de l'Union bouddhiste italienne, estime qu'il est important que le document sur la fraternité humaine soit également affirmé, signé et promu par les femmes. Une réponse combinée contre tout ce qui cause des souffrances dans le monde est nécessaire, a-t-elle déclaré. Cela commence par le respect et la reconnaissance des droits d'autrui. La compassion et le contact avec les souffrances des autres amèneront l'humanité à penser que le bien-être personnel n'est atteint qu'en promouvant le bien-être de tous, a déclaré Elena Seishin Viviani. Les femmes sont doublement responsables à cet égard, a-t-elle dit, comme celles qui génèrent la vie. Ainsi, la compassion nécessaire pour mettre en œuvre la fraternité humaine sera diffusée dans le monde entier.

Une perspective hindoue

Swamini Hamsananda Ghiri, vice-présidente de l'Union hindoue italienne, s'est joint à la conférence via Internet. Elle a qualifié le document de témoignage fort du dialogue qui doit être transformé en action pour devenir un instrument de paix. Il est important de poursuivre l'unité et la vérité dans l'hindouisme, a-t-elle déclaré. Ceux qui cherchent le Seigneur dans l'amour sont bénis, mais on en témoigne dans les faits. Le courage, la compassion et le respect des femmes sont trois grandes valeurs hindoues. Cela commence dans la famille. Le document mentionne une fragmentation majeure dans le monde qui fait appel à la contribution spécifique de la femme. Elle fait appel à l'enseignement hindou ainsi qu'au Mahatma Ghandi en rappelant que les comparaisons péjoratives entre les femmes et les hommes sont une forme de diffamation. En fin de compte, il est nécessaire de reconnaître ce que nous avons en commun en tant qu'êtres humains qui amènera l'humanité à la paix et à l'harmonie qu'elle recherche.

Un point de vue juif

Sabrina Coen, membre du conseil d'administration de l'Union des communautés juives italiennes (UCEI) a rappelé aux participants que la religion a souvent été une cause de guerre dans le monde. La recherche d'une communion d'intention, en particulier dans les cercles qui se définissent souvent en termes de différence, est nécessaire aujourd'hui. Les occasions de mieux se connaître sont une façon de rechercher la sagesse, qui est une valeur adoptée par le judaïsme, ainsi qu'une conscience morale renouvelée, a déclaré Mme Coen. La Torah, a-t-elle dit, présente les femmes comme un moyen d'aider les hommes à confronter leurs préjugés, souvent créés par la tradition culturelle, afin de choisir de meilleures façons de vivre ensemble. Le Shalom, l'harmonie, est la valeur prééminente que le document recherche et que nous pouvons promouvoir en tant que femmes.

Une perspective œcuménique

La professeure Isabel Apawo Phiri, secrétaire générale adjointe du Conseil œcuménique des Églises, s'est également adressée à l'assemblée via Internet. Elle a fait remarquer que le Document sur la fraternité humaine reconnaît la dignité commune de tous en tant qu'enfants de Dieu. Du point de vue d'une femme chrétienne africaine, le professeur Phiri a reconnu que le document apporte une compréhension renouvelée de la réalité selon laquelle nous appartenons tous à une seule famille humaine. L'utilisation d'un langage familial, a-t-elle poursuivi, peut nous aider à concevoir le Royaume de Dieu d'une manière un peu différente. Les femmes sont essentielles sur le chemin de la construction de la paix et du dialogue, en particulier au niveau de la base. La professeure Phiri a applaudi l'encouragement du pape François à la présence des femmes dans le dialogue interreligieux. Les femmes apportent un ensemble de compétences différentes à la table des négociations, et vivent la religion différemment, ce qui peut grandement améliorer le dialogue.

Un point de vue catholique

La dernière intervenante, María Lía Zervino, présidente générale de l’UMOFC, a déclaré qu'il existe de nombreuses femmes visionnaires qui ont exercé des rôles clés dans l'histoire du monde et dans l'histoire de la religion. Le document sur la fraternité humaine constitue une autre incitation pour les femmes d'aujourd'hui à revendiquer leur propre responsabilité dans le façonnement de la société dans laquelle nous vivons, a déclaré María Lía Zervino. La même foi en Dieu que celle de nos ancêtres féminins nous inspire aujourd'hui à nous engager concrètement pour faire de la fraternité humaine une réalité. Agir avec courage et utiliser notre préparation professionnelle, sans perdre notre tendresse ni notre féminité, sont des moyens de répondre aux maux auxquels beaucoup sont confrontés dans le monde d'aujourd'hui. Travailler ensemble, tout en respectant notre diversité, nous donne la possibilité, à nous les femmes, de montrer la voie, a conclu María Lía Zervino.

Appel à tous les croyants

Une déclaration finale, signée par les six femmes susmentionnées, a été présentée à la fin de l'événement. Se référant au document sur la fraternité humaine, la déclaration stipule que «nous considérons ce document unique comme une étreinte maternelle pour l'humanité et comme un point de départ pour notre voyage ensemble». La déclaration résume les droits exprimés dans le Document sur la fraternité humaine, puis indique que les signataires ont convenu de ce qui suit : promouvoir les valeurs exprimées dans le document, protéger la famille, embrasser «l'amour miséricordieux et la foi courageuse», et «actualiser notre capacité féminine à être porteuses de vie et gardiennes de notre Terre». La déclaration appelle «tous les croyants à se joindre à cet accord».

03 mars 2020, 14:57